The Homesman (2014)

Homesman affiche

The Homesman est un film franco-américain réalisé par Tommy Lee Jones et il a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2014. C’est la quatrième réalisation de Tommy Lee Jones, personnellement je n’ai vu à ce jour que Trois enterrements et j’en ai gardé un très bon souvenir.

Ici l’acteur/réalisateur adapte à l’écran le roman « Le Charlot des Damnés », publié par l’auteur américain Glendon Swarthout en 1988. Le livre a reçu deux prix prestigieux, le Western Writers of America’s Spur Award et le Western Heritage Association’s Wrangler Award. C’est la septième fois qu’un roman de l’écrivain est porté à l’écran, après La Mission du Capitaine Benson (1956), Ceux de Cordura (1959), Where the Boys Are (1960), Bless the beasts and children (1971), Le Dernier des géants (1976) et « A Christmas to Remember » (1978).

Un roman très courtisé :

The Homesman est un projet de longue date qui devait être à l’origine réalisé par Paul Newman, qui en avais acquis les droits bien avant que le roman ne sorte en librairie. Le fils de l’auteur, Miles, avait quant à lui été désigné pour écrire le scénario du long-métrage où Newman devait incarner le personnage du mercenaire Georges Briggs. Le réalisateur américain Sam Shepard fut également intéressé pour adapter le livre au cinéma mais n’est jamais parvenu à obtenir les droits des mains de Sony.

Un tournage, un voyage :

Le tournage de The Homesman a duré en tout et pour tout quarante-deux jours, dont trois semaines au Nouveau Mexique, dans deux ranchs situés à l’est et au nord de Las Vegas dans la région des Grandes Plaines, et le reste du temps en Géorgie. Le déplacement entre les deux lieux de tournage aura pris une journée demie à l’équipe : « On a parcouru plus de 3000km avec les chevaux, les mules, les chariots et le matériel de tournage en une journée et demi ! », précise le producteur Michael Fitzgerald. C’est au printemps que l’équipe du film a posé ses caméras au Nouveau-Mexique, une saison qui ne leur a pas facilité la tâche puisqu’elle est propice à des bourrasques de vent et de poussière : « À l’avenir, je privilégierai l’automne ou l’été car, au printemps, le temps est extrêmement variable, et il y a beaucoup de vent. On s’est donc battu contre les éléments ! Je pense que les plans du film vont en bénéficier, mais il va me falloir plusieurs mois avant que je retrouve ma voix… », ajoute Michael Fitzgerald.

the-homesman-tommy-lee-jones

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Comme je l’ai exprimé ci dessus, j’ai beaucoup aimé le travail de Tommy Lee Jones sur Trois enterrements et le voir de retour à la réalisation (en plus sur un western) m’enchante. De plus, il a choisi comme actrice principale, une femme qui se fait trop rare au cinéma et qui pourtant a un énorme talent, en la personne d’Hilary Swank.

De quoi ça parle ?

Je met ici à votre disposition le synopsis, mais personnellement je ne l’avais pas lu avant de voir le film. En 1854, trois femmes ayant perdu la raison sont confiées à Mary Bee Cuddy, une pionnière forte et indépendante originaire du Nebraska. Sur sa route vers l’Iowa, où ces femmes pourront trouver refuge, elle croise le chemin de George Briggs, un rustre vagabond qu’elle sauve d’une mort imminente.  Ils décident de s’associer afin de faire face, ensemble, à la rudesse et aux dangers qui sévissent dans les vastes étendues de la Frontière.

Les premières minutes ?

Le générique de début nous met dans une ambiance que j’affectionne, belle musique et de très beaux paysages, de bons ingrédients de départ pour peut être un beau western. Ensuite, on suit le personnage de Mary Bee Cuddy (H.Swank) qui est une femme terriblement seule, délicate et gentille (trop?). On sent le savoir faire et l’aisance Tommy Lee Jones derrière la caméra. Le western est un genre qui lui correspond à merveille, comme pour Kevin Costner. Il capte de très beaux plans, il s’appuie comme il faut sur l’environnement qui se dresse devant lui. Le réalisateur n’hésite pas non plus à choquer avec des scènes crues.

L’histoire est originale pour un western, c’est le genre de film dont il vaut mieux découvrir en intégralité, sans lire ou voir quoi que ce soit à son sujet.

Le casting ?

Hilary Swank is back ! Que ça fait du bien de la voir dans un tel rôle, elle crève littéralement l’écran pour moi. L’actrice est à la fois touchante, solide et courageuse, un rôle qui rappelle un peu celui qu’elle a tenu dans le chef d’œuvre Million Dollar Baby de Clint Eastwood.

A ses côtés, on a Tommy Lee Jones et la rencontre entre leurs deux personnages est géniale. L’acteur est très convaincant en vieil ours solitaire et bougon. Le duo qu’il forme avec Swank fonctionne parfaitement, c’est très bien écrit et interprété.

Au niveau des acteurs secondaires, on a du beau monde comme John Lithgow (le méchant dans Cliffhanger), William Fichtner (l’homme mort au bout du fil dans Heat), James Spader et l’acteur suédois David Dencik (La Taupe). Côté féminin c’est aussi bien étoffé avec Miranda Otto (Eowyn dans le Seigneur des anneaux), Meryl Streep ou encore Hailee Steinfeld (révélation de True Grit). Un casting très prestigieux et parfaitement calibré, il n’y a pas de surenchère.

Et au final ça donne quoi ?

Tommy Lee Jones montre qu’il est un très bon metteur en scène, il réalise ici un beau western qui sort de l’ordinaire. Il redéfinit à merveille les codes du genre basés ici sur l’existentialisme, la solitude, la tristesse, la tragédie ainsi que l’aliénation.

La mise en scène est séduisante, elle s’appuie sur un scénario solide et nous montre sans détours les horreurs et les violences de l’époque. La photographie est somptueuse comme le laissait entendre les premières minutes. Je souligne une nouvelle fois le duo d’acteurs qui porte ce film vers le haut.

H_20130419_8652.tif

En résumé, The Homesman est western crépusculaire et originalement puissant. Une belle petite leçon de cinéma.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s