Mulholland Drive, le plus grand des rêves éveillés au cinéma

Mulholland drive affiche

Mulholland Drive est un film à énigme néo-noir américano-français écrit et réalisé par David Lynch et sorti en 2001. C’est le neuvième long métrage de la part l’un des  maîtres incontestés des thrillers psychologiques.

C’est premier film de Lynch que j’ai vu, j’avais 15 ans et cela a été une révélation ! J’ai pris une énorme claque à l’époque, j’étais tout simplement resté scotché sur mon siège car jamais je n’avais une œuvre aussi complexe, envoutante, parfaitement réalisé, écrite et aussi bien interprété.

Tout commença pour le petit écran

Au début des années 90, David Lynch rencontre un énorme succès avec sa série Twin Peaks, qui a révolutionner le schéma classique d’une série télévisée. Juste après ce triomphe, le cinéaste aimerait faire quelque chose proche de la série et pourquoi pas une suite…

En 1999, la chaine ABC commande un pilote au réalisateur mais malheureusement celui ci est jugé trop complexe pour que l’on puisse lui donner suite pour en faire une série. La chaine télé avait tout de même misé 7 millions de dollars dans cette histoire. David Lynch l’a mauvaise, son bébé est déjà tué à la naissance mais le maître n’a pas dit son dernier mot.

Studio Canal va venir à la rescousse de Lynch et lui proposer de faire de ce pilote, un film. Mulholland Drive prend enfin son envol. Le cinéaste modifie en conséquence le script.

Un casting à l’aveugle, enfin presque…

Lynch sélectionne Naomi Watts et Laura Harring grâce à des photographies d’elles. Il les invite séparément à venir effectuer des entretiens d’une demi-heure et leur explique qu’il n’a vu aucun de leurs précédents travaux au cinéma ou à la télévision. Alors qu’elle se rend à cet entretien, Harring est impliquée dans un accident sans conséquence, elle y voit un caractère fatidique en apprenant plus tard que son personnage lui-même serait impliqué dans un accident de voiture dans le film. Lors du premier entretien, Watts portait un jean et était arrivée par avion de New York : Lynch lui demande de revenir le lendemain en « se faisant belle ». Deux semaines plus tard, il lui propose le rôle. Lynch a expliqué le choix de cette actrice : « J’ai vu quelqu’un dont je ressentais le formidable talent, et j’ai vu quelqu’un qui avait une belle âme, une capacité d’interpréter beaucoup de rôles différents, il s’agissait donc d’un joli ensemble complet. »

Justin Theroux rencontre également Lynch à sa descente d’avion. Après un long vol et sans avoir beaucoup dormi, Theroux se présente vêtu de noir et avec les cheveux en désordre. Lynch apprécie cette apparence et décide de conserver des vêtements similaires et la même coiffure pour le personnage d’Adam.

Lynch, Watts, Harring

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Peu de films me font cet effet, Mulholland Drive fait partie des films qui m’hypnotisent, qui me choppent tel un aimant surpuissant et impossible de décrocher. A chaque séance, cela me fait le même effet et c’est la preuve qu’il s’agit d’un grand film porté par une grande maîtrise du cinéaste et de ses acteurs. Si vous ne l’avez pas encor vu, prenez une soirée tranquille et laissez vous porter par ce songe lynchien, qui est certainement le meilleur de la part du cinéaste.

De quoi ça parle ?

Quand j’ai découvert ce film, il y a maintenant 12 ans, je ne connaissais rien de l’histoire. Je me suis tout simplement laissé porter par l’atmosphère, les personnages et leurs mystères. Mais je vous laisse tout de même le synopsis à porter pour les plus réticents. A Hollywood, durant la nuit, Rita, une jeune femme, devient amnésique suite à un accident de voiture sur la route de Mulholland Drive. Elle fait la rencontre de Betty Elms, une actrice en devenir qui vient juste de débarquer à Los Angeles. Aidée par celle-ci, Rita tente de retrouver la mémoire ainsi que son identité.

Les premières minutes ?

On assiste tout d’abord à une scène pré-générique avec des gens qui swinguent et ensuite on voit Naomi Watts qui se fait acclamé par la foule. Une intro loin d’être anodine bien sûr, elle prendra tout sens à la fin.

Le film démarre vraiment après ça, l’ambiance lynchienne se place tranquillement et me rappelle déjà le style que le cinéaste avait abordé dans Twin Peaks. Je suis complètement absorbé par le destin de cette belle femme brune mystérieuse mais également par la mise en scène du cinéaste. Le côté thriller bien sombre et tordu me plait. La scène au restaurant où l’on voit des hommes discuter est magnétisante et la première fois que j’ai vu le film, je me rappelle avoir été scotché si je puis dire par cette scène. Un premier quart d’heure de haut niveau, un labyrinthe complexe se pose devant nous et on savoure déjà chaque impasse.

mulholland-drive_001-1

Le casting ?

Je commence donc par Naomi Watts qui m’a éblouie la première fois que j’ai vu le film et à chaque séance, c’est la même sensation. Une performance de très haut niveau, la meilleure dans la carrière de l’actrice. David Lynch la dirige parfaitement et dans des scènes pas facile du tout et différentes de l’une à l’autre.

Laura Harring est tout simplement magnifique, elle complète parfaitement Naomi Watts, il y a une alchimie très forte, qui transpire dans dans ce duo, de cette fusion. L’un des meilleurs duos féminin au cinéma pour moi. Elles sont lumineuses à chaque apparition à l’écran.

Justin Théroux est très convaincant et colle parfaitement à l’univers du réalisateur. Un rôle discret mais intéressant c’est celui du « cowboy » incarné par l’acteur Monty Montgomery, je trouve sa composition très intense, on ne le voit que très peu mais il m’avait marqué lors de la première fois que j’ai vu le film. Encore une fois on voit ici que David Lynch s’est parfaitement sélectionner ses acteurs ainsi que les diriger et à chaque cela de grandes performances qui nous marquent à jamais.

mulholland-drive

Et au final ça donne quoi ?

Un pur délice, du grand cinéma. David Lynch nous transporte du début à la fin, pour moi il est ici au sommet de son art. Il nous embarque dans un voyage unique avec de l’humour, de l’érotisme, de la noirceur…tant de choses se passent dans ce film. La mise en scène est somptueuse, alors il est vrai que soit on accroche ou pas mais pour ma part dés les premières images j’ai été capté et jamais relâché. Une technique de réalisation qui vient étreindre le spectateur tout en lui offrant quelques caresses de temps en temps. Je ne peux même vous dire ma scène préférée tellement y en a que j’adore. Le scénario est subtilement conçu comme on en a l’habitude avec Lynch.

Je dois vous avouer que la première fois que j’ai vu le film, je n’ai pas tout compris mais j’ai été émerveillé quand même et c’est bizarre comme sensation. Aujourd’hui je pense avoir compris l’essentiel de l’œuvre mais il reste encore quelques faces cachées qui faut je déjoue.

Un petit mot sur l’excellente photographie de Peter Deming qui capte à merveille l’univers du maître Lynch et on peut s’en rendre compte également quand on voit Lost Highway. La musique de Angelo Badalamenti est nouvelle fois implacable et envoutante, son travail et celui de Lynch fusionne à merveille à chaque collaboration comme un peu le duo Spielberg/Williams.

Mulholland Drive est pour moi le film le plus représentatif de l’univers du cinéaste, on est clairement entre le rêve et le cauchemar, on navigue dans un songe brillamment écrit, mis en scène, interprété et pour moi il aurait mérité encore plus de récompenses.

Naomi Watts

En résumé, Mulholland Drive est un chef d’oeuvre de chez chef d’oeuvre, peu de films ont cette aura. David Lynch nous offre une expérience unique, la plus grande qu’il ait conçu.

 

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. gramokostepht dit :

    J’avais oublié que je l’avais déjà vu …. Donc revu hier grâce à votre article. Mon grand mérite est d’être allé jusqu’au bout de cette absolue torture, un supplice : l’ennui. Bien sûr je n’ai rien compris, comme tout le monde. L’incompréhension devant une « oeuvre » déclanche des orgasmes chez certains, comme l’ennivrante sensation d’être devenu intelligent. Je me suis juste fait chi.. –

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s