Boy A (2007)

Boy A afficheBoy A est un film dramatique britannique réalisé par John Crowley.

Le film a reçu le Prix du Jury oecuménique au Festival de Berlin et a raflé quatre récompenses au Festival du Film Britannique de Dinard (Grand Prix du Jury, Prix du Public, Prix du Meilleur scénario et Prix de la Meilleure photographie).

Initialement produit pour la télévision, le film a d’abord été montré dans quelques festivals, puis diffusé sur Channel 4 au Royaume-Uni, avant d’être distribué en 2007 au cinéma.

C’est l’adaptation cinématographique du roman Jeux d’enfants (Boy A, 2004) écrit par Jonathan Trigell et disponible aux Éditions Gallimard, dans la collection Série noire. Le personnage de Jack s’inspire d’un ami de l’écrivain ayant été placé dans un centre de détention pour mineur – pour un délit et non pour un crime de sang comme dans le film – et dont la réinsertion dans la société fut très difficile.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Pour voir les premiers pas d’Andrew Garfield au cinéma. Sa prestation au sein de ce film est souvent cité comme la meilleure de carrière (pour le moment). Ce long métrage est très apprécié par les abonnés et je me devais bien de le voir pour vous dire ce que j’en pense.

De quoi ça parle ?

Personnellement, je n’ai pas lu le synopsis avant de regarder le film.

Jack Burridge s’installe avec son oncle Terry dans une petite ville britannique. Sauf que son vrai nom n’est pas Jack Burridge et que Terry n’est pas son oncle mais son contrôleur judiciaire. Jack sort de prison, incarcéré pour le meurtre d’une fillette, commis, alors qu’il était enfant, avec son copain Philipp qui s’est ensuite suicidé ou aurait été assassiné en prison. Il tente de prendre un nouveau départ, aidé par Terry, qui voit en lui son plus beau succès de réhabilitation.

Les premières minutes ?

On assiste à une premier quart d’heure qui pose bien la base de l’histoire et les personnages. La mise en scène de John Crowley est à la fois classique et plaisante. Le premier flashback, auquel on assiste, donne le vrai top départ au film. On est embarqué par cette histoire de réhabilitation et le mystère qui entoure justement le personnage de Jack.

Le casting ?

Je confirme, Andrew Gardield