Love, et autres drogues (2010)

Love & autres drogues Love, et autres drogues est est un film américain d’Edward Zwick. Le film s’inspire du livre de Jamie Reidy « Hard Sell: The Evolution of a Viagra Salesman », dans lequel l’auteur raconte sa propre expérience au sein des laboratoires Pfizer. Reidy a passé un certain temps sur le tournage et a apporté ses conseils à Edward Zwick. Il s’est déclaré d’ailleurs impressionné par le réalisme du film.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Edward Zwick de retour à la comédie romantique, ça m’intriguait. On connait le réalisateur pour ses grands films comme « Le Dernier Samouraï », « Blood Diamond », « Glory »ou encore « Légendes d’automne ». Le réalisateur était déjà passé par la comédie en 1986 avec « A propos d’hier soir » avec Demi Moore et Rob Lowe. Ici Edward Zwick dirige un duo de jeunes acteurs plus que prometteurs alors je pense que je vais passer un bon petit moment.

De quoi ça parle ?

New York, les années 90. Jamie est un jeune commercial redoutable dont l’assurance – et le physique avantageux – sévissent aussi bien auprès des femmes que dans l’univers implacable de l’industrie pharmaceutique où, entre antidépresseurs et dopants sexuels, il parvient finalement à tout vendre.
Mais il y a une personne qui semble insensible aux charmes de Jamie : Maggie. Une jeune femme très séduisante et furieusement indépendante qui, comme Jamie, fuit l’engagement émotionnel, mais pour des raisons très différentes. Elle est atteinte d’une maladie chronique et a décidé de vivre uniquement au jour le jour.
Malgré eux, ce qui devait être une histoire sans lendemain va alors s’intensifier. Tous deux vont bientôt voir leurs principes respectifs malmenés et devenir accros à la plus puissante des drogues qui soit : l’amour.

Les premières minutes ?

Un bon démarrage, simple et efficace. La mise en scène est à première vue bonne pour une comédie romantique. Jake Gyllenhaal nous dévoile une autre facette de son talent puisqu’on l’a peu vu dans ce genre là. L’atmosphère se pose direct, on a de la drague, du sexe et de la rivalité. On attend une chose, c’est l’apparition d’Anne Hathaway…

Le casting ?

Le couple que forme Jake Gyllenhaal et Anne Hathaway est très convaincant, ils alternent très bien l’humour et le drame. A leurs côtés, on a Oliver Platt qui interprète le frère de Jamie (J.Gyllenhaal). Il apporte un peu plus d’humour à travers certaines situations qui font mouches ainsi qu’avec les dialogues.

Et au final ça donne quoi ?

On ne va pas se le cacher, Edward Zwick est bien meilleur dans les autres genres que ce soit dramatique ou historique. Ici le réalisateur nous montre qu’il est un bon directeur d’acteurs mais sa mise en scène est un peu plate par moment et le final manque de piment, trop lisse, trop cliché. Le scénario a quelques failles mais bon dans l’ensemble ça passe mais bon ils ont fait l’effort de mettre un peu d’originalité en traitant de la maladie de Parkinson, de compétition pharmaceutique et des relations « sexfriends ». La BO est pas mal mais ne casse pas non plus des briques. En gros, on passe un bon petit moment devant cette petite comédie qui brille principalement par son couple.

Love-et-autres-drogues-Jake-Gyllenhaal-Anne-Hathaway-a-fait-le-film-pour-partager-mon-lit_reference

En résumé, Love, et autres drogues est une comédie dramatique sympa avec un beau couple convaincant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s