The Detachment (2012)

DetachmentDetachment est un film américain réalisé par Tony Kaye. C’est le second long métrage de sa carrière après le chef d’oeuvre American History X.

Nommé au Festival de Tribeca 2011, il a reçu le Prix de la Révélation Cartier et Prix de la critique internationale du Festival de Deauville 2011 ainsi que le Grand prix et le Prix du Public au Festival 2 Valenciennes 2011.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Tout simplement parce que j’ai énormément apprécié le travail du cinéaste sur American History X et que dans ce deuxième il met un nouvel l’accent sur une jeunesse en perdition. De plus de de voir Adrien Brody à la tête d’affiche attise encore plus ma curiosité.

De quoi ça parle ?

Henry Barthes (A.Brody) est un professeur remplaçant; Il est muté pendant un mois dans un lycée difficile de la banlieu new-yorkaise. Lui qui s’efforce toujours de prendre ses distances, va voir sa vie bouleversée par son passage dans cet établissement.

Les premières minutes ?

L’ouverture du film est originale mélangeant une animation en dessin et des interviews de professeurs ainsi que de Henry Barthes. Chacun d’entre eux parlent de leur jeunesse et de leurs rêves, parfois même de leurs anciens emplois avant celui d’enseignant, qu’ils choisirent par intérêt ou par contrainte. Le réalisateur pose direct le décor, on voit ce lycée qui sombre ainsi que les professeurs et la directrice. On ressent la petite lumière d’espoir quand Henry Barthes débarque qui est tout posé dans son travail mais qui au fond à pas mal de mauvais souvenirs. C’est simple, on ne voit pas le premier quart d’heure passé, c’est bien rythmé et intéressant.

Le casting ?

On a donc Adrien Brody qui est excellent dans le rôle de ce professeur écorché vif qui essaye d’aider les autres. A ses côtés Christina Hendricks qui incarne une collègue de Henry, je trouve dommage qu’on ne la voit pas plus que ça dans le film. Dans les seconds rôles celui qui tire son épingle du jeu c’est James Caan qui déploie une nouvelle fois toute son expérience, son charisme et c’est vraiment bon. Samy Gayle campe la jeune Erika de façon très convaincante. Betty Kaye (la fille du réalisateur) est très touchante sous les traits de la jeune Meredith. Lucy Liu est également de la partie.

Et au final ça donne quoi ?

Tony Kaye reste sur le même fil que son premier film, celui de montré les problèmes des jeunes et des adultes d’aujourd’hui et ici principalement dans le milieu scolaire difficile. La mise en scène est différente de celle de son premier film même si il reste au plus près des personnages. Il alterne entre animation dessinée et et les images du film et cela m’a rappelé le film Spun où on avait également ça. Le scénario est bon dans l’ensemble mais il y a tout de même un peu de déjà vu. Le film brille principalement grâce à Adrien Brody qui je le souligne une nouvelle fois est impeccable.

Detachment

En résumé, Detachment est une œuvre émouvante d’un réalisme confondant avec un excellent Adrien Brody.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s