Après Séance : Whiplash

2495583-whiplash-film-coup-de-fouet

Whiplash est un film dramatique américain écrit et réalisé par Damien Chazelle.

Il s’agit du deuxième long métrage de la part de ce jeune réalisateur.  Il avait participé précédemment aux scénarios de Le Dernier Exorcisme 2 et Grand Piano et réalisé Guy and Madeline on a Park Bench en 2009. Il le réalisa alors qu’il n’était encore qu’un étudiant à Harvard, et le film fut nommé « meilleur film de l’année 2009 » par le NY Times et par plusieurs autres critiques.

Chaque chose en son temps :

Ne trouvant pas de financement pour Whiplash, Damien Chazelle en fit un court-métrage qu’il présenta au Festival du film de Sundance en 2013. Il remporta le prix du Jury du court-métrage, ce qui permit au réalisateur d’avoir les fonds suffisants pour en faire un long métrage.

Un film quasi autobiographique :

Le réalisateur a vécu des années compliquées au Conservatoire, et a, avec Whiplash, pu retranscrire ses expériences à l’écran en étant le plus réaliste possible. Il commente : « Il existe beaucoup de films sur la joie que procure la musique. Mais en tant que jeune batteur d’un orchestre de jazz dans un conservatoire, je ressentais bien plus souvent de la peur. La peur de rater une mesure, de perdre le tempo. Et surtout, la peur de mon chef d’orchestre. Avec Whiplash, je voulais réaliser un film qui ressemble à un film de guerre ou de gangsters – un film dans lequel les instruments de musique remplacent les armes à feu et où l’action ne se déroule pas sur un champ de bataille, mais dans une salle de répétition ou sur une scène de concert. »

Damien Chazelle est resté quatre années au conservatoire entant que batteur avant de se consacrer au cinéma.

Le réalisateur confie aussi s’être inspiré des films de guerre, de trafic de drogue ou encore de sport lors de l’écriture du scénario, bien que ce soit un milieu musical que Whiplash dépeint. C’est notamment au travers de la relation du professeur à l’élève que l’on peut apercevoir un sentiment d’addiction et la dureté de l’apprentissage militaire.

Immersion totale !

Le réalisateur sait à quel point le métier de batteur est difficile. Il tenait à ce que chacun le comprenne et a ainsi voulu filmer chaque concert comme s’il était crucial, comme s’il n’y avait rien de plus important que l’excellence de la prestation. Il rajoute : « Pour rendre compte des émotions que je ressentais pendant mes années en tant que batteur, je voulais filmer chaque concert comme s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort, une course-poursuite ou disons un braquage de banque. Je voulais capturer tous les détails dont je me souvenais, tous les efforts pour parvenir à l’interprétation d’un morceau de musique. Les boules Quiès, les baguettes cassées, les ampoules, les coupures, le bruit du métronome, la sueur et la fatigue. » Whiplash a été tourné en seulement dix-neuf jours en Californie à Santa Clarita.

Whiplash

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

J’ai voulu découvrir entièrement Whiplash et c’est pour cela que je n’ai vu aucune image du film. Le pitch a suffi à me donner envie de le voir. Les prix et les éloges m’ont fait dire que ce n’était pas un film à rater !

Les première minutes ?

L’ouverture du film donne parfaitement le « tempo » du film. La pression que ressent le jeune Andrew Neiman (Miles Teller) est exposé instantanément et l’intensité donné par le professeur Terence Fletcher (J. K. Simmons) en impose.

Damien Chazelle nous transporte en quelques plans et répliques. C’est simple, on ne voit pas passer le premier quart d’heure.

Le casting ?

Je vais vous parler seulement des deux acteurs principaux, qui forme un duo est explosif et attachant. Miles Teller est tout simplement excellent et nous montre qu’il est doté d’un grand potentiel pour la suite de sa carrière. Je ne comprend pas qu’il ne soit pas nominé aux Oscars, il ne le mérite peut être pas la statuette mais au moins la nomination. Il dégage tellement dans ce rôle d’apprenti batteur prêt à aller jusqu’au bout pour réussir, il m’a bluffé c’est clair.

A ses côtés on a celui qui m’a impressionné et  ébloui, je parle bien évidemment de J.K Simmons dans la peau du professeur tyrannique. Il décoche une composition comme on en voit peu au cinéma, ça vient des tripes. Rien que son physique et son visage en impose, ajoutez à ça une complète immersion dans son personnage, des dialogues aiguisés comme il faut et des scènes surpuissantes, on ne peut que s’incliner devant ce grand acteur. Perso, je trouvais que cet acteur en imposait déjà dans le film Spider-Man où il incarne J. Jonah Jameson (le patron du Daily Buggle où travaille Peter Parker), mais ici dans Whiplash, il est clair qu’il tient le rôle de sa carrière et qu’il mérite largement l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

Whiplash gif

Et au final ça donne quoi ?

Waaaaaaah !! Quelle claque !! Damien Chazelle nous pond l’un des meilleurs films de la décennie ! Un spectacle millimétré et émotionnellement très fort.  Il montre avec une certaine virtuosité dans la mise en scène comment une passion devient une fascination et une obsession. Damien Chazelle est au plus près des protagonistes, l’immersion auprès d’eux est totale. On ressent avec Neiman cette pression perpétuelle sur ces épaules ainsi que sa souffrance morale et physique.

Au niveau du scénario cela paraît simple à première vue mais il s’y dégage une vraie profondeur. Chazelle a toujours défendu cette histoire comme un petit bout de sa vie. Le sens du sacrifice est l’un des thèmes forts de cette magnifique histoire. Jusqu’où peut aller pour atteindre son rêve ? Y a t-il des limites à franchir ?

La musique est élément très important, le réalisateur a atteint son objectif, que l’on soit amateur de jazz ou non, on est obligé de fondre à l’écoute de telles compositions. Le travail de Justin Hurwitz fait corps avec celui du réalisateur. Je viens donc de prendre ma première baffe cinématographique de l’année 2015. J’ai découvert avec ce film un réalisateur prometteur, un duo d’acteurs d’exceptions et tout ça enrobé dans une incroyable et belle histoire.

whiplash-drums

En résumé, Whiplash est un chef-d’œuvre incontournable doté d’une force et d’une énergie sensationnelle. Une claque monumentale !

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Smadj dit :

    Comme toi j’ai adoré ce film ! Quelle puissance !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s