Sam Neill, L’odyssée d’une carrière

Sam NeillSam Neill est sans conteste un de mes comédiens préférés chacune de ces performances qu’elle soit pour un rôle de gentil ou de méchant est toujours magistrale. Je me souviendrais toujours de lui pour son rôle d’Alan Grant dans Jurassic Park, mais aussi du fascinant et flippant Docteur Weir d’Event Horizon ou encore en père de famille dans L’Homme Bicentenaire.

Sam Neill de son vrai nom Nigel John Dermot Neill est un acteur Néo-Zélandais né le 14 septembre 1947 en Irlande du Nord.
Très jeune il quitte son Irlande natal pour rejoindre la terre de ces origines la Nouvelle-Zélande. Ces études de littérature anglaise le rapprochent de l’art dramatique. Et après avoir joué pour plusieurs compagnies théâtrales il intègre la New Zealand National Film Unit une société de production pour laquelle il travaillera 6 ans. Il se rapproche ainsi du cinéma et étudie le montage et l’écriture scénaristique.
L’année 1975 signe sa première apparition au cinéma dans le film Landfall de Paul Maunder. Mais c’est sa prestation dans le film My Brilliant Career qui lui vaut d’être remarqué par l’acteur James Mason qui l’impose aux producteurs du film La Malédiction 3 dans le rôle de Damien adulte.
Son physique entre l’angélique et le démoniaque lui permettent d’enchainer les rôles les plus variés passant du mari idéal dans Calme Blanc avec Nicole Kidman à un dangereux espion du KGB pour les besoins du film Enigma. En 1989, pour le bicentenaire de la révolution française il prend le rôle du marquis de La Fayette dans la super production franco-américaine La Révolution Française au côté d’une distribution international composé entre autre de Jane Seymour ou encore Klaus Maria Brandauer. L’année suivante il tourne pour John McTiernan dans le premier volet de la saga Jack Ryan : A la poursuite d’Octobre Rouge.

John Mctiernan, Sam Neill et Sean Connery sur le tournage de "A la poursuite d'Octobre Rouge"
John Mctiernan, Sam Neill et Sean Connery sur le tournage de « A la poursuite d’Octobre Rouge »

Mais c’est en 93 que Neill va exploser au prêt du grand public avec deux rôles marquants. Tout d’abord le mari jaloux perfide et violent Steward dans La Leçon de Piano de Jane Campion, puis Alan Grant le paléontologue aventurier du Jurassic Park de Steven Spielberg. Ces deux films lui permettent d’acquérir la reconnaissance critique mais aussi publique.
La suite de sa carrière ce fait sous le signe de la diversité enchainant les rôles et les genres sans réel accroc. Il passe de l’horreur (L’Antre de la Folie de John Carpenter) à la SF (Event Horizon de Paul Anderson, L’homme Bicentenaire de Chris Colombus) avant de retrouver le rôle d’Alan Grant en 2001 pour Jurassic Park 3 sous la direction de Joe Johnston cette fois-ci.

Sam Neill Jurassic Park
Sam Neill est un acteur dynamique qui accepte pas moins de deux rôles par an durant les années 2000. On le retrouve notamment dans Dirty Deeds de David Caeser en 2002 où il retrouve l’Australie pays qu’il connaît bien. Ou encore dans Angel du français François Ozon.
Ces dernières années Neill, s’illustre également à la télévision en participant à différente série comme Les Tudors, Alcatraz ou encore depuis 2013 Peaky Blinders une série sur l’Angleterre post première guerre mondiale.
En 2014, un jeune cinéaste français du nom de Matthieu Blomme réalise un documentaire du nom d’Odyssey consacré à l’acteur. Le réalisateur ce mets ainsi en scène dans un voyage qui le conduit jusqu’en Nouvelle Zélande pour une biographie sur les traces du comédien du Jurassic Park de son enfance, en passant par ces début de comédien, jusqu’à sa consécration au milieu des années 90.

Filmographie sélective :

– Calme Blanc, de Phillip Noyce

À la poursuite d’Octobre rouge (The Hunt for Red October), de John McTiernan

–  La Leçon de piano (The Piano), de Jane Campion

Jurassic Park, de Steven Spielberg

L’Antre de la folie (In the Mouth of Madness), de John Carpenter

Event Horizon, le vaisseau de l’au-delà (Event Horizon), de Paul W. S. Anderson

L’Homme bicentenaire (Bicentennial Man), de Chris Columbus

Jurassic Park 3, de Joe Johnston

Daybreakers de Michael Spierig

url
En résumé,  Sam Neill est un comédien fascinant multi facette, discret mais très présent autant sur les écrans que dans le cœur de tous les cinéphiles qui ont vu au moins un de ces films. Sa carrure, son physique, son jeu d’acteur font de lui un comédien unique aussi à l’aise dans des rôles positif que négatif. C’est peut être sa un mythe du cinéma…

Yann.

Si vous voulez en savoir sur le documentaire réalisé par Matthieu Blomme, voici l’adresse de son site internet :

Odyssey : Sur les Traces de Sam Neill

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. MarionRusty dit :

    J’aime énormément cet acteur. C’est dommage que la plupart des gens ne le voit que comme l’acteur de Jurassic Park. Je l’ai adoré dans Calme Blanc et La Leçon de Piano.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s