Hans Zimmer, le gladiateur interstellaire de la musique au cinéma

Hans Zimmer

Hans Zimmer est sans aucun doute l’un des meilleurs compositeurs de sa génération. Sa discographie est impressionnante et elle n’a pas fini de s’enrichir.

Il fait parti de mes compositeurs préférés au cinéma, je crois que la première œuvre que j’ai entendu de sa part c’est la composition pour le film Rain Man de Barry Levinson. Le thème principal à la flûte de pan reste ancré dans ma mémoire, cette musique dévoile beaucoup d’émotions. J’ai un faible pour le morceau « Las Vegas » qui a un excellent rythme et un mélange de rock et de musique électronique qui décapent.

Hans Zimmer est né le 12 septembre 1957 à Francfort, en Allemagne. Dès l’âge de trois ans, il se met à étudier le piano mais l’expérience ne dure qu’une semaine. Il disait qu’il n’aimait pas reproduire des morceaux déjà créés, de plus, il avouait que ses cours de piano étaient surtout faits pour s’affirmer musicalement. Il n’étudie donc pas le solfège et apprend la musique de manière autodidacte. Son père, ingénieur, décède alors que Hans était encore très jeune. Le jeune garçon, se réfugie alors dans la musique qui devient sa passion. À l’adolescence, il s’intéresse à la musique électronique et quitte l’Allemagne pour s’installer en Angleterre à l’âge de 14 ans, en 1971. Il écrit des jingles pour le studio Air Eidel (où il rencontrera plus tard notamment Patrick Doyle et ses assistants d’alors, John Powell et Gavin Greenaway) et intègre le groupe The Buggles, lancé par Trevor Horn et Geoff Downes, mondialement célèbre pour le titre Video Killed the Radio Star (Zimmer fait d’ailleurs une apparition à la fin du clip vidéo, derrière un clavier). Hans se lance également dans la musique électronique avec Warren Cann, membre du groupe Ultravox.

Zimmer fait également connaissance en ce début des années 1980 au Snake Ranch Studio avec Stanley Myers, Nick Glennie-Smith et Richard Harvey (dont les assistants ne sont autres que les frères Rupert et Harry Gregson-Williams). Devenant l’assistant de Myers, Zimmer commence à travailler en 1982 sur le film Travail au noir, qui marque le début d’une longue collaboration entre les deux hommes sur des films comme Castaway de Nicolas Roeg ou My Beautiful Laundrette de Stephen Frears. Il commence à composer seul sur le film Un monde à part de Chris Menges. Cette composition attire l’attention de Barry Levinson qui l’engage pour son film Rain Man. Le style de Hans Zimmer est rapidement reconnaissable par son alliance de musiques traditionnelles avec des instruments modernes.

Hans Zimmer Barry Levinson

Barry s’était déplacé à Londres pour frapper à la porte de Zimmer un soir tard en se présentant comme réalisateur à Hollywood. Zimmer a tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’une blague avant de remarquer deux limousines dans l’allée de son appartement. « Ce sont les 2 limousines qui m’ont convaincu. » Il quitte donc l’Angleterre pour s’attaquer à Hollywood. Premier coup réussi, Rain Man marque l’entrée tonitruante du compositeur sur le sol américain avec une nomination aux Oscars.

Dès son arrivée aux États-Unis, en 1989, Zimmer fonde à Santa Monica un studio avec son ami Jay Rifkin qui révolutionnera les méthodes de composition de la musique de film : Media Ventures. Son objectif est de permettre à de nouveaux compositeurs (venant notamment d’Europe, comme Zimmer lui-même) d’avoir accès à un matériel de haute qualité pour pouvoir percer dans la musique de film. Zimmer veut offrir la même chance aux inconnus que celle que Levinson lui a offerte avec Rain Man. Il s’entoure alors de nombreux compositeurs et techniciens pour l’aider à mettre en place son studio, comme Mark Mancina, Nick Glennie-Smith, Christopher Ward (en), John Van Tongeren, Jeff Rona, Bruce Fowler (en)ou encore Shirley Walker.

Suite au succès de Rain Man, les propositions pleuvent pour le compositeur et s’attaque donc à un style qu’il n’avait pas eu l’occasion d’expérimenter en Angleterre : le film d’action. Il débute sur le film Black Rain, qui marque le commencement d’une longue entente avec Ridley Scott (1989), et enchaîne avec son frère Tony Scott sur Jours de tonnerre. Si ces compositions ne se sont pas très bien passées avec la production, et si Zimmer lui-même pense que le résultat est plutôt mauvais, le nom du compositeur allemand résonne de plus en plus dans Hollywood. Il enchaîne les projets comme Backdraft de Ron Howard (1991)4, ou les films de John Badham : Comme un oiseau sur la branche (1990) et Drop Zone (1994). Moins commercial, Zimmer ne se consacre pas seulement à l’action et compose pour des films comme La Puissance de l’ange de John G. Avildsen, Fenêtre sur Pacifique de John Schlesinger ou Le Rêve de Bobby de Richard Donner.

En 1993, il retrouve une nouvelle fois Tony Scott qui l’engage pour son nouveau film True Romance, le compositeur s’inspirera de Gassenhauer du « Orff-Schulwerk » de Carl Or pour le thème « You’re so cool » du film. Cela reste pour moi l’une des meilleures compositions de Hans Zimmer.

