Forrest Gump, la vie, la mort et l’Amérique

Forrest gump

Forrest Gump est une comédie dramatique réalisée par Robert Zemeckis. Il s’agit de son neuvième long métrage. Après nous avoir embarqué dans le monde de Roger Rabbit ou encore nous avoir fait traversé l’espace temps en long et en large avec la trilogie Retour vers le futur, le réalisateur nous conte une histoire magnifique dans les États-Unis des années 50 à 80. Et ce à travers les yeux et le vécu d’un « simple d’esprit » , Forrest Gump, qui se trouve en être un acteur central et décisif.

Tout commence par l’écriture :

Eric Roth est nommé à la plume, il s’agit de sa première grande adaptation. Auparavant, il avait travaillé, la plupart du temps, sur de petits films policiers. Sa carrière est un vrai petit gruyère, on a parfois des écarts allants de cinq à six ans entre deux films.

Forrest Gump est adapté principalement du roman éponyme de Wiston Groom publié en 1986. L’adaptation est focalisée principalement sur les onze premiers chapitres du roman. Eric Roth prend une certaine liberté avant à la fin du roman, avec la fondation de Bubba Gump Shrimp Co. De plus, il ajoute plusieurs aspects de la vie de Gump, comme ses tiges en fer sur les jambes dans son enfance, ainsi que son périple à pieds à travers les États-Unis. Sa personnalité est également changée : dans le film il est moins sujet au syndrome du savant alors que dans le roman, il réalise un score parfait dans une classe de physique avancée. Dans le roman, Gump est également astronaute, lutteur professionnel et joueur d’échecs et c’est ici le vrai tour de force de l’écriture de E.Roth, il ose et donne vraiment de l’originalité à l’histoire. Il sera récompensé par l’Oscar du meilleur scénario adapté avec ce film.

Refus sur refus :

Une fois le scénario finalisé, la Paramount part à la recherche du réalisateur idéal pour porter cette fantastique histoire à l’écran.

En premier lieu, Terry Gilliam est pisté, mais refuse tout comme Barry Sonnenfeld, qui préfère se consacrer entièrement sur Les valeurs de la famille Adams. Steven Spielberg est également pressenti mais ce dernier vient de sortir du tournage éprouvant de La Liste de Schindler. Finalement le choix va s’arrêter sur un très grand ami de Spielberg en la personne de Robert Zemeckis qui est très réputé pour ces prouesses et astuces visuelles.

Qui pour incarner ce fameux Forrest ?

Pour le rôle titre, Zemeckis songe tout d’abord à Bill Murray, puis ensuite John Travolta, ce dernier décline immédiatement la proposition et avouera plus tard que cela a été l’une de ses plus grandes erreurs. Finalement, Zemeckis choisit l’acteur Tom Hanks qui venait d’être récompensé par l’Oscar du meilleur acteur pour sa prestation incroyable dans Philadelphia. L’acteur signe un contrat de 7 millions de dollars pour interpréter Forrest Gump. Cependant, ce contrat contient une clause d’intéressement aux recettes. Le rôle lui a rapporté finalement plus de 35 millions de dollars.

Forrest Gump

Le reste du casting a été composé rapidement, on y trouve Gary Sinise (La rançon, La Ligne Verte), Robin Wright (Une bouteille à la mer) et Sally Field (Mrs Doubtfire). Cette dernière interprète la mère de Forrest alors qu’elle et Tom Hanks n’ont que dix ans d’écart. Pour jouer le fils de Forrest Gump, c’est le jeune Haley Joel Hosment (Le Sixième sens, Bogus) qui est engagé et il s’agit de son premier rôle au cinéma.

Un tournage court et méthodique

Cinq mois ont séparé le premier clap du dernier. C’est assez surprenant quand on voit la richesse des décors et les différentes périodes abordées. Chapeau à Robert et à toute son équipe ! Bien que la majeure partie de l’histoire se déroule en Alabama, le tournage a principalement lieu en Caroline du Sud. La scène avec l’incendie au Vietnam a été tournée sur l’île barrière de Fripp Island. Certaines scènes ont été tournées en Caroline du Nord, notamment au Domaine Baltimore, à Asheville ou lorsque Forrest court sur la Blue Ridge Parkway .

