Mel Gibson, le guerrier d’Hollywood

mel gibson

Mel Gibson fait parti des acteurs/réalisateurs qui ont bercé mon enfance (comme Kevin Costner) et participé à mon initiation au cinéma. Je l’ai découvert, comme beaucoup, à travers le rôle de Martin Riggs dans L’Arme Fatale et depuis je ne l’ai plus lâché.

Il est né le 3 janvier 1956 à Peekskill dans l’État de New-York, il est le sixième des onze enfants (six filles et cinq garçons) d’Hutton Gibson et d’Anne Reilly Gibson. Sa mère est d’origine irlandaise et sa grand mère paternelle Eva Mylott, était une chanteuse d’opéra australienne. En 1968, la famille Gibson quitte les États Unis pour l’Australie, cette émigration est un  signe de protestation contre la Guerre du Vietnam, Mel n’a alors que douze ans.

Travaillant d’abord aux côtés de ses frères dans une usine, Mel Gibson trouvera sa vocation d’acteur grâce à sa sœur qui l’incite à se présenter aux auditions de l’Institut National des Arts Dramatiques de Sydney. Il réussit les épreuves et sera formé pendant trois ans aux pratiques du théâtre. Durant ces années il commence à se présenter à des castings, et se lie d’amitié avec des futurs acteurs célèbres comme Steve Bisley et Geoffrey Rush, avec qui il partage un appartement.

C’est 1977 que Mel Gibson commence sa carrière d’acteur dans la série télévisée The Sullivans et le film Summer City. Après une bagarre dans un bar, il accompagne un ami au casting d’un film à petit budget intitulé Mad Max dirigé par George Miller. Son allure de bad boy tape direct dans l’œil du réalisateur qui lui donne le rôle principal. Il ne s’imagine pas du tout que cela va être le rôle qui va faire décoller sa carrière et qu’il l’emmènera aux portes d’Hollywood. Le film Mad Max est encore aujourd’hui le film le plus rentable du cinéma australien, Mel Gibson reprendra son rôle dans deux suites, ce qui fait de cette saga une des références en matière de film futuriste post-apocalyptique.

Mad Max

Son nouveau statut ne l’empêche pas de varier ses rôles, en témoignent ses prestations d’attardé mental dans Tim et de jeune soldat inconscient dans Gallipoli de Peter Weir. Ces deux interprétations lui permettent de gagner ses galons critiques, puisqu’il remporte deux fois le Prix du Meilleur acteur de la part de l’Australian Film Institute. Il retourne ensuite sous la direction de Peter Weir dans L’Année de tous les dangers aux côtés de Sigourney Weaver.

Mel Gibson l'année de tous les dangers

En 1984, Mel Gibson revient dans son pays natal et reprend le rôle de Fletcher Christian dans Le Bounty, aux côtés d’acteurs réputés comme Anthony Hopkins, Liam Neeson et Daniel Day-Lewis. Trois ans plus tard, il devient réellement populaire aux États-Unis pour son rôle de flic suicidaire dans L’Arme fatale (Lethal Weapon) de Richard Donner. Ce film d’action entre polar et comédie est un énorme succès mondial, il y aura trois suites qui seront toutes un succès au box office. Son duo mouvementé avec Danny Glover marque à jamais le cinéma américain. Les propositions de rôles deviennent de plus en plus nombreuses, et il en refuse beaucoup comme celui de Bruce Wayne dans le Batman de Tim Burton (il pensait que le film ferait un flop) et celui d’Elliott Ness dans Les Incorruptibles de Brian De Palma. En 1990, Mel Gibson s’écarte des blockbusters pour tenter la tragédie classique en interprétant Hamlet dans le film de Franco Zeffirelli. Il en profite pour créer sa société Icon Productions avec son associé Bruce Davey, afin de produire des films plus intimistes comme Forever Young ou encore sa première réalisation L’Homme sans visage. Ces deux films font partie intégrante de mon enfance et donc de mon initiation au cinéma. Ce virage vers des œuvres plus personnelles ne l’empêche pas de retourner dans des films grand public, et c’est ainsi qu’il retrouve Richard Donner pour le western Maverick, aux côtés de Jodie Foster et James Garner.

