Edward Norton, Actor American Story

edward-norton-motorola-egerie-marque

Edward Norton est un très grand acteur et ce depuis son premier film sorti au cinéma (« Peur Primale ») où il m’a littéralement bluffé par sa prestation. Il a percé dans le métier en même temps que Matt Damon, Brad Pitt ou encore Ben Affleck mais il a su se différencier de ces acteurs en prenant un chemin différent en alternant la comédie, le thriller, le drame…Tellement de grandes performances à son actif et c’est une grande fois à chaque fois de le retrouver dans un film même si dernièrement il s’est fait rare et n’a pas fait les meilleurs choix sauf pour « Birdman » où il a obtenu et mérité sa nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Signe du grand retour ? Je l’espère en tout cas, en attendant, retour sur sa carrière qui est loin d’être fini et c’est sur, il n’a pas fini de nous émerveiller.

Edward Harrison Norton est né le 18 août 1969 à Boston. Il a passé son enfance à Columbia dans le Maryland. Il est diplômé en histoire de l’Université Yale, est féru d’art dramatique depuis son plus jeune âge. Après ses études, il travaille à Osaka, au Japon, comme consultant pour l’entreprise de son grand-père. Il y apprend la langue et sait parler japonais. Puis, il part s’installer à New York où il décide de suivre une carrière d’acteur en débutant avec la troupe des Signature Players.

La carrière d’Edward va démarrer en 1996, il attire ‘attention des producteurs de « Peur primale » et décroche le rôle d’Aaron Stampler, un premier rôle qui place la barre très haut et l’acteur se montre largement à la hauteur. Sa performance est retentissante et lui vaudra une nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, ce qui est pas mal du tout pour un premier rôle au cinéma.

La même année, il intègre le casting prestigieux de la comédie musicale « Tout le monde dit I love you » de Woody Allen. Il est à l’affiche aussi du biopic « Larry Flynt » aux côtés de Woody Harrelson.

Deux années plus tard, il prend plusieurs kilos de muscles pour incarner Derek Vinyard, le néonazi repenti d’ »American History X », prêt à tout pour sortir son jeune frère Danny Vinyard (joué par Edward Furlong) de cette haine et de cette violence. Il est nommé pour cette performance à l’Oscar du meilleur acteur. Il enchaîne en incarnant Lester, l’un des « Joueurs » de John Dahl, toujours en 1998.

ed-norton-american-history-x

Désormais reconnu pour sa capacité à porter des rôles à double facette, il se voit confier une partition complexe pour le thriller psychologique « Fight Club ». Il y donne la réplique à Brad Pitt et Helena Bonham Carter. Le film est un échec commercial , mais est acclamé par la critique . Ce film est œuvre majeur du cinéma de David Fincher, une perle comme y en a peu dans ce genre. Edward Norton est à ce moment au sommet de sa carrière.

En 2000, je le retrouve à travers un genre où je ne l’avais pas vu auparavant, celui de la comédie avec « Au nom d’Anna » que j’ai vu en salle à sa sortie. Il signe avec ce film sa première réalisation et sa première production. J’ai un bon souvenir de ce film avec Ben Stiller aussi où se mêle religion, humour, amitié et amour.

L’année suivante, il partage l’affiche de « The Score » avec deux vétérans du cinéma hollywoodien, Robert De Niro et Marlon Brando. Véritable choc de générations, Edward Norton montre une fois tout son talent. En 2002, l’acteur commence à toucher à un cinéma plus commercial en en incarnant Will Graham, un profiler du FBI qui arrête Hannibal Lecter (joué par Anthony Hopkins), dans « Dragon Rouge », réalisé par Brett Ratner. La même année, il interprète le rôle principal du remarqué « La 25e Heure » (24 heures avant la nuit), drame à petit budget mis en scène par Spike Lee, et ce aux côtés de Philip Seymour Hoffman et Barry Pepper. Il s’agit également de sa seconde production. Il conclue cette année en prêtant ses traits à Nelson Rockefeller pour le biopic Frida réalisé par Julie Taymor et porté par Salma Hayek. C’est l’année de la confirmation pour l’acteur.

large_25thhour_group

Après une telle, Edward Norton ralentit un peu la cadence. Il joue dans « Braquage à l’italienne » de F.Gary Gray aux côtés de Charlize Theron et Mark Wahlberg.

En 2005, il endosse le costume du roi-lépreux Baudouin IV de Jérusalem pour la fresque historique « Kingdom of Heaven ». Il insiste alors auprès du cinéaste Ridley Scott pour obtenir ce rôle. Il refuse ensuite d’être mis en avant lors de la promotion du film, afin que les spectateurs fassent leur propre découverte du personnage historique. Si le film est une déception commerciale , sa prestation complexe lui vaut néanmoins une nomination aux Satellite Awards. La même année, il joue dans le thriller psychologique « Down in the Valley » de David Jacobson, qu’il produit également.

En 2006, il joue dans deux films passant relativement inaperçus : il incarne Eisenheim, un magicien surprenant aux côtés de Jessica Biel, « L’Illusionniste » de Neil Burger, puis partage l’affiche de « Le Voile des illusions » avec Naomi Watts et mis en scène par John Curran. Il s’agit de sa quatrième production.

En 2008, il obtient et incarne le rôle de Bruce Banner / Hulk dans « L’incroyable Hulk » de Louis Leterrier. Il a comme partenaire Liv Tyler. Pour ce film, l’acteur participe aussi à l’écriture du scénario.

l-incroyable-hulk-photo-544906889506c

Edward Norton va connaître une petite descente après « Le Prix de la loyauté », il va enchainer quelques films qui vont se planter mais il va réussir à revenir au premier plan grâce à Wes Anderson dans « Moonrise Kingdom ». La même année, il est au casting du blockbuster « Jason Bourne : L’Héritage », écrit et réalisé par Tony Gilroy, premier opus de la franchise sans la star Matt Damon.

En 2014, il collabore de nouveau avec Wes Anderson pour « The Grand Budapest Hotel », un nouveau succès critique et commercial. Mais c’est dans « Birdman » d’Alejandro González Iñárritu, qu’il fait un retour remarqué avec un rôle de premier plan, donnant la réplique à Michael Keaton. Sa prestation lui vaut sa seconde nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

Pour le moment, l’acteur a quelques projets qu’il garde pour lui comme l’adaptation du roman « L’Hippopotame d’Amérique » dont il vient d’acquérir les droits avec sa société de production et celle de Brett Ratner.

Birdman

Filmographie sélective :

  • Peur Primale de Gregory Hoblit
  • American History X de Tony Kaye
  • Fight Club de David Fincher
  • The Score de Franck Oz
  • La 25ème heure de Spike Lee
  • Kingdom of Heaven de Ridley Scott
  • Moonrise Kingdom de Wes Anderson
  • Birdman d’Alejandro Gonzalez Iñárritu

edward-norton

En résumé, Edward Norton est un acteur discret mais qui a en sa possession un grand talent d’acteur né, il l’a prouvé et le prouvera encore.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s