Le Majordome (2013)

21017975_20130705175456051Le Majordome (Lee Daniels’ The Butler) est un film dramatique historique américain écrit, produit et réalisé par Lee Daniels.

C’est à partir d’entretiens réalisés par le journaliste Will Haygood du Washington Post que le scénariste Danny Strong a écrit l’histoire du Majordome. A l’approche de l’élection de Barack Obama à la présidence, Haygood avait recherché un Afro-Américain ayant travaillé à la Maison Blanche pour témoigner de la période des mouvements du droit civique aux Etats-Unis. Il est tombé sur Eugene Allen, majordome de huit présidents entre les années 50 et 80, qui a servi de base au personnage de Cecil Gaines interprété par Forest Whitaker.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Lee Daniels est un réalisateur que j’apprécie de plus en plus et j’ai adoré son précédent film Paperboy. Ici il s’attaque à l’histoire des États Unis sous un point de vue original et intéressant, celui du Majordome de la Maison Blanche. Le casting est impressionnant et a à sa tête un acteur que j’admire en la personne de Forest Whitaker.

Les premières minutes ?

Le début se concentre tout de suite sur le personnage de Cecil Gaines, on voit son enfance qui est symbolisée par un événement tragique. Le réalisateur survole sur cette période ainsi que celle de l’adolescence, son parcours est un peu expéditif mais ne gène en rien. Les coulisses de la Maison Blanche apparaissent, voila l’un des principaux sujets que le réalisateur veut évoquer. Les décors et la mise en scène dévoilent de très belle choses.

Le casting ?

Lee Daniels met en scène un sacré gratin d’acteurs. Tout d’abord Forest Whitaker qui, je vous le dis tout de suite, est tout simplement excellent. Le rôle de ce fameux majordome lui va comme un gant. Ensuite j’ai été agréablement surpris par la performance de Oprah Winfrey, le réalisateur ne sait pas du tout trompé en la choisissant. David Oyelowo interprète l’un des fils Gaines de façon convaincante. Ensuite on a John Cusack qui incarne le président Nixon, le regretté Robin Williams en  Dwight Eisenhower ou encore James Marsden dans la peau de John F.Kennedy. Cela fait du beau mon c’est vrai mais je trouve que parfois cela fait de trop, les prestations ne sont pas toutes justes, elles sont parfois trop clichés, trop poussées comme celle de Liev Schreiber. En revanche du côté des premières dames, Lee Daniels a vu juste avec Jane Fonda en Nancy Reagan ainsi qu’avec Minka Kelly en Jackie Kennedy. On a aussi la présence de Lenny Kravitz et Mariah Carey qui sont pour la seconde fois de leur carrière sous la direction de L.Daniels.

Et au final ça donne quoi ?

Un très beau film historique qui dégage beaucoup d’émotions et aborde avec subtilité le racisme aux États Unis. C’est le principal objectif de ce film, dévoiler plus de 80 années de lutte contre le racisme et c’est confirmé quand on analyse le début du film et la fin…Je trouve que les différentes époques ont été soigneusement représentées, ça m’a rappelé un peu Forest Gump par moment. Lee Daniels se diversifie de fort belle manière et il traite parfaitement le sujet, pour moi ce dernier fait un sans faute pour le moment dans sa filmographie.

le_majordome_3715.jpeg_north_1160x_whiteEn résumé, Le Majordome est un film passionnant et puissant qui dénonce avec brio le racisme ordinaire aux Etats-Unis. La performance de Forest Whitaker est nouvelle fois à souligner.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s