Après séance : Birdman

birdman

Birdman (Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance)) est une comédie dramatique américaine écrite, produite et réalisée par Alejandro González Iñárritu.

Les origines du scénario

Il faut savoir que c’est la première fois au cinéma que Alejandro González Iñárritu prend part à l’écriture d’un scénario de son long métrage, il est accompagné de Nicolás Giacobone, Alexander Dinelaris et Armando Bo. L’histoire du film est inspiré d’une nouvelle de Raymond Carver intitulée « What We Talk About When We Talk About Love » (« Parlez-moi d’amour », dans sa version française). Parue en 1981, elle raconte l’histoire de Mel McGinnis, cardiologue quadragénaire et ses amours. On y retrouve également la quête incessante d’amour et de reconnaissance qui caractérise le personnage de Micheal Keaton dans Birdman.

Un tournage théâtrale

Birdman a été tourné à New York sur 30 jours. Le producteur du film John Lesher justifie le choix de la ville car « New-York et Broadway sont des personnages à part entière dans le film« . De plus, Alejandro Iñárritu voulait collaborer avec des acteurs et des techniciens issus du monde du théâtre, et  New York reste l’épicentre de la production théâtrale américaine. La production a d’ailleurs tourné la majeure partie du film à Broadway, au St. James Theatre, situé sur la 44e rue, en plein cœur de Times Square.

Un cinéaste qui s’impose de nouveaux défis

Film atypique et inclassable, la mise en projet de Birdman représentait un véritable chalenge pour le réalisateur mexicain Alejandro Iñárritu : « (…) pour ce film, j’étais complètement terrorisé ! Il m’a poussé à m’aventurer en territoire inconnu, ce qui est loin d’être confortable ». Néanmoins, il s’est conforté dans l’idée que la mise en danger d’un cinéaste est nécessaire à son épanouissement : « J’ai toujours pensé qu’après avoir atteint 40 ans, un projet qui ne vous effraie pas ne vaut pas la peine qu’on l’entreprenne », indique-t-il.


Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Quand j’ai vu Michael Keaton à la tête d’affiche d’un nouveau film, j’étais vraiment content pour lui car c’est un acteur que j’apprécie beaucoup et je trouve dommage qu’il ce soit fait trop rare au cinéma. Ensuite de voir Alejandro Iñárritu le diriger j’ai tout de suite eu envie de voir ce film, ajoutez à ça le reste du casting qui est impressionnant et en même temps original. La première bande annonce a encore ajouté un peu plus d’envie, plus de curiosité aussi car la bande annonce a joué parfaitement son rôle, c’est à dire intriguer son spectateur.

Pas de temps à perdre !

C’est marrant de voir ce film après Whiplash, Birdman s’ouvre avec de la batterie, ce m’a fait penser instantanément à la claque que j’ai pris y a quelques jours. La première scène me donne déjà sourire, de part la situation dans laquelle on voit le personnage principal mais aussi les dialogues. On voit déjà que l’humour va être omniprésent dans ce film, un humour à plusieurs degrés. La mise en scène de Iñárritu est fluide et assez balaise car tout se déroule en continu, très peu de coupures où alors elles sont très bien camouflées. Les personnages sont attirants et assez délirants. Ce premier quart d’heure amorce quelque chose qui va être unique et pourquoi pas grandiose.

Des étoiles qui scintillent constamment

A mon grand plaisir, je retrouve un Michael Keaton en grande forme. Ce rôle va le remettre dans les lumières hollywoodiennes et cela a déjà commencé. Le réalisateur le met vraiment en valeur et même plus en état de grâce. Il s’agit clairement l’un des plus grands rôles de sa carrière, voir même le plus grand. Je ne veux pas trop vous en dire sur son personnage mais je souligne tout de même les grands moments que nous offre ce personnage que ce soit en Time Square ou seul dans sa loge à se parler à lui même. La voix off qu’il entreprend en Birdman est incroyable et d’ailleurs on ne le reconnait pas tout de suite sous le masque. Chapeau Mister Keaton !

A ses côtés, Edward Norton signe un excellent retour au premier plan. Il nous offre des scènes à mourir de rire, et déploie une aisance qui nous avait diablement manqué. Sa composition favorise aussi bien la portée comique que dramatique du film.

Face à ses acteurs expérimentés, Emma Stone se montre solide et très touchante. Zach Galifianakis nous montre en discrétion qu’il n’est pas qu’un simple acteur de comédie et qu’il peut également dans un long métrage dramatique. Naomi Watts est peu présente, mais fait très bien le taff. Son personnage méritait peut-être un peu plus de considération.

Bref, chaque membre du casting apparait totalement investi par ce qu’il fait. Un pur régal !

Et au final, ça donne quoi Birdman ?

Alejandro González Iñárritu entrechoque avec génie deux mondes, celui du théâtre et celui du cinéma. Sa mise en scène est magistrale ce qui entraine un excellent travail du côtés des acteurs mais aussi du reste de l’équipe du film. Il y a dans Birdman une multitude de petits clins d’œil à d’autres films et une très bonne utilisation des effets spéciaux. Le cinéaste mexicain ose des choses, de grandes choses tout comme Richard Linklater (réalisateur de Boyhood) qui sera son concurrent pour les Oscars.

Au niveau du scénario, c’est audacieux et absolument brillant. Le personnage torturé de Riggan Thomson alias Birdman nous transporte entre rêve et réalité ce qui m’a rappelé un peu Rust dans la série True Detective. On pense évidemment au parallèle avec Batman, un rôle qui a longtemps collé à la peau de l’acteur. Iñárritu n’a rien laissé au hasard. Chaque protagoniste est composé au millimètre, à l’image de la performance collective des interprètes.

La musique est utilisée de façon originale comme l’état d’esprit du film, tout s’imbrique et de se confond parfaitement. Il est clair que c’est l’un des meilleurs films de l’année 2015, et je pense qu’il deviendra culte au fil des années.

Iñárritu réalise ici peut-être son meilleur film, cela me rend encore plus impatient de découvrir son prochain avec Leonardo DiCaprio et Tom Hardy. Cela promet d’être une nouvelle fois, une grande et belle expérience de cinéma

_MG_0817.CR2

En résumé, Birdman transpire le génie sur chaque plan et chaque page. Michael Keaton, Edward Norton et Emma Stone sont parfaits !

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. virgbeneteau dit :

    Vivement qu’il sort en DVD =)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s