Old Boy, la plus terrible et la plus grande vengeance au cinéma

affiche old boyOld Boy est un film sud-coréen réalisé par Park Chan-wook, sorti en 2003.

Le film est le deuxième opus d’un triptyque sur le thème de la vengeance, initié en 2002 avec Sympathy for Mister Vengeance et clôturé en 2005 avec Lady Vengeance. L’homme au chien qui se suicide au tout début du film est interprété par Oh Kwang-rok, qui jouait déjà un personnage d’anarchiste tout à la fin de Sympathy for Mister Vengeance. Il fait aussi partie d’une des familles des victimes dans Lady Vengeance.

Adapté d’un manga ?

Old boy est une adaptation d’une bande dessinée japonaise (manga) en 8 volumes, datant de 1997, écrit par Tsuchiya Garon. Dong-Joo Kim, le producteur exécutif de Old Boy et à la tête de la société Show East a acheté au Japon les droits d’adaptation du manga pour moins de 11 000 euros. Après Sympathy for Mr. Vengeance, Old boy est le deuxième volet d’une trilogie sur le thème de la vengeance -le troisième volet doit avoir pour héroïne une femme d’âge mûr.

On peut faire de grandes choses avec de bons conseils :

Park Chan-wook explique que c’est un autre réalisateur coréen qui lui a donné l’idée d’adapter un manga : « J’apprécie les mangas japonais, mais je ne suis pas forcément un grand fan. C’est Joon-ho Bong, le réalisateur de Memories of murder, qui m’a conseillé de lire Old boy. Je l’ai lu sans penser à en faire un film. Alors, quand le producteur est venu me voir avec ce manga, j’ai dû le relire sous un autre angle. Concernant la différence entre les deux (…) le mobile de vengeance est totalement différent. En conséquence, les moyens de vengeance sont différents (…) les points communs sont la prison privée, l’histoire d’un homme qui renaît à travers une expérience d’enfermement, et le fait que le méchant ne se cache pas vraiment de son ennemi. »

A deux doigts euh…deux voix de la Palme d’Or :

Présenté en 2004 au Festival de Cannes, Old boy y a décroché le Grand Prix, la plus prestigieuse récompense après la Palme d’or. Lors de la conférence de presse qui a suivi l’annonce des résultats, le Président du jury Quentin Tarantino confiait que le film avait failli obtenir la Palme d’or, mais que le jury lui avait finalement préféré, « à deux voix près », le documentaire Fahrenheit 9/11 de Michael Moore.

old boy

Old boy a été l’un des plus gros succès de l’année 2003 en Corée, dépassant aux box-office des films tels que Matrix revolutions ou Kill Bill : volume 1. A la suite de ce triomphe, un remake américain a été mis en chantier par les studios Universal.

En quelques mots, pourquoi ce film est-il incontournable ?

Une mise en scène grandiose, un scénario plus qu’original et un acteur principal époustouflant.

De quoi ça parle ?

Oh-Dae Su , un père de famille ordinaire est enlevé. Il se retrouve séquestré dans une cellule où son seul contact avec le monde extérieur est une télévision. C’est ainsi qu’il apprend l’assassinat de sa femme dont il est le principal suspect. Quinze ans plus tard , sans aucune raison apparente , il est relâché. À sa sortie , il est contacté par son ravisseur. Oh-Dae Su doit répondre aux deux questions : qui et pourquoi ???

Les premières minutes ?

Le film démarre de manière très énergique et original. Nous découvrons notre héro libre sur un toit en compagnie d’un inconnu avec un chien. L’ambiance sombre et tortueuse est présente dès les premières minutes. Oh-Dae Su , le personnage principal à un charisme phénoménal. La première partie qui se déroule dans la cellule s’avère vraiment prenante et ne souffre d’aucune longueur. On ressent immédiatement beaucoup d’empathie envers le personnage qui ne connait pas la raison de son enfermement.

Le casting ?

Le casting est composé d’un trio d’acteurs incroyables , Choi Min Sik incarne Oh-Dae Su , Yu Ji Tae interprète Lee-Woon Jin et Kang Hye Jeong campe le rôle de Mido.

Choi Min Sik est complètement époustouflant , sa performance est inoubliable. Yu Ji-Tae rempli parfaitement le contrat et livre une excellente interprétation. Mido quant à elle est très attachante.

oldboy

Et finalement ça donne quoi ?

Un choc , une révélation. Je me suis retrouvée scotchée à mon siège en me disant « wahou qu’est-ce que je viens de voir ». Old boy incarne tout ce que j’aime dans le cinéma , des scènes magnifiques , des répliques inoubliables , un excellent jeu d’acteur , un scénario en béton armé et pour finir une B.O absolument divine. Je frissonne encore en entendant les premières notes de « The Last Waltz ». Comment ne pas être en admiration devant la mythique scène du marteau ?

Jérémy : Alors moi je ne m’attendais pas du tout à ça ! Je suis assez réticent envers le cinéma asiatique, je ne sais pas pourquoi. J’ai du mal à accrocher mais Old Boy a su me capter du début à la fin. La maîtrise du cinéaste est époustouflante. Il réussit le mélange parfait  d’humour, de violence et tout ça est dans virtuosité technique incroyable. Le scénario est comme, à dit Marine ci dessus, en béton armé avec des très bons rebondissements et une profondeur psychologique retranscrit avec brio. Jo Yeong-wook compose une musique sublime qui fait corps avec les images. J’ai donc été totalement surpris par ce film car ça envoie du lourd de tous les côtés.

Old boy

En résumé, Old Boy est une œuvre qui nous rappelle pourquoi on aime autant le cinéma. Un chef d’oeuvre épatant et dramatique, réalisé de mains de maitre par Park Chan Wook.

 

Marine.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s