En 1995, Mel Gibson s’attaque à son œuvre la plus ambitieuse, le film historique Braveheart, dans lequel il incarne le révolutionnaire écossais William Wallace. Ce chef d’œuvre est dans mon top 10 de mes films préférés. Mel Gibson va atteindre ici le sommet de sa carrière, ce second long métrage est un immense succès  Ce grand succès public et critique, et cela relance les films épiques dans le cinéma hollywoodien et permet à Mel Gibson de remporter l’Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur, ainsi que le Golden Globe du meilleur réalisateur.

mel-gibson-in-braveheart-(1995)

Entre temps, il prête sa voix au capitaine John Smith dans le film d’animation Pocahontas, une légende indienne des studio Disney. Après ces triomphes au box-office, il enchaîne les films policiers (La Rançon, Complots, Payback) tout en s’essayant au film d’auteur avec The Million Dollar Hotel de Wim Wenders. En 2000, Mel Gibson retrouve le doublage de film d’animation avec Chicken Run puis le film de guerre avec The Patriot de Roland Emmerich et Nous étions soldats de Randall Wallace, le scénariste de Braveheart. Parallèlement, il s’essaie à la comédie romantique avec Ce que veulent les femmes de Nancy Meyers. Il retrouve ensuite la science fiction avec Signes de M. Night Shyamalan, il devient l’un des acteurs les mieux payés du cinéma avec des cachets allant jusqu’à 25 millions de dollars. En 2003, Mel Gibson écrit, produit et réalise le péplum biblique La Passion du Christ. Cette reconstitution des douze dernières heures de Jésus Christ fait énormément de bruit car il a choisi de la tourner en araméen, en hébreu et en latin. Les critiques du film sont très partagées, déplorant les scènes extrêmement violentes et le message supposé antisémite. Cela ne l’empêche pas de battre des records au box-office en devenant le plus grand succès pour un film indépendant et d’être nommé pour trois Oscars. En 2006, il continue sa carrière de réalisateur avec Apocalypto, une fresque brutale sur l’empire maya avant sa conquête par les Espagnols. Pendant le tournage au Mexique, Mel Gibson a donné 1 million de dollars au Rotary Club pour construire des maisons pour les personnes qui avaient perdu leur toit à la suite d’une grosse inondation, dans la région de Yucatan.

apocalypto080

L’acteur va ensuite se retirer pendant quatre années des plateaux de cinéma et reviendra en 2010 à la tête du thriller  Hors de contrôle de Martin Campbell. L’acteur a moins de propositions à cause de différents évènement survenus dans sa vie personnelle que je ne veux pas trop développer ici. Jodie Foster choisit l’acteur pour incarner le rôle principal de son long métrage Le Complexe du castor. En 2013, il fait parti de la prestigieuse distribution du blockbuster The Expandables 3. Dernièrement il est en plein tournage du prochain film de Jean François Richet intitulé Blood Father.

Filmographie Sélective :

Mad Max de George Miller

Mad Max, le défi de George Miller

Le Bounty de Roger Donaldson

Saga l’Arme Fatale de Richard Donner

Forever Young de Steve Miner

Braveheart de Mel Gibson

Complots de Richard Donner

The Patriot de Roland Emmerich

Apocalypto de Mel Gibson

Mel Gibson

En résumé, Mel Gibson est un acteur/réalisateur de talent, qui aujourd’hui se fait de plus en plus rare. On sait qu’il en a encore sous le pied et qu’il reviendra un de ces quatre au sommet.

 

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Spike. dit :

    Ils ont fait une connerie de l’avoir écarté du dernier Mad Max.

    J'aime

    1. Entièrement d’accord !!! Il aurait tellement sympa de le voir vieillissant au milieu de ce désert…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s