Partisan (2015)

Partisan affiche

Partisan est un thriller dramatique australien réalisé par Ariel Kleiman. Ce dernier s’est inspiré d’évènements qui ont eu lieu en Colombie sans pour autant faire un film en lien direct avec ce sujet. Ainsi, il n’était pas question d’évoquer la drogue ou les facteurs économiques, sociaux et politiques qui définissent cette réalité.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

A travers les choix artistiques de Vincent Cassel, j’ai découvert des réalisateurs talentueux comme Kim Shapiron ou encore Romain Gavras. Ici, l’acteur est dirigé par un réalisateur australien que je ne connais pas. J’ai trouvé, la bande annonce séduisante et troublante.

De quoi ça parle ?

Personnellement, j’y suis allé à l’aveugle et je n’ai donc pas lu le synopsis. Je vais vous le mettre pour les plus curieux mais je trouve que ce film se laisse découvrir et lire le pitch de départ peut gâcher un peu la découverte.

Gregori, un marginal, enlève des femmes, les épouse, leur fait des enfants, et crée ainsi une véritable petite communauté autarcique entièrement centrée autour de lui. Pour survivre, tout le monde jardine et cultive ses propres fruits et légumes et la communauté élève même des animaux pour les tuer et les manger. Gregori apprend aussi à ses enfants à voler et tuer et fait d’eux des tueurs à gages qu’il récompense ou punit au gré de leurs réussites ou échecs. L’un d’eux va, petit à petit, se rebeller…

Les premières minutes ?

Le réalisateur démarre son film sur un rythme assez lent et mystérieux. Le cadre me fait penser un peu à celui d’un film post apocalyptique. C’est assez brumeux au niveau de l’intrigue, on devine quelques éléments mais cela reste toute fois très énigmatique.

Je suis assez emballé par la mise en scène, les décors ou encore la musique et j’espère que la suite va me révéler des surprises.

Le casting ?

Ariel Kleiman a donc choisi Vincent Cassel pour le rôle principal de son premier film et c’est donc la première que le réalisateur dirige un acteur de cette trempe. L’acteur français déploie tout son savoir faire, son charisme et sa justesse conviennent comme il faut à son personnage.

La révélation du film est un tout jeune acteur français qui vit en Australie en la personne de Jérémy Chabriel. C’est son tout premier rôle au cinéma et pourtant il dévoile un potentiel et une assurance certaine. Il dégage pas mal d’intensité dans son regard et ça, le réalisateur a bien sur le capter. Un petit qui commence bien sa carrière et il est à suivre de près.

Le reste de la distribution est bonne mais pas autant mis en valeur que les deux acteurs cités ci dessus. Pourtant, je pense que l’actrice Florence Mezzara aurait pu avoir une place plus importante au sein du film.

partisan

Et au final ça donne quoi ?

Ariel Kleiman réalise un premier film intéressant et original dans l’ensemble. La mise en scène a du charme mais par contre le rythme est un peu trop lent. Au début, on s’habitue mais ensuite ça ne s’élève pas d’un cran et je trouve ça dommage car il y avait largement les ouvertures. Il y a toute fois des scènes qui ont de l’impact comme celle du  premier karaoké où j’ai été complétement absorbé par les acteurs et la façon dont ils sont filmés. On voit que parfois la lenteur est justifiée mais le réalisateur s’entête à rester sur le même filon et cela donne des moments un peu brouillons.

Le scénario a de l’originalité mais il manque quelque chose, une véritable finalité et quelques rebondissements un peu plus marquants. Il aurait été intéressant par exemple de savoir qui est vraiment Grégori (son passé, sa vie avant la communauté). Le fil rouge est clairement la relation entre Alexander et Gregori et je trouve ce côté très bien mené. C’est osé, troublant et dérangeant mais j’aurais un peu plus de solidité à certains endroits du récit.

Les décors extérieurs et intérieurs s’accordent bien alors qu’ils ont été tourné dans deux pays différents (Géorgie et Australie). Le côté zone abandonnée et quasi désertique m’ont séduis, c’est pour moi l’un des points forts du film.

La musique a également son importance notamment lors de la scène que j’ai cité auparavant, celle du karaoké avec son ambiance new wave et envoutante.

Partisan scene

En résumé, Partisan est un premier film avec des idées et intentions mais qui ne sont pas poussées jusqu’au bout. Avec un scénario plus solide, cela aurait pu être une véritable bonne surprise.

 

 

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Un film sans doute original et imparfait, mais sûrement un très beau film

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s