Braveheart, une partition poignante, épique et inoubliable !

Braveheart cd

La musique du chef d’oeuvre de Mel Gibson, Braveheart, a été composé par le talentueux et regretté James Horner. Le compositeur et le réalisateur signe ici leur deuxième collaboration après la première réalisation de Mel Gibson, « L’homme sans visage » sorti en 1993. Deux ans plus tard, les voila donc réunis pour un film d’un tout autre calibre que le précédent puisque Mel Gibson veut réaliser un grand film sur la vie William Wallace, héros et symbole de l’indépendance écossaise, qui à la fin du XIIIe siècle, affronta, à la tête des clans écossais unis, les troupes du roi Édouard Ier d’Angleterre qui tentait d’envahir l’Écosse.

James Horner a dirigé l’Orchestre symphonique de Londres avec lequel il a travaillé la plupart de ses œuvres.  L’album contient 18 pistes et a connu un grand succès commercial qui hisse cette bande originale dans le cercle très fermé des plus grands albums musical appartenant lié au cinéma.

James HORNER

L’album s’ouvre avec le titre « Main Title » qui pose comme faut l’ambiance, beaucoup d’émotions transpirent de cette piste qui dure un peu moins de trois minutes. Le deuxième titre « A Gift of a Thistle » est tout simplement magnifique, c’est d’une justesse incroyable et c’est émouvant.

La troisième piste de la partition est le nerf central de la composition de James Honer. Il s’agit du fameux « air interdit », une partie jouée à plusieurs reprises par la cornemuse dans le film, alors qu’on nous explique que cet air populaire traditionnel a été banni du pays par les anglais. Ce thème écossais populaire accompagne tout au long du long métrage la légende grandissante de William Wallace. La piste suivante est également très belle et douce, on ressent l’espoir et l’amour qui habite Williams Wallace à ce moment là du film. D’ailleurs le compositeur a pris soin de suivre le destin tragique et héroïque de Wallace et cela se ressent à l’oreille.

Le côté épique commence à faire son entrée à partir du cinquième titre, on passe à l’action, le rythme s’élève. Le titre suivant « Revenge » confirme le changement de ton du film et cela illustre parfaitement ce qui se passe à l’écran. La grosse caisse impose la mesure et la cornemuse est toujours aussi présente. On retrouve ensuite la douceur et l’émotion ressenti auparavant, Wallace vient de perdre l’amour de sa vie et c’est subtilement retranscrit par Horner à travers le titre « Murron’s Burial ».

Le combat et la lutte pour l’indépendance va commencer pour William Wallace et logiquement le compositeur intensifie un peu plus le côté épique. Les percutions s’emballent de plus en plus, les corps et le tuba sont de plus en plus rapides et vifs. On revient par moment à la douceur et la passion avec la onzième piste intitulée « For The Love Of A Princess ». On retrouve le fameux noyau central évoqué ci-dessus avec quelques notes de mandoline et de harpe.

« Falkirk » est pour moi le titre qui incarne vraiment la griffe du compositeur, on reconnaît sa façon de diriger les instruments à vent et la rythmique. La piste suivante intitulée « Betrayal And Desolation » est l’un des morceaux qui prend aux tripes, on ressent la déception de la trahison de Robert Le Bruce envers William Wallace. Ce dernier est désemparé et l’émotion à travers le regard de Mel Gibson s’accorde parfaitement avec la musique.

Beaucoup d’émotions pour les trois dernières pistes, la capture de Wallace et son exécution. Le titre «  »Freedom » est la cerise sur la gâteau, une musique à la fois enchanteresse et triste. On voit à travers ce morceau tout le travail du compositeur pour être au plus près du destin du héros, de ses sentiments, de l’espoir et la paix à laquelle il accède au final. C’est à travers des moments comme ça qu’on voit que le cinéma et la musique peuvent faire qu’un. C’est tout simplement du grand art de la part du réalisateur, des interprètes, des musiciens et de James Horner.

Braveheart

En résumé, La BO de Braveheart est l’une des plus grandes œuvres de la part de James Horner mais également l’une des plus grandes et mémorables bandes originales du cinéma.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s