Le Salaire de la Peur (1953)

Le salaire de la peur

Le Salaire de la Peur est un film de Henri-Georges Clouzot. C’est une adaptation du roman éponyme de Georges Arnaud.

C’est l’un des seuls films de l’histoire du cinéma à avoir remporté la même année la Palme d’or du Festival de Cannes et l’Ours d’or au Festival de Berlin.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

On est en plein dans le cycle « Clouzot » et je tenais à vous faire partager mon point de vue sur cette autre pépite du cinéma français signé Clouzot. Et un c’est un grand plaisir de revoir Yves Montand jeune et très bon.

De quoi ça parle ?

Quatre hommes acceptent de véhiculer, au péril de leur vie, un chargement de nitroglycérine sur cinq cents kilomètres de routes défoncées. L’énorme prime de ce « quitte ou double » périlleux est le seul moyen de quitter le village d’Amérique centrale dans lequel ils ont échoué.

Les premières minutes ?

Le réalisateur ne vient pas tout de suite au fait contrairement au film « Les Diaboliques », ici il pose le décor avec délicatesse pour qu’on s’imprègne bien de l’ambiance, du climat et aussi des personnages. Je souligne déjà l’incroyable réalisme que nous offre Clouzot et surtout que ce film date de 1953…

Le casting ?

Le réalisateur s’entoure d’un casting qui a de la gueule et qui mouillent le maillot avec en premier Yves Montand en très grande forme et me montre que c’est clairement un acteur né. Charles Vanel décoche une sacrée prestation d’ailleurs il en sera récompensé à Cannes. Peter Van Eyk apporte beaucoup lui aussi avec son accent, son physique et bien sur son jeu d’acteur.

Et au final ça donne quoi ?

Une fois de plus Clouzot nous offre un chef d’œuvre intemporel ! Clouzot nous offre une nouvelle fois un film très intense…Sa technique est vraiment bluffante, il y a des scènes extraordinaires, on est carrément embarqué dans le camion avec les acteurs. Les décors sont excellents, cela offrent de très beaux plans et donc une photographie somptueuse alors qu’on est en noire et blanc et en 1953. Le scénario est bien écrit et à de très bons rebondissements.

cine-club-le-salaire-de-la-peur

En résumé, Le Salaire de la Peur c’est du lourd ! Une mise en scène sublime, une histoire incroyable et des acteurs très convaincants.

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s