Le Bûcher des vanités (1990)

Le bucher des vanitésLe Bûcher des vanités est un film américain de Brian De Palma. Il s’agit de l’adaptation du roman homonyme de Tom Wolfe, publié en 1987. Ce film est l’un des plus gros échecs du studio Warner, 47 millions de budget pour 15 millions de recettes et la critique a été très dure à la sortie du film en salles.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

J’ai vu ce film, il y a très longtemps, je devais avoir 5 ou 6 ans. J’étais un grand fan de Bruce Willis à l’époque. Mes souvenirs sont un peu embrumés sur ce film mais le fait qu’il soit l’un des films maudits de De Palma et qu’il a un casting cinq étoiles et bah ça mérite de s’y attarder une nouvelle fois.

Les premières minutes ?

Brian De Palma ouvre son film avec un séduisant plan séquence qui suit Bruce Willis. La griffe artistique du cinéaste saute aux yeux et cela entrevoit un bon film pour le moment. La narration de Bruce Willis nous embarque efficacement dans cette histoire.

Le casting ?

Brian De Palma s’entoure d’un casting qui attire l’œil et je dois dire que j’attendais beaucoup de cette distribution. On a donc Tom Hanks qui incarne un jeune golden-boy de façon convaincante mais je trouve qu’il lui manque un petit quelque chose, peut être son charisme qui à l’époque n’était pas aussi conséquent qu’aujourd’hui. A ses côtés, Mélanie Griffith qui m’avait habitué à mieux de sa part. Son personnage a été conçu à la truelle et sa prestation en pâti. En revanche, Bruce Willis assure et relève le niveau. Il est très bon dans la narration mais aussi dans la peau du journaliste alcoolique. Le fait de prendre ce personnage et son point de vue pour nous raconter cette histoire est l’un des points forts du film pour moi. Kim Cattrall tient bien son rôle, sa composition colle bien à l’esprit De Palma pour cette adaptation. Morgan Freeman et F.Murray Abraham sont également de la partie.

Et au final ça donne quoi ?

Brian De Palma et le scénariste Michael Cristofer ont choisis d’adapter le roman de Tom Wolfe sous la forme d’une comédie noire et satirique sur la haute société new-yorkaise. La première partie du film est vraiment intéressante, le rythme est plutôt bien géré mais par contre la seconde partie tombe par moments dans la facilité et le rythme baisse un peu trop. La technique de réalisation est bonne, on a quelques plans séquences, la mise en valeur des personnages, leurs relations etc…Il est clair que ça respire le De Palma de ce côté là mais on a connu le cinéaste en meilleure forme. Par exemple, on ne trouve pas ici une fantastique direction des acteurs. Le scénario aborde plusieurs thématiques intéressantes et osées mais au final il y a comme un goût d’inachevé. La musique de Dave Grusin est excellente, très présente. Je comprends maintenant pourquoi le film a eu reçu un échec cuisant à sa sortie que ce soit sur le point de vue de la presse que du box office. Il y a vraiment de bonnes idées et de la qualité mais trop de défauts et de faiblesses pour en faire un très bon film. De Palma avait de bonnes cartes en main au départ mais pour moi, il n’a pas su en tirer le meilleur. Mais je souligne tout de même la prise de risque du réalisateur sur la forme comme sur le fond, mais il n’était peut être pas tailler pour ce film voila tout.

Tom Hanks Bruce Willis

En résumé, Le Bûcher des vanités est une comédie cynique sur la haute société américaine. Le trio Hanks/Griffith/Willis est pas mal mais loin d’être mémorable. De Palma nous a habitué à mieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s