TOP 5 des meilleures prestations de Mickey Rourke

Mickey Rourke

Voila un acteur qui me fascine, il est capable du meilleur comme du pire. Il a charisme incroyable et ce même encore aujourd’hui malgré ses multiples transformations chirurgicales. Il aurait pu devenir un très grand acteur au même titre que Kevin Costner à l’époque mais finalement cette gueule d’ange s’est brûlé les ailes au fur et à mesure de sa carrière. Quel gâchis ! Mais bon ça n’enlève pas le fait qu’il nous offert tout de même de grandes performances et il a été sous la direction de grands réalisateurs. Il a souvent été assimilé à des légendes comme Marlon Brando et James Dean. Voici le TOP de ses plus belles prestations au cinéma. Bonne lecture à toutes et à tous !

Rourke Basinger

N°5 : John Grey dans « 9 semaines et demi » de Adrian Lyne

C’est la que l’acteur est devenu un véritable sexe-symbole, il était à l’époque classé N°1 des acteurs les plus sexy de la terre. En même quand on voit son rôle d’homme ténébreux, charmeur et séduisant, on comprend tout. Rourke délivre une belle performance, il est en parfaite alchimie avec sa partenaire, Kim Basinger, qui elle est aussi grandiose. C’est pour moi, l’un des plus beaux couples au cinéma car on y croit à ce coup, à cette passion et c’est grâce à Adrian Lyne mais aussi à Mickey Rourke et Kim Basinger.

sin-city

N°4 : Marv dans « Sin City » de Robert Rodriguez

Ce rôle est le come-back de Mickey Rouke et il peut remercier son ami Robert pour lui avoir confié ce rôle. Quel plaisir ça été de le voir faire parti de ce film et en plus dans un rôle qui lui va parfaitement.  Une brute épaisse qui n’accepte surtout que l’on touche les femmes pour leurs faire du mal. Le maquillage, le costume et les répliques, tout colle sur l’acteur. Il est clairement l’un des piliers du film. On se dit qu’après une si bonne composition, Mickey Rourke va revenir au sommet même si physiquement il a déjà bien changé.

Mickey Rourke

N°3 : Randy le bélier dans « The Wrestler » de Darren Aronofsky

En 2008, Mickey Rourke renait de ses cendres tel un phœnix en incarnant avec volonté et maestria un catcheur en plein déclin qui est quête de rédemption. C’est clairement l’un des rôles de sa vie, Aronofsky voulait à tout prix diriger Rourke et personne d’autres pour ce personnage et quand on voit le résultat, on comprend pourquoi. L’acteur a été récompensé par le Golden Globe du meilleur acteur, il est donc en route pour l’Oscar mais ne sera pas récompensé par la célèbre académie. On se dit que à partir de maintenant l’acteur est sur la bonne voie et va rattraper le temps perdu malheureusement la suite ne nous dira pas la même chose.

barfly-1987-07-g

N°2 : Henry Chinaski dans « Barfly » de Barbet Schroeder

Voici un film très rare en DVD, j’ai eu la chance de le voir un soir sur Arte et j’ai été littéralement bluffé par l’énorme composition de l’acteur. C’est pour moi la dernière grande performance au cinéma à l’époque où il était au sommet de la gloire. Barbet Schroeder nous invite dans un univers sombre, mélancolique et où le désespoir règne mais tout ça est illuminé grâce à la prestation incroyable de Mickey Rourke ainsi que sa partenaire, Faye Dunaway.  Le film est une semi-autobiographie de l’auteur-poète Charles Bukowski durant son passage à Los Angeles où il buvait beaucoup. Je trouve dommage qu’un tel film ne soit pas distribué en France en DVD.

Angel Heart

N°1 : Harry Angel dans « Angel Heart » de Alan Parker

Je vois déjà certains cinéphiles me dire « Ou sont L’année du dragon, Rusty James, Spun… » Pour moi, sa plus grande prestation est celle qu’il a effectué sous la houlette de Alan Parker. Ce film est une pure merveille, une perle obscure envoûtante et marquante. Mickey Rourke explose les canons dans ce film, il démontre qu’il a un talent fou et il a quand même en face de lui un acteur de taille en la personne de Robert De Niro. Ce duo est d’une puissance mystifiante. Il faut savoir que Rourke a été ingérable au cours du tournage, il s’est frité avec De Niro, il a débarque sur le plateau un matin avec les Hell Angel’s…Mais on retient au final que Parker a fait un travail de titan en dirigeant parfaitement l’acteur pour ce qui est certainement le plus grand rôle de sa carrière.

Mentions honorables :

The Motorcycle Boy dans Rusty James

rumblefish

Stanley White dans L’année du Dragon

lannee-du-dragon-photo-site-3

The Cook dans Spun

spun-images-ced2072e-ead4-4fbb-b365-6898adf1491

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s