Après séance : Jupiter Ascending

Jupiter-Ascending-Affiche-USA-2

Jupiter Ascending est un film de science-fiction américain écrit, coproduit et réalisé par Lana et Andy Wachowski. C’est le cinquième film que je vois de la part de ses réalisateurs, je suis passé par tous les stades à travers leurs films que ce soit très satisfait, déçu ou mitigé. Jupiter Ascending est leur septième long métrage en commun, il devait originellement sortir durant l’été 2014 mais la sortie fut repoussée de huit mois pour donner à l’équipe le temps de peaufiner la post-production.

Un scénario assez copieux et un peu de changement :

Le scénario, qui faisait plus de 600 pages selon les réalisateurs Andy et Lana Wachowski, contient de nombreux éléments comiques. Une première pour les deux réalisateurs qui nous avaient habitués à des films à la tonalité plus sombre.

Inspirations :

Parmi ses influences, Lana Wachowski cite l’Odyssée d’Homère et Le Magicien d’Oz. La réalisatrice explique que la notion de « foyer » est la même dans les deux œuvres, c’est-à-dire qu’il est un centre de gravité dans lequel l’individu revient après un voyage où il réalise à quel point il a changé et à quel point il est resté le même. Dans Jupiter Ascending, comme dans les deux œuvres citées précédemment, le voyage est aussi décrit comme une aventure nécessaire pour la quête d’identité.

Pour le design de l’environnement spatial, les Wachowski et leur chef décorateur Hugh Bateup ont voulu se différencier du design habituel des films de science-fiction en s’inspirant davantage de l’architecture des villes d’Europe. Ainsi, l’univers du film est inspiré de l’architecture de la Renaissance, de l’art gothique et d’éléments modernes.

Jupiter-Ascending-2

Pour les vaisseaux spatiaux du film, ils ont tous, à l’exception de celui de Titus qui ressemble à un palace volant, une esthétique inédite dans une œuvre de science-fiction. En effet, ils ont un style à la fois épuré et fonctionnel qui s’inspire de différents insectes et oiseaux de proie. En outre, ils possèdent certaines particularités surprenantes telles que des voiles, des ailes ou des épées.

jupiter-ascending-ft

La sauce Wachowski :

Les différents univers du film ont entièrement été imaginés par les Wachowski. Chacun possède ses propres caractéristiques en termes de structure et de style. Le producteur Grant Hill précise : « Une des premières choses que j’ai faites a été de rassembler une grande équipe dédiée au design. (…) Si on doit créer des univers entiers et tout inventer, il faut que ceux-ci aient leur propre logique ; il faut réfléchir à la façon dont les gens construisent, vivent, se déplacent, s’habillent ». Un travail immense a donc été effectué en amont pour rendre chacun de ces univers crédible.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Cloud Atlas m’avait tout simplement émerveillé en 2013 et j’attendais avec impatience le prochain film de la part de Wachowski. La toute première bande annonce de Jupiter Ascending m’a emballé immédiatement avec son visuel riche, un univers intriguant, de l’action et de voir Channing Tatum et Mila Kunis dans les rôles principaux m’intriguait également. J’ai été déçu quand j’ai appris un peu avant juillet 2014 que la sortie était repoussée jusqu’à…février 2015.

Les premières minutes ?

L’ouverture du film est tout ce qu’il y a de plus simple et peut être même un peu trop cliché à mon goût. Cela m’a rappelé un peu le début des Gardiens de la Galaxie (le jeune Peter et sa maman à l’hôpital). Je souligne quand même que c’est intéressant d’avoir placée l’héroïne dans une famille russe.

Ensuite on passe un cap, on entre dans le vif du sujet avec l’apparition de personnages à l’apparence humaine vivants sur une autre planète, leur discussion rappelle un peu une discussion entre des dieux, genre « qu’est ce qu’on pourrait faire maintenant? A bah tiens j’ai une idée mettons en jeu la Terre et que le meilleur gagne » en gros c’est ça. On retrouve donc déjà les influences qu’on été cité ci dessus. On a très vite une grande scène d’action qui se passe à Chicago où on prend plein les yeux, on est dans même dans l’excès au niveaux des effets spéciaux, des mouvements de caméra, du rythme…Il faut savoir que cette fameuse scène a nécessité huit mois de planification. Certaines rues de Chicago ont dû être évacuées et trois hélicoptères ont été réquisitionnés pour filmer et transporter les acteurs et cascadeurs.

On sort de ce premier quart d’heure avec un avis très mitigé. On a de l’originalité, on en prend pleins les yeux mais la narration est beaucoup trop rapide. Espérons que le suite soit d’une meilleure inspiration.

JUPITER ASCENDING

Le casting ?

Je commence par Channing Tatum qui est plutôt bon, franchement il est convaincant dans son rôle de mercenaire génétiquement modifié et je pense que cet acteur commence à prendre une bonne dimension au niveau de son jeu.

A ses côtés, on a Mila Kunis qui qui n’est pas vraiment taillée pour ce type de rôle mais elle fait le job. Il faut savoir qu’à la base, c’est Natalie Portman qui avait été ciblée pour le rôle de Jupiter. On a aussi Sean Bean qui dés son apparition nous gratifie d’un petit clin d’œil en disant « oui je suis vivant pour l’instant » (quelque chose comme ça), l’acteur se montre convaincant dans le rôle de l’ancien mentor et ami de Caine (C.Tatum). Eddie Redmayne, Douglas Booth et Tuppence Middleton interprètent les frères et sœur Abrasax de façon un peu cliché et lisse, je trouve ça dommage car y avait vraiment un sacré potentiel du côté de ces personnages.

jupiter-ascending

Et au final ça donne quoi ?

Comme les premières minutes le laissaient entendre, on sort de ce film avec un avis plus que mitigé avec un soupçon de déception. D’un côté ça regorge d’originalité et de peps, malheureusement tout ça est gommé par les gros clichés et le côté cul-cul au niveau de la romance et de la famille Abrasax.

La mise en scène est charcutée de part en part, aucune fluidité, ça cut de partout et je suis sûr que c’est l’une des raisons pour laquelle la sortie du film a été repoussée. On dirait aussi qu’ils ont sectionné, ce qui l’a déjà été. Bien sûr, je me trompe peut être, ça se tombe je suis à côté de la plaque mais c’est l’impression que ça donne quand on regarde le film.

Au niveau du rendu visuel, les effets spéciaux sont grandioses, ça claque bien comme il faut. On ressent l’influence de pas mal de jeux vidéos comme « Final Fantasy« . Les différents univers, armes ou encore vaisseaux sont bien conçus.

Par contre, le message que veut transmettre le film est très intéressant et c’est très osé de l’avoir fait passer de cette façon, je ne vais pas vous spoiler sur, ça mais si vous voulez qu’on en débatte en commentaires, il n’y a pas de soucis.

Le compositeur Michael Giacchino nous offre une bande originale agréable mais sans plus. Un petit mot aussi sur les costumes qui sont vraiment beaux et classes. Vous imaginez bien que la photographie est splendide, il est clair qu’un niveau visuel c’est une très grande réussite.  Quand ce film sortira en DVD et Blu ray, j’espère juste qu’il y ait une version director’s cut et des explications de la part des réalisateurs sur certaines choses comme pourquoi les extra-terrestres nommés les gardiens ou chiens de garde sont si clichés ou pourquoi la présence de lézards-dragons ? Je pense qu’il y a un sens à tout ça et j’espère que j’aurais mes réponses.

a3279716fc10e1ad4e3293fb3704722f

En résumé, Jupiter Ascending est un bon divertissement doté d’un gros travail visuel, mélangeant romance, action, thriller et science fiction. Je ne suis pas énormément déçu mais j’avoue que j’attendais un peu plus de subtilité de la part des Wachowski.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s