Dead Zone (1983)

Dead Zone affiche

Dead Zone est un film américain de David Cronenberg, adapté du roman éponyme de Stephen King.

Le film et le livre sont tous deux basés sur la vie du célèbre parapsychologue Peter Hurkos. Ce dernier avait déclaré avoir acquis des pouvoirs de divination après être tombé d’une échelle et s’être violemment cogné la tête.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

J’ai vu ce film qu’une seule fois et c’était je n’avais que 11 ans. J’ai quelques petits souvenirs, mais ça reste flous, je suis donc curieux de voir si il a bien vieilli. Le fait de voir Christopher Walken sous le direction de David Cronenberg, qui s’inspire de Stephen King, ça mérite qu’on s’y attarde.

Les premières minutes ?

L’ambiance thriller début 80’s est omniprésente avec tout d’abord la qualité de l’image, les vêtements et les coupes de cheveux ainsi que la musique de Michael Kamen qui a composé la musique de films tels que « Highlander », « L’arme Fatale » ou encore « Piège de Cristal » ce qui est n’est pas rien. Le réalisateur amorce un bon rythme qui se veut aller directement à l’essentiel, sans que ce soit bâclé.

Le casting ?

Christopher Walken livre une prestation d’excellence du début à la fin. Les années 70 ont clairement été les plus belles pour l’acteur. A ses côtés on a Brooke Adams qui tient ici son plus grand rôle au cinéma, elle se montre assez convaincante.

Tom Skerritt n’est pas assez exploité, son personnage est beaucoup trop secondaire et c’est dommage. Martin Sheen est effrayant à souhait dans le rôle d’un politicien qui fait tout pour parvenir à ses fins.

Et au final ça donne quoi ?

On se situe clairement dans une bonne période pour Cronenberg qui venait de remporter précédemment un très bon succès avec l’ofni « Videodrome« . Il continue une nouvelle fois à explorer le fantastique en adaptant respectueusement le roman de Stephen King.

La mise en scène est efficace, elle souffle une assez ambiance torturée, à l’image du personnage principal. Certes, certains effets ont mal vieillis, mais on les gomme très vite. Cronenberg entretient le mystère et le suspens comme il faut. En revanche, le montage laisse un peu à désirer. La coupe est brute et le soin sur les transitions est inexistant.

Pour ce qui est du scénario, c’est plutôt bien ficelé et respectueusement adapté du roman. Un ode mélancolique et fantastique articulée par des thématiques intéressantes, telles que la médiatisation, l’amour, la politique ou encore la mort. Le personnage de Johnny Smith est assez bien composé, ce pourquoi Christopher Walken s’en imprègne brillamment. Ce que l’on pourrait reprocher à Cronenberg, c’est de ne pas avoir pris certaines libertés, notamment sur la dernière partie du film. Le cinéaste canadien n’ose pas poussé l’hyper-subverssif jusqu’au bout, comme c’était le cas sur ses précédents longs métrages.

film-dead-zone5

En résumé, Dead Zone est un très bon thriller fantastique, même si on a connu Cronenberg plus soucieux du détail. Christopher Walken est époustouflant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s