Le Temps de l’innocence (1993)

Le_Temps_de_l_innocenceLe Temps de l’innocence est est un film américain réalisé par Martin Scorsese. Ce long métrage est inspiré du roman d’Edith Wharton, publié en 1920.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

C’est tout simplement le Scorsese dont j’ai le moins de souvenirs. Je l’ai vu, il y a très longtemps. La chaine de télévision Arte diffuse le film dans le cadre d’un cycle consacré à Martin Scorsese. Je profite donc de cette opportunité pour revoir ce film.

De quoi ça parle ?

A travers le portrait d’un homme partagé entre deux femmes et deux mondes, une étude minutieuse de la haute société new-yorkaise des années 1870, avec ses intrigues, ses secrets, ses scandales, ses rites désuets et subtilement répressifs.

Les premières minutes ?

Un démarrage où la musique ne passe pas inaperçue et cela marque bien l’époque dans laquelle on est. Visuellement c’est magnifique, les couleurs, les décors et les costumes, rien ne dépasse.

Je trouve que ce premier quart d’heure pose un peu trop les choses, le rythme est assez lent. On est plus là à contempler la vitrine…J’espère que la suite sera un peu plus relevé au niveau de l’intrigue et du rythme.

Le casting ?

Martin Scorsese embarque pour la première Daniel Day-Lewis à New York, il le retrouvera plus tard pour « Gangs of New York ». L’acteur britannique est d’une sublime justesse, c’est incroyable comment cet acteur arrive à se fondre dans des rôles et des époques si différentes à chaque fois. Très peu d’acteurs ont ce talent aujourd’hui.

A ses côtés, Michelle Pfeiffer tient un rôle à sa mesure, à l’époque l’actrice enchaîne les bons et beaux rôles. Une bonne prestation dans l’ensemble mais loin d’être la meilleure de sa carrière.

Winona Ryder est un peu plus en retrait mais ne passe pas inaperçue. Une bonne performance de la part de la jeune actrice qui elle aussi était au sommet de sa carrière à cette époque là. Je trouve que Keira Knightley et Winona Ryder ont des traits physiques similaires et même dans le jeu, on voit quelques similitudes.

De bonnes prestations mais Daniel Day-Lewis est pour moi le seul qui sort réellement du trio.

Et au final ça donne quoi ?

Je sors de ce film avec un avis très partagé, d’un côté Martin Scorsese montre avec ce film qu’il est capable d’adapter et de nous conter une histoire d’amour complexe. Mais d’un autre je reproche les quelques longueurs que l’on ressent tout au long du film. La mise de scène de Marty est étincelante, y a rien à dire là dessus, on a des plans magnifiques et on retrouve également le code des couleurs qui est propre au cinéaste. Un élément m’a un peu agacé, c’est la voix off qui est trop présente et c’est l’un des facteurs qui fait que le rythme n’est pas régulier.

C’est au niveau du scénario où que le film pêche ses longueurs, il y a peu de rebondissements et cela se ressent sur le rythme. Par contre, la passion, le désir et l’amour sont présents  et bien retranscrits à l’écran. J’ai apprécié aussi le traitement accordé à la société new-yorkaise en 1870.

Les décors sont magnifiques, Dante Ferretti est pour moi l’un des meilleurs chefs décorateurs du cinéma. Son travail est remarquable sur chaque film où il a exercé. Les costumes sont également somptueux.

temps-de-l-innocence-1992-04-g

En résumé, Le Temps de l’innocence est un drame sur la force et la violence des sentiments qui a pour fond la haute société new-yorkaise du XIXéme. Daniel Day-Lewis est excellent. On est parfois séduit mais on ressent aussi l’ennui, dommage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s