Un Shérif à New-York (1968)

affiche un shérif à new york

Un Shérif à New-York est un polar américain réalisé par Don Siegel.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Cela faisait un petit moment que je voulais voir ce film car c’est l’un des seuls Siegel/Eastwood que je ne ‘ai pas vu à ce jour. C’est la première collaboration entre les deux hommes. J’ai de la chance car il passe à la télévision ce soir, un hommage pour les 85 ans de l’acteur/réalisateur.

De quoi ça parle ?

Un shérif de l’Arizona, aux méthodes expéditives, est envoyé à New York pour récupérer un détenu. Suite à l’évasion de ce dernier, il part à sa poursuite.

Les premières minutes ?

Une ouverture qui claque où l’on reconnait immédiatemment la patte de Don Siegel. Le côté western moderne fonctionne plutôt bien. La musique de Lalo Schifrin est bonne sur l’intro générique mais un peu brouillonne ensuite, ça fait un comédie sur les bords. Clint Eastwood en impose déjà, la force des grands acteurs.

Le casting ?

Je ne vais pas y aller par quatre chemins,  Clint Eastwood porte le film à lui tout seul. Son personnage et sa prestation sont assez inattendu, un dragueur et un flic redoutable.

Lee J. Cobb est bon dans son rôle de lieutenant intransigeant. Les actrices sont très belles mais pas assez mises en valeur en terme d’écriture.

Et au final ça donne quoi ?

Un bon film mais sans plus. La mise en scène est intéressante par moment mais cela manque de punch, des longueurs inutiles se font trop remarquer. Le rythme n’est donc pas soutenu, c’est bien dommage car les premières minutes ne nous indiquait pas ça, je m’attendait à quelque chose de plus costaud  et principalement au niveau du scénario. C’est trop faible au niveau de l’histoire et heureusement que Clint est là pour sauver tout ça. On voit tout de même que le réalisateur et l’acteur commencent à se connaître et heureusement que par la suite, ces deux nous offriront des films de plus haut niveau, notamment Dirty Harry.

Coogan's Bluff (1968)

En résumé, Un Shérif à New-York est un film distrayant sans être pour autant marquant, Clint Eastwood relève le rythme par sa bonne prestation.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. virgbeneteau dit :

    Moyen, heureusement que Clint est là !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s