Pourquoi faut-il voir ce film ?

Une leçon de cinéma et d’histoire, Robert Zemeckis est au sommet de son art. Tom Hanks, Gary Sinise et Robin Wright sont étincelants.

Qu’est ce que ça raconte ?

Quelques décennies d’histoire américaine, des années 1940 à la fin du XXème siècle, à travers le regard et l’étrange odyssée d’un homme simple et pur, Forrest Gump.

Les premières minutes ?

Le film s’ouvre de façon poétique avec cette  fameuse scène de la plume qui plane accordée à la sublime musique d’Alan Silvestri. Cette petite intro installe déjà une certaine émotion. Nous sommes en 1981, où l’on voit Forrest Gump assis sur un banc d’arrêt d’autobus. Une personne quelconque est à ses côtés et dés que les premiers mots sortent de la bouche de Tom Hanks, appuyé par un premier flashback, on est immédiatement transporté. L’histoire démarre avec l’enfance de Forrest, abordée avec humour et tendresse. Les premiers clins d’œil à l’Histoire américaine sont subtilement amenés (le ku klux klan, Elvis Presley) La technique malicieuse de Zemeckis se fait déjà remarquée.

La scène du bus est très importante, tout comme la plume et le banc. Zemeckis pose, en l’espace du premier quart d’heure, trois symboles importants. La rencontre avec Jenny est poétique et émouvante, la prestation des enfants et à la musique font mouche.

Un démarrage qui nous met tout de suite dans le bain, les petits comme les grands peuvent être embarqués dans cette histoire. Comme Spielberg, Zemeckis arrive a toucher les différents publics à travers ces films.

forrest-gump

Le Casting ?

Robert Zemeckis a composé un casting exceptionnel. Tous les acteurs sont excellents ! Tom Hanks livre une performance époustouflante et mythique. Gary Sinise incarne le plus grand et le plus beau rôle de sa carrière. Son association avec Hanks, est parfaite.

Robin Wright et Sally Field sont magnifiques et très touchantes. Elles dégagent toutes les deux énormément d’émotions.

L’ensemble de la distribution nous fait passer par toutes les émotions. Les prix et les nominations sont loin d’être volés.

Et au final ça donne quoi ?

Robert Zemeckis réalise, sans aucun doute, le chef d’oeuvre de sa carrière. C’est à la fois puissant, émouvant, instructif et marrant. Un cocktail d’émotions qui séduit le spectateur de la première à la dernière minute. La mise en scène est d’une virtuosité incroyable, on ressent certaines similitudes avec Steven Spielberg. Toutes les époques sont parfaitement retranscrites à l’écran. Les scènes du Vietnam sont dignes d’un vrai film de guerre. Le travail sur l’incorporation de Tom Hanks sur les images d’archives, c’est tout simplement génial !

La photographie et la richesse des costumes et des décors sont grandioses. Un travail phénoménal a été opéré sur ce film et seulement en cinq mois.

Le scénario d’Eric Roth aborde énormément de thèmes et d’évènements importants, en ce qui concerne l’histoire des États-Unis. L’handicape, l’inceste, le racisme, la guerre, la politique, la mort… Tout y passe, et le traitement est minutieux et astucieux, tout comme la réalisation de Zemeckis. On peut dire que Roth et le réalisateur se sont bien trouvés sur ce film.

La bande originale composée par Alan Silvestri est somptueuse et intensifie l’aspect poétique de cette fantastique histoire. Les musiques additionnelles où l’on retrouve Jimi Hendrix, Elvis, The Doors ou encore Simon & Garfunkel permettent une immersion totale dans les différentes époques. Robert Zemeckis les utilise à merveille au sein de son long métrage.

 

Forrest Gump

En résumé, Forrest Gump est un chef-d’œuvre intemporel et remarquable. Il s’agit de l’un des plus beaux film, qu’il m’ait été donné de voir.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s