TOP 5 des meilleurs films de Tim Burton

timburton

Tim Burton est le réalisateur qui m’a fait découvrir le cinéma fantastique et m’a rendu fan du justicier de gotham.

 Le cinéma de Burton m’a transporté dés l’âge de 4 ans, à travers le film Batman. J’ai été littéralement absorbé par le personnage et son univers. A l’époque, la série animée de Bruce Timm débarquait sur nos écrans et avec ce film, je me disais « Waaah il existe en chair et en os ». Ça peut vous paraître idiot, mais quand on est gosse et qu’on voit notre héros dans un film live, c’est génial !

Évidemment j’ai enchainé ensuite avec Batman, Le Défi, qui m’avait mis belle petite gifle à l’époque.  Quelques années se sont écoulées avant que je replonge pour de bon dans l’univers de ce réalisateur. Sleepy Hollow a été le film qui a confirmé l’admiration que j’avais pour Burton et son travail. Ensuite, j’ai rattrapé mon retard avec les films Beetlejuice, Mars Attack, Edward aux mains d’argent et Ed Wood. Contrairement à pas mal de monde, j’ai apprécié sa version de La Planète des singes, même si je préfère largement l’original. Ces dernières années, le cinéaste a alterné le bon et le moins bon. Malgré ça, il est toujours comme l’un des meilleurs réalisateurs du cinéma fantastique. Voici notre TOP 5 de ces meilleurs films.

N°5 : Batman

batman-burton-could-another-tim-burton-batman-movie-really-happen

Soit on l’aime, soit on ne l’aime pas ! Vous l’avez bien compris, j’adore ce film. Tim Burton frappe fort et juste avec cette adaptation. Il a donné un  second souffle à l’homme chauve-souris, un justicier torturé et sombre. Ce traitement va changer à jamais notre perception du super héros. La mise en scène est techniquement astucieuse, Burton garde l’âme du comics, tout en y imposant son identité cinématographique. Le script de Sam Hamm s’inspire à merveille du travail de Bob Kane, le scénariste injecte sa propre vision des personnages et de l’univers dans lequel ils évoluent. Les décors et les accessoires sont grandioses, que ce soit la Batmobile, la Batcave ou la cathédrale, c’est magnifique. L’alliance Burton/Hamm est une réussite !

Batman/Bruce Wayne est interprété brillamment par Michael Keaton (qui été imposé par Burton, alors que la Warner ne voulait pas de lui). Face à lui, on a un excellent Jack Nicholson dans la peau du Joker. Sa performance est remarquable. Il est à la fois terrifiant et marrant, le rôle était clairement taillé pour lui.

Il faut souligner aussi l’excellent travail du compositeur Danny Elfman, qui dés le générique nous embarque avec son thème épique. Je ne vais pas crier au chef d’oeuvre, mais en tout cas Batman reste un film qui m’a marqué et qui a été décisif dans ma passion pour le Septième Art.

N°4 : Edward aux mains d’argent

edward-aux-mains

Beaucoup le considère comme le meilleur film de la part de Tim Burton. Je ne le considère pas comme tel, mais cela n’enlève à rien à l’estime que j’ai pour ce fantastique long métrage. Ce dernier respire le cinéma burtonien à 200%. Le réalisateur nous offre un magnifique conte dont lui seul à le secret. C’est à la fois brillant, éclatant, poétique mais aussi sombre et gothique. Visuellement c’est somptueux ! On y retrouve quelques ingrédients de ses précédents films, mais c’est bien mieux exploité. Les décors sont oniriques, gothiques et splendides.

Au niveau du casting, Johnny Depp tient l’un de ses plus grands rôles au cinéma et c’est celui qui va l’élever au rang de véritable star (on est bien loin de 21 Jump Street). Il incarne Edward de façon magistrale, ce film marque la première collaboration entre l’acteur et Burton. Le début d’une longue et belle histoire entre les deux hommes.

Danny Elfman compose une nouvelle fois une bande originale en osmose totale avec l’univers du réalisateur. Tim Burton réalise un très beau  film personnel, touchant, drôle et original.

N°3 : Batman, le défi

batman-le-defi-Burton-mcdonalds

Pour voir cette suite, je peux vous dire que j’ai du être patient… Mes parents ne voulaient pas m’acheter la VHS. Je pense que c’est certainement à cause de certaines scènes choquantes et de l’avertissement de l’époque « avec accord parental souhaitable ». Finalement, je l’ai obtenu grâce à l’une de mes tantes. Quel bonheur quand je l’ai eu dans les mains et qu’on m’a dit « Vas y prend le ! ». Vous vous doutez bien que le soir même, je l’ai mis direct dans le magnétoscope. Je m’en rappelle comme si c’était hier, il n’y avait pas de bande annonce, mais à la place un excellent épisode de Bugs Bunny (le 105éme pour être précis). Dés le générique, je retrouve les premières sensations ressenties pour le premier Batman.

Voila pour la petite histoire.  Avec cette suite, Tim Burton réalise un long métrage de qualité supérieure par rapport au premier film. La mise en scène est beaucoup mieux inspirée, c’est à la fois plus sombre et plus théâtrale. L’identité du cinéaste est toujours présente, comme le prouve la conception du zoo. Les effets spéciaux sont bien élaborés et vieillissent plutôt bien avec le temps. Les décors sont grandioses, comme pour le premier film. On y voit une autre partie de Gotham City, la plus obscure, la plus torturée.  Le scénario est un peu plus complexe et psychologique que le premier Batman et on le ressent notamment dans la conception des personnages.

 Danny Elfman livre une bande son dans la lignée du premier film. Le compositeur ajoute quelques sonorités différentes, pour accentuer le côté gothique du film.

Michael Keaton reprend le costume du justicier de Gotham, il est encore fois au top. Face à lui, Tim Burton a sélectionné du lourd avec Michelle Pfeiffer pour le rôle de Catwoman. L’actrice est tout simplement impeccable et à ce jour cela reste la meilleure incarnation au cinéma de ce personnage. Danny DeVito est à l’aise dans la peau du Pingouin. Il a été nominé aux Razzie Awars pour le pire second rôle masculin, alors que sa prestation est loin d’être mauvaise.

Batman, le défi est clairement l’un des meilleurs films Batman, tous confondus. Dommage que Tim n’a pas été reconduit pour le troisième film.

N°2 : Sleepy Hollow

sleepy-hollow-tournage-005

Tim Burton retrouve ici Johnny Depp pour la troisième fois (après Edward aux mains d’argent et Ed Wood) dans un conte d’épouvante, inspiré par la nouvelle homonyme de Washington Irving. Le réalisateur nous plonge dans une atmosphère plus glauque que d’habitude. Sa mise en scène colle à merveille au propos et au niveau du visuel, on passe encore une fois un palier. Burton nous emmène une nouvelle fois dans un autre monde plus macabre. Les décors sont absolument fabuleux, à chaque film cela va toujours plus loin et plus fort, c’est du grand art. Les costumes eux aussi sont excellents que ce soit pour le cavalier ou pour les autres personnages. Un petit côté thriller en ressort, ce qui passionne le spectateur du début à la fin. Au niveau du scénario, l’adaptation est excellent et cela correspond parfaitement à Burton et à son univers.

Johnny Depp nous dévoile ici une autre facette de son jeu d’acteur, à la fois charmeur mais aussi intriguant. A ses côtés, on a Christina Ricci qui incarne la jeunesse et l’innocence au cœur pur, ce qui en fait une héroïne burtonienne par excellence. Le duo se fond fort bien avec la réalité et l’imaginaire de l’histoire. Il faut souligner également la présence glaçante et inoubliable de Christopher Walken dans la peau de ce fameux cavalier. L’acteur est habité par son personnage, même si on ne le voit que très peu.

Fidèle au poste, Danny Elfman souligne avec talent la tension et l’épouvante, tout en équilibrant avec le tout avec une composition plus légère et plus orientée vers le romantisme de certaines scènes. Comme pour Edward aux mains d’argent, la cohésion et la cohérence d’équipe règnent au sein de ce film et c’est pour cela que c’est l’un des meilleurs films du réalisateur.

N°1 : Big fish

big-fish-2004-tou-06-g

Voici celui que je considère comme le meilleur film de la part de Tim Burton. Ce dernier, nous offre une œuvre magnifique, onirique et poétique. Je suis à chaque fois émerveillé par ce film, du début à la fin. Le réalisateur livre son plus  savoureux cocktail d’humour, d’amour, un soupçon de frissons et de drame, de rêve et d’humanité. On surfe constamment entre le rêve et la réalité et c’est parfaitement maitrisé. C’est le genre de film dont on ne veut pas qu’il se finisse… C’est le long métrage de la part de Burton qui m’a le plus ému.

 La mise en scène est virtuose, un voyage extraordinaire à travers des villes charmantes, accompagné de personnages attachants. Le scénario est un petit bijou, une adaptation calibrée, passionnante et émouvante. Encore une fois, visuellement c’est grandiose et astucieux, on sent que Tim Burton a minimiser les effets numériques et tant mieux.

En ce qui concerne la distribution, Ewan McGregor est comme un poisson dans l’eau, dans la peau du héros. Il est à la fois attachant et drôle. Albert Finney est très touchant et sa complicité avec l’actrice Jessica Lange est très émouvante.

Danny Elfman (on ne change pas une équipe qui gagne) est impeccable pour la bande originale et il obtiendra même la seule nomination du film aux Oscars (injustice !). Un tel bijou n’est même pas reconnu à sa juste valeur par la profession, mais heureusement que nous sommes là pour remettre les pendules à l’heure. Je considère Big Fish comme un chef d’œuvre, il est adapté aux petits comme au grands et qui à l’époque a fait taire les critiques qui pensaient que Tim Burton était entrain de sombrer suite à son adaptation de La Planète des singes.

Mentions honorables :

ED WOOD

edwood-12

Beetlejuice

-Beetlejuice

Charlie et la chocolaterie

Charlie et la chocolaterie

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. PIERRE dit :

    pour moi c’est une faute de ne pas avoir mis ed wood car ed wood c’est tim burton,

    J'aime

  2. virgbeneteau dit :

    Big Fish est mon préféré aussi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s