La loi du marché (2015)

la loi du marchéLa loi du marché est un film dramatique français de Stéphane Brizè.  Le film est présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2015 où Vincent Lindon remporte le Prix d’interprétation masculine.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

J’apprécie beaucoup le travail et l’engagement de Vincent Lindon dans le cinéma français. De plus, le sujet m’intéresse et il va me permettre de découvrir un réalisateur que je connaissais pas tellement, qui est Stéphane Brizé.

De quoi ça parle ?

Après 15 mois de chômage, Thierry, quinquagénaire, et père d’un grand garçon handicapé, retrouve un emploi d’agent de sécurité dans un supermarché. On lui demande alors d’espionner ses collègues. Il se retrouve face à un dilemme moral.

Les premières minutes ?

Bluffé, au bout de deux minutes je suis absorbé par la prestation et le regard de Vincent Lindon. Les mots sortent d’un tel naturel de sa bouche et cela me fait penser à un autre acteur que j’apprécie énormément, c’est Richard Bohringer. Il y a quelque chose très fort chez ses deux acteurs, quelque empathique par rapport au citoyen français moyen et cela se ressent souvent à travers leurs prestations au cinéma. Bien sur ce n’est que mon avis et se peut bien qu’on ne soit pas d’accord. Revenons maintenant à ce premier quart d’heure qui est passé à grande vitesse, on suit au plus près Thierry (Vincent Lindon) qui est sans emploi depuis plus d’un an et qui essaye depuis de trouver un travail. La mise en scène est bonne, immersive aux côtés du personnage principal et de sa situation. La scène de l’entretien sur Skype me gène, pas cinématographiquement parlant mais plutôt sur le fait de ce que devient au fur et à mesure notre société et nos façons de procéder. Après je le répète, ce n’est que mon point de vue et il est rare que je parle autre chose que de cinéma mais ici que c’est un film social donc il est dur de ne pas parler de la réalité des choses.

Le casting ?

Alors on suit principalement Vincent Lindon, il porte le film à lui seul. Sa performance est grandiose, on y croit du début à la fin. On a l’impression de ne plus être devant un simple acteur, il vit son rôle à fond. Jean Gabin disait « On né acteur ! », Vincent Lindon est clairement né pour ce métier comme Gérard Depardieu ou Richard Bohringer. L’acteur a reçu la prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes et pour moi c’est amplement mérité. Depuis le temps qu’il mérite ce genre de récompense, j’ai été très content de le voir remporter cette haute distinction. Son discours lors la remise du prix m’a particulièrement touché et je pense ne pas avoir été le seul dans ce cas là. Un très grand monsieur et grand acteur tout simplement.

Autour de lui on croise des acteurs qui jouent vraiment leurs propres rôles dans la vraie vie, cela donne un côté encore plus réaliste et authentique. Je trouve dommage qu’on ne voit pas plus Karine De Mirbeck  (femme de Vincent Lindon à l’écran), ça aurait intéressant aussi de voir son ressenti face à la situation de son mari et de la famille par la même occasion.

Et au final ça donne quoi ?

Alors j’ai un avis mitigé sur l’aspect général du film. La première partie est vraiment prenante et touchante et ensuite quand Thierry obtient le travail d’agent de sécurité, je trouve que l’impact retombe un peu. La mise en scène de Stephane Brizé est très proche du film-documentaire et c’est certainement l’effet qu’il a recherché. Toutefois il y a un petit soucis dans le rythme de la seconde partie, c’est un peu trop mou à mon goût. Au niveau de l’écriture, Stephane Brizé et Olivier Gorce compose un scénario intéressant, qui est à la fois simple mais remarquable. Les thématiques abordés sont osés et bien traités. Je salue tout de même la prise de risque de la part du réalisateur et de l’acteur qui n’hésitent pas à dire les choses comme elles sont. Certains voient l’aspect trop social ou autres mais il en faut des films de cette trempe.

Pour info, le budget du film n’était que de 1,2 M€ et le résultat surpasse pas mal de films à plus gros budgets que ce soit dans l’intensité, l’envie et la force.

Ce film a été dégommé par pas mal de cinéphiles sur le fait qu’il soit long, lent ou sans intérêt mais personnellement je trouve que ce genre de films mérite d’exister car il peut toucher un certain public et j’en fait partie.

Vincent Lindon

En résumé, La loi du marché est un film social qui divise mais qui a le mérite d’oser et de s’engager. Vincent Lindon est exceptionnel !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s