Kurt Russell, de Disney au Prince des Ténèbres

Kurt_Russel_BW3_12x10J’ai découvert Kurt Russell à travers ses premières collaborations avec John Carpenter. Tout de suite sa gueule et son jeu d’acteur en ont imposés. Il a connu une traversée du désert dans 90’s mais il revenu en force avec Quentin Tarantino en 2007, sa résurrection quelque part…

 

Kurt Russell alias Kurt Vogel Russell est né le 17mars 1951 à Springfield dans le Massachusetts, est un acteur américain. Son père Bing Russell est un ancien joueur de baseball connu pour avoir joué le shérif adjoint de la série Bonanza.
Kurt se passionne également très tôt pour le baseball et le cinéma, dès l’âge de 10 ans ont le retrouve dans plusieurs série TV et téléfilms, dont plusieurs épisodes de la célèbre série Le Fugitif. Sa carrière au cinéma commence en 1966 avec le film Demain des Hommes des studios Disney. Après ça, la firme à la souris lui fit signer un contrat de 10 ans qui s’arrêta en 1975 avec L’homme le plus fort du Monde.
De plus en plus lassé de ses rôles de good guy sympathique, il décide de partir vers d’autres horizons ce qui s’avéra difficile durant les premières années mais c’est sa rencontre avec John Carpenter jeune réalisateur tout juste auréolé du succès d’Halloween, la nuit des masques, qui va changer la donne.
Pour lui il jouera tout d’abord un Elvis Presley criant de vérité pour le téléfilm aujourd’hui culte Le Roman d’Elvis en 79. C’est d’ailleurs sur le plateau qu’il rencontrera celle qui deviendra sa femme dès l’année suivante Season Hubley mais le mariage fut de courte durée, le couple divorça en 1983.Il auront tout de même un fils née en 1980.
Coté cinéma Russell et Carpenter se sont trouvés, Russell devient l’acteur fétiche de ce dernier qui le fit jouer de 1980 à 1996 dans 4 de ses plus grand films à commencer par New York 1997 où il incarne son personnage le plus célèbre Snake Pliskeen qui inspira quelques années plus tard à Hideo Kojima son personnage de Solid Snake dans la saga vidéo ludique MetalGear. Il enchaine ensuite avec le classique de l’horreur The Thing ou il incarne McReady un scientifique stationné sur une station polaire en proie à une créature extraterrestre polymorphe meurtrière. Cette fois le succès n’est pas au rendez-vous, le public préférant l’E.T de Spielberg. Mais le film deviendra culte dans les vidéoclubs.
Pour leur derniere collaboration durant les 80’s, nos deux compères nous sortent leur film le plus barré autant pour l’un que pour l’autre. Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin une comédie d’arts martiaux loufoque hommage au cinéma de Tsui Hark qui connaitra le même destin que The Thing un four au box-office et un culte en VHS.
Carpenter et Russell se séparent donc momentanément sur un échec. Il joue ensuite dans Tequila Sunrise de Robert Towne et dans Tango et Cash avec Stallone mais c’est le rôle du colonel O’Neil (avec un seul « L ») dans le Stargate de Roland Emmerich et le Tombstone de George S Cosmatos (qu’il réalise en grande partie) qui lui font retrouver le succès auprès du public. Il retrouve en 1996 une ultime fois Carpenter pour la suite/remake de New York 1997 : Los Angeles 2013 qui n’aura pas le même succès.

empire-john-carpenter-kurt-russell-reunion
Apres Soldier de Paul WS Anderson , sorte de spin off raté de Blade Runner, qui multiplie les clin d’œil à la carrière de Russell, ce dernier se fait plus rare à l’écran. Il faudra attendre 2001 avec Destination : Graceland dans lequel il joue un braqueur fan du King sorte d’écho au rôle qui lui a permis de conquérir le public par le passé et son rôle de psychiatre dans Vanilla Sky au côté de Tom Cruise pour le voir à nouveau en tête d’affiche.

Encore plus rare ces dernières années son dernier rôle réellement marquant sera celui du cascadeur Stuntman « Mike » dans le Boulevard de la Mort de Tarantino. Il fait en 2015 son grand retour dans la saga Fast and Furious où il incarne Mr.Nobody dans le septième épisode de la franchise. Il sera également à l’affiche du prochain film très attendu de Quentin Tarantino The Hateful Eight.

Filmographie Sélective :

1979 – Le roman d’Elvis de John Carpenter
1981 – New York 1997 de John Carpenter
1984 – The Thing de John Carpenter
1986 – Jack Burton dans les Griffes du Mandarin de John Carpenter
1988 – Tequila Sunrise de Robert Towne

1989 – Tango & Cash de Andrei Konchalovsky

1993 – Tombstone de Goeroge S. Cosmatos
1994 – Stargate, la porte des Etoiles de Roland Emmerich
1996 – Los Angeles 2013 de John Carpenter
2001 –Destination : Graceland de Demian Lichtenstein
2002 – Vanilla Sky de Cameron Crowe
2007 – Boulevard de la Mort de Quentin Tarantino

kurt-russell-in-deathproof

En résumé, Kurt Russell est un acteur multi-facettes qui aura su se renouveler passant du cliché de l’adolescent Disney, à l’acteur confirmé jouant pour les plus grands comme Tarantino ou Carpenter. Plus discret durant les années 2000, son retour en force s’est fait tarder mais l’éternel Snake Pliskeen est belle et bien de retour. À quand un nouveau film avec Big John ?

Yann R.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s