La consécration arrive l’année suivant sa première composition pour un film d’animation, , Le Roi lion, et remporte son premier et unique Oscar à ce jour, mais aussi un Golden Globe et un Grammy Award. En 1995 il compose pour Jerry Bruckheimer et Tony Scott la bande originale de USS Alabama, qui fera marque dans l’histoire des films d’action hollywoodiens, pour son alliance entre musique électronique, orchestrale, et l’utilisation impressionnante des chœurs (dirigés pour l’occasion par Harry Gregson-Williams, venant à peine d’intégrer le studio Media Ventures). La petite histoire veut que cette musique ait énormément plu à Steven Spielberg – Zimmer n’a jamais pu le confirmer – qui lui a ensuite donné les clés de la direction musicale de son nouveau studio DreamWorks SKG.

Hans Zimmer Oscar

Hans Zimmer est la cible de pas mal de critiques, il est accusé d’être crédité comme compositeur principal d’œuvres dont il n’est pas complètement l’auteur. Il est notamment crédité comme cocompositeur avec Harry Gregson-Williams de The Whole Wide World (1996) et Smilla (1997), ou encore comme compositeur de la série télévisée Millennium: Tribal Wisdom and the Modern World (1992), une partition en réalité écrite par Mark Mancina, alors qu’il n’a en fait que supervisé leur écriture. Il plaide volontiers coupable et explique qu’il est plus facile de vendre une composition créditée Hans Zimmer plutôt qu’attribuée à un inconnu.

Autre malentendu, la bande-originale de Rock, souvent associée à Zimmer, alors que celui-ci n’a fait que remplacer quelques thèmes principaux de Nick Glennie-Smith qui avaient été rejetés. Refusant de s’octroyer le travail d’un autre, Glennie-Smith a insisté pour que Hans Zimmer et Harry Gregson-Williams soient crédités comme co-compositeurs.

Par la suite l’alternance entre musiques d’actions et de comédie continue, avec notamment en 1997 le premier film des studios DreamWorks Le Pacificateur de Mimi Leder et Pour le pire et pour le meilleur de James L. Brooks. Grâce à son studio, Zimmer permet à ses collaborateurs de composer pour de grosses productions. Il laisse sa place à Jeff Rona pour Lame de fond de Ridley Scott mais surtout il lance John Powell, fraîchement débarqué d’Angleterre à Media Ventures, sur le blockbuster de John Woo Volte-face.
En 1998 il s’attaque à l’une de ses pièces maîtresses, La Ligne rouge, de Terrence Malick, film pour lequel il compose pas moins de six heures de musiques et reconnu par beaucoup comme le chef-d’œuvre du compositeur allemand. Il met en musique également le dessin-animé au sujet bouillant de DreamWorks, Le Prince d’Égypte, cette même année. Tous les films d’animation du studio seront ensuite confiés à Zimmer ou a son équipe, notamment Harry Gregson-Williams, John Powell ou encore Rupert Gregson-Williams.

Zimmer connaît son plus gros succès commercial avec le film Gladiator de Ridley Scott où il s’associe avec la chanteuse australienne Lisa Gerrard du groupe Dead Can Dance.
La bande originale du film est un des plus gros succès du genre. La même équipe s’occupe en 2000 de Mission : Impossible 2 de John Woo dans l’urgence.
Le succès de Gladiator renforce la collaboration entre Zimmer et Scott. Les deux travaillent de nouveau ensemble sur des styles très différents les uns des autres : Hannibal puis La Chute du faucon noir (2001) et Les Associés (2003).

Le Dernier samouraï (toujours en 2003), marque sa centième composition, et depuis il participe aux grandes sagas hollywoodiennes comme la trilogie Pirates des Caraïbes (collaborateur sur le premier, compositeur attitré sur les deux autres), Da Vinci code, l’adaptation du best-seller controversé de Dan Brown, et le Batman version Christopher Nolan. Hans Zimmer entame une relation particulière avec Nolan, il faut savoir que le compositeur travaille sans voir la moindre image des films de Nolan pour lequel il compose.
Nolan et Zimmer

En 2013, l’agenda de Zimmer est pas mal chargé, il compose la musique de plusieurs films, Man of Steel, 12 Years a slave, Rush, The Amazing Spider-Man et commence à s’attaquer à Interstellar, qui est pour moi un bijou auditif. L’année suivante il s’occupe des BO de Chappie de Neill Blomkamp et de Batman V Superman de Zack Snyder.

Discographie sélective :
  • Rain Man
  • – Green Card
  • – True Romance
  • – Le Roi Lion
  • – La Ligne Rouge
  • – Gladiator
  • – Pirates des caraïbes
  • – Batman The Dark Knight
  • – Interstellar
  • -The Wings of film – Hans Zimmer Live

Hans-Zimmer-01

Top 5 « spécial hans zimmer »
  1. Interstellar
  2. Rain Man
  3. La Ligne Rouge
  4. Inception
  5. Batman V Superman

En résumé, Hans Zimmer est l’un des plus grands compositeurs de sa génération qui traverse les décennies avec aisance et talent.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s