La conquête de la Planète des Singes (1972)

La-Conquête-de-la-planète-des-singesLa conquête de la Planète des Singes est un film américain de J Lee Thompson. Il s’agit du quatrième volet de la saga inspirée par le roman de Pierre Boulle La Planète des singes.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Pierre angulaire de toute la saga La Conquête de la Planète des Singes introduit avec brio César comme leader incontesté Roddy McDowall réussi l’exploit de faire plus fort que sont interprétation de Cornelius.

De quoi ça parle ?

Amérique du nord, 1991. 16 ans après la fin du précèdent opus. César le fils de Zira et Cornelius revient en ville avec Armando son maitre dans le cirque qu’il la protéger jusque-là. Il découvre avec horreur la façon dont les singes sont traités par les humains passant d’animaux de compagnie à esclave docile. César décide de faussé compagnie à Armando qui ce fait vite capturé pour interrogatoire, pour infiltré le camp de conditionnement des singe pour ainsi préparé la révolte.

Les premières minutes ?

Univers Carcéral, claustrophobie nous voilà ! La première scène du film servant à nous montrer le stage de conditionnement des singes en détail nous mets de le début assez mal à l’aise. Filmé façon camps de concentration cette scène est à l’image de tout le film des décors futuriste clos, des singes un surnombre et des humain de plus en plus débordé.

Le casting ?

Roddy McDowall est électrisant dans son nouveau rôle de César à l’opposé du rôle plus passif de Cornelius, il prend ici toute la place pour incarné ce Messie si particulier.

Et au final ça donne quoi ?

La Conquête de la Planète des Singes est très certainement le volet le plus controversé de la saga et pour cause le film est largement plus violent (dixit la véritable fin de film coupé après des projections test désastreuse) et son propos beaucoup plus difficile que les précédents opus qui devenaient de plus en plus grands publics. Sur fonds de rébellion simiesque le métrage de J Lee Thompson est un formidable brulot contre l’esclavage et la ségrégation raciale qui faisait encore pas mal débat aux Etats Unis en 1972.
Si il y a bien une qualité qu’on peut trouver a Thompson et a son film c’est bien sa capacité à faire beaucoup avec pas grand-chose. En effet, avec seulement 1.7 millions de dollars (contre prêt de 6 million pour le film original) et un seul décor futuriste (en réalité un centre commercial) le métrage réussi à être cohérent, prenant, réaliste et incroyablement bien mis en scène loin, très loin du volet suivant , mais ça c’est une autre histoire.

conquete-de-la-planete-des-singes-1-g

En résumé, La conquête de la Planète des Singes est très certainement l’une des meilleurs suite au film de 1968, Roddy McDowall réussi à merveille dans son nouveau rôle : César le messie de la race simiesque et dans l’ensemble malgré quelques petits effets qui aujourd’hui font … tache (de sang …^^) le film n’a rien perdu de sa superbe et de sa force narrative et prophétique.

Yann R.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s