The Smell of Us (2014)

The Smell of usThe Smell of Us est un film français réalisé par Larry Clark. C’est je crois le 8éme long métrage de la part de ce réalisateur.

L’idée de ce film lui est venu lorsqu’il s’est rendu au Musée d’art moderne de la ville de Paris (situé dans le palais de Tokyo) où une rétrospective lui avait été consacrée du 8 octobre 2010 au 2 janvier 2011. Il a été fasciné par la jeunesse qu’il a vu habité ses lieux avec leurs skateboards.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

J’ai découvert le cinéma de Larry Clark avec « Ken Park » qui était un film très secouant mais loin d’être inintéressant. Le cinéaste a décidé de poser ses valises en France et d’y réaliser un film sur la jeunesse inconsciente et perdue.

Les premières minutes ?

Une intro typique et stylée de la part de Larry Clark. D’ailleurs on le voit participer entant qu’acteur au sein du film. Le premier quart d’heure peut déjà déranger certains, Larry Clark est égale à lui même et ose toujours autant. On voit que la musique est toujours très importante pour lui, elle est omniprésente pratiquement à chaque scène. Bref, Larry Clark promet de nous envoyer encore un film bien rock n’ roll.

Le casting ?

Comme à son habitude, le réalisateur s’entoure d’acteurs peu connus voir même novices dans la profession. On a donc un quatuor de jeunes acteurs avec Lukas Lonesco, Diane Rouxel, Hugo Béhar-Thinères et Théo Cholbi. Larry Clark les pousse dans des scènes de sexe qui ont dues être dures à jouer et à réaliser. Les acteurs s’en sortent très bien et ils sont assez convaincants dans l’ensemble.

Dominique Frot est bien loin de son rôle de proviseur dans la série « Soda », ici elle tient un rôle complexe et dérangeant.

Et au final ça donne quoi ?

Pour son premier film français, Larry Clark livre un film qui marque le spectateur et c’est son principal objectif. Il passe par beaucoup de thématiques comme le pouvoir cette jeunesse perdue sur la société, le sexe, la vieillesse ou encore l’indépendance. Un cocktail chaotique mixé par Clark de façon un peu brouillonne parfois mais il y a tout de même pas mal de choses intéressantes et percutantes.

La mise en scène de Clark ne m’a pas tellement éblouie, c’est un peu trop confus par moment. Le réalisateur m’a habitué à mieux de sa part de ce côté là. Dans l’écriture, Clark prend des risques et n’hésite pas à mettre l’accent sur le désespoir, la noirceur et le sexe aussi. C’est brut de décoffrage, il ne prend pas de gants et c’est là qu’on reconnait le style de Larry Clark. On pose également pas mal de questions aussi, cette jeunesse a t-elle toujours existé ? C’est celle d’aujourd’hui ou de demain ?

La musique a une grande importance et je l’avais signalé dés le départ, on est bercé et secoué et c’est à l’image ce qu’est le film. On peut dire qu’en général, Larry Clark a réussi quelque chose de fort et politiquement incorrect, on aime ou on n’aime pas. Ça dérange et ça fascine, voila ce que le cinéaste fait de mieux. On sort de ce film un peu déboussolé et il m’aurait été très difficile de faire une « Après Séance » sur ce film. Un petit conseil, si vous n’aimez déjà pas ce que propose Gaspard Noé au cinéma, je ne pense pas que ce film de Larry Clark soit fait pour vous mais qui c’est…

SmellOfUsStill

En résumé, The Smell of Us est une film glauque et dérangeant au possible. Larry Clark réussit globalement son passage dans la capitale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s