Ed Wood (1994)

aff

Ed Wood est un film de Tim Burton. Il s’agit de la biographie du réalisateur Ed Wood, considéré comme « le plus mauvais réalisateur de tous les temps », qui se concentre sur son amitié avec Béla Lugosi et sur les réalisations de Glen or Glenda?, La Fiancée du monstre et Plan 9 from Outer Space.

Les racines du projet :

Les scénaristes Scott Alexander et Larry Karaszewski ont l’idée d’écrire un film biographique sur Ed Wood alors qu’ils sont étudiants à l’USC School of Cinematic Arts. Alexander propose même de réaliser un documentaire sur Wood, The Man in the Angora Sweater, alors qu’il est en deuxième année à l’université ; toutefois Karaszewski pense qu’« il n’y a personne sur Terre qui ferait ou voudrait faire ce film parce que ce n’est pas le genre de film qui se fait ».

Début des années 90, ils écrivent un synopsis de dix pages pour Ed Wood et le proposent au réalisateur Michael Lehmann qu’ils ont connu à l’université. Ils s’appuient pour leur travail sur Nightmare of Ecstasy, une biographie complète de Wood écrite par Rudolph Grey et comprenant des interviews de la famille et de l’entourage de Wood6. Lehmann expose à son tour le synopsis à la productrice Denise Di Novi, qui a collaboré avec Tim Burton sur Edward aux mains d’argent, Batman : Le Défi et L’Étrange Noël de monsieur Jack, et un accord est conclu pour faire le film, avec Lehmann en tant que réalisateur et Burton et Di Novi comme producteurs.

Burton commence à lire Nightmare of Ecstasy et des lettres de Wood et est saisi par le fait que Wood « écrivait au sujet de ses films comme s’il réalisait Citizen Kane tandis que les autres les percevaient comme les plus mauvais films jamais réalisés. »

Lehmann est engagé sur Airheads et Burton décide de réaliser lui-même Ed Wood en se mettant immédiatement au travail. Lehmann reste sur le film en tant que producteur délégué et Alexander et Karaszewski écrivent un scénario de 147 pages en six semaines. Burton lit cette première version et accepte aussitôt de réaliser le film tel qu’il est écrit, sans aucune réécriture. Ce projet donne à Burton l’occasion de faire un film plus centré sur les personnages que sur le style. Il déclare dans une interview : « Sur un film comme celui-ci, vous n’avez pas besoin de storyboard. Vous travaillez principalement avec les acteurs… et c’est donc mieux d’être plus spontané ».

ed-wood-1994-tou-02-g
En noir et blanc ou rien !

Le film est initialement produit avec Columbia Pictures comme partenaire mais, quand Burton décide de le tourner en noir et blanc, le président du studio Mark Canton s’y oppose à moins que Columbia n’obtienne un droit de regard. Burton, persuadé que le film doit absolument être tourné en noir et blanc, insiste pour avoir un contrôle créatif total et, en avril 1993, soit un mois avant la date prévue du début du tournage, Canton met en vente les droits de développement du film. Plusieurs autres studios sont tout de suite intéressés par le rachat des droits et Burton choisit d’accepter l’offre de Walt Disney Pictures par l’entremise de sa filiale Touchstone Pictures. Avec un budget assez modeste de 18 000 000 $, Disney ne pense pas que le projet soit risqué et accorde à Burton une autonomie complète. De son côté, Burton refuse d’être payé pour son travail de réalisateur sur le film. Le tournage, qui se déroule entièrement à Los Angeles et dans ses environs, commence en août 1993 et dure 72 jours.

Le tandem Burton/Elfman cassé ?

Howard Shore remplace Danny Elfman, partenaire habituel des films de Burton, pour composer la musique en raison d’un différend artistique qui a opposé Burton à Elfman pendant L’Étrange Noël de monsieur Jack et à cause duquel les deux hommes restent brouillés pendant quelque temps. Comme vous le savez le duo s’est retrouvé pour Mars Attack !

Elfman_Burton

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

C’est le premier biopic réalisé par Tim Burton et il raconte l’histoire du réalisateur Ed Wood. Je suis assez curieux de voir ce film. Il semble à la fois proche et éloigné de ce que j’ai vu de la part de Burton jusqu’à maintenant.

Les premières minutes ?

L’introduction et le générique du film sont à l’image de Edward Jr Wood et de Tim Burton, un concentré des deux qui offre quelque chose d’unique et d’envoûtant. On apprend très vite à saisir qui est ce fameux Ed Wood, ce qui le passionne, ses amis, sa vision de voir le cinéma. Il est à la fois fascinant et touchant. On s’aperçoit très vite que Tim Burton a pris soin de livrer un véritable hommage à ce réalisateur, qui était conspué de partout par les studios hollywoodiens. Je trouve ça très intéressant de mettre en avant la relation que Wood et l’acteur Bela Lugosi entretenait et cela des scènes excellentes, ça promet de belles et grandes choses pour la suite. Une premier quart d’heure qui permet de trancher, soit on aime, soit on aime pas, personnellement j’adore !

Le casting ?

Tim Burton s’est entouré d’une belle pléiade d’acteurs avec en tête Johnny Depp, c’est leur seconde collaboration après Edward aux mains d’argent. On sent l’acteur à fond dans son personnage à la fois très touchant, drôle et courageux. Sa prestation est sans doute l’une des meilleures de sa carrière. Tim Burton connait son acteur par cœur, il sait jusqu’où il peut aller avec lui.

Pour incarner Bela Lugosi, le cinéaste a misé sur la bonne personne en choisissant Martin Landrau. Ce dernier est tout simplement saisissant, sa composition est incroyable. On a l’impression d’avoir le véritable Bela Lugosi devant soi. l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle est amplement mérité.

Bill Murray est aussi de la partie dans un rôle qui lui va comme un gant, totalement décalé et drôle. Sarah Jessica Parker et Patricia Arquette sont très belles et convaincantes. Lisa Marie est exquise en Vampira. Vincent D’Onofrio interprète brièvement, mais efficacement Orson Wells.

Ed Wood

Et au final ça donne quoi ?

Tim Burton nous livre un biopic très intéressant et maîtrisé. Sa mise en scène correspond parfaitement à l’histoire, l’époque, et surtout à Edward Wood Jr et son univers. Le noir et blanc a été le bon choix même si j’aurais aimé avoir un effet à la Sin City (quelques couleurs comme le rose du gilet, les rouges à lèvres…) mais je chipote bien sur. On a des scènes vraiment superbes surtout celle entre les personnages de Ed Wood et Bela Lugosi, la relation entre les deux est très touchante. D’ailleurs Burton impose sa patte particulièrement dans la maison de Lugosi avec les jeux d’ombres et de lumières. Il s’est brillamment inspiré des films des années 50 et cela rend le biopic encore plus authentique.

Au niveau du scénario, Scott Alexander et Larry Karaszewski ont fait du très bon travail comme pour Big Eyes que j’ai vu récemment. Ils ont su mettre en avant les différents personnages, leurs caractéristiques ainsi que la vision que Wood avait du cinéma (sa naïveté aussi).

La musique d’Howard Shore est subtile et à merveille de celles que l’on peut entendre dans les films des années 50. Il faut souligner aussi le très bon travail en ce qui concerne le maquillage qui fait s’instiller les visages ou les rend plus sombres aussi. Chapeau à Tim Burton et aux scénaristes d’avoir crus en ce film, le résultat est là et il est magnifique.

edwood-12

En résumé, Ed Wood est un très bon biopic, réalisé de main de maître par Tim Burton qui réussit un bel hommage à ce réalisateur surnommé « le plus mauvais réalisateur de tous les temps ». Un cocktail d’humour et de tendresse à déguster sans modération.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. PIERRE dit :

    rare sont les scènes qui m’on fait couler une larme comme celle ou langau/lugosi cris de douleur pendant son sevrage aux drogues !

    J'aime

    1. Landau est effectivement exceptionnel dans le rôle de Lugosi

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s