Les évadés de la planète des singes (1971)

les-evades-de-la-planete-des-singes.jpgLes Evadés de la Planète des Singes (Escape From Planet of the Apes) est un film américain de science-fiction de Don Taylor. C’est le troisième volet de la saga inspirée par le roman La Planète des singes de Pierre Boulle.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Inversé le concept de la Planètes des singes pour masqué le manque apparent de budget et réussir à faire un bon film. Je veux voir ça !

De quoi ça parle ?

Pour échapper à l’anéantissement de la Terre, le Docteur Milo, Zira et Cornélius s’échappent à bord de la navette spatiale du Capitaine Taylor. Ils se retrouvent alors sur Terre… en 1973 !

Les premières minutes ?

Surprise ce ne sont pas des humains dans la navette ! Commencé le film par cette séquence c’est tout bonnement un coup de génie.

Le casting ?

Roddy McDowall est de retour dans son fameux rôle de Cornelius et ça fait plaisir tant le comédien est toujours aussi parfait dans ce rôle au même titre que Kim hunter en Zira qui réussit à être expressif, et émouvant malgré les couches de maquillage.
Parmi les autres personnages trois sont à souligné, tout d’abord le docteur Lewis jouée par Bradford Dillman, bien connu des fans de la saga Dirty Harry pour jouer le rôle du chef de Callahan dans The Enforcer et Sudden Impact qui ici joue le rôle que tenait Zira dans le film original. Le scientifique qui admet l’intelligence des héros et les aides à s’en sortir malgré l’adversité.
Ensuite Ricardo Montalban bien connu pour ces rôles de Khan dans la série originale et le film Star Trek 2 et du fameux Mr. Roarke de l’ile fantastique joue ici le personnage d’Armando (qui reviendra dans le volet suivant) et quoi représente lui et son cirque le dernière espoir pour le petit groupe de fuyards.
Et pour finir le « méchant » du film prêt à tout pour que le fils de Zira ne voie pas le jour : le Dr. Otto Hasslein incarnée par l’un des acteurs les plus mythique des Feux de l’Amour (véridique), Eric Braeden.

Et au final ça donne quoi ?

Les Evadés de la Planète des Singes revient aux sources du livre de Pierre Boule en reprenant tout son cynisme et son second degré ceux que les deux premiers volets avaient tout fait pour renier .Ici tout est inversé ce sont les singes qui sont confrontés aux humains et autant dire qu’ils ne sont pas supérieur au singe rencontré par Taylor. Si dans un premier temps Cornelius et Zira sont accueilli de façon amicale par la population, tout cela ne dure qu’un temps et la pauvre Zira devra accoucher de son enfant dans bien des tourments.
Le film de Don Taylor rattrape le coup et rehausse clairement la saga, après le second volet très … particulier. L’inversion des codes établis dans le premier film et l’idée qui en découle d’amener des singes évolué vers l’homme du présent constitue un coup de maitre pour renouveler la saga et ne pas la scellé après la fin sans réel retour du précèdent volets.

Les_evades_de_la_planete_des_singes_photo_2
En résumé,  Les évadés de la planète des singes, qui perds au passage encore du budget par rapport au film précèdent est une réussite, Don Taylor réalise un film loin d’être parfait mais fort en émotion et riche en métaphores. Jerry goldsmith fait également un retour remarqué à la partition, il abandonne ici les thèmes lunaires du premier film pour une composition plus conventionnel qui colle bien au film. Un très bon épisode donc à voir d’urgences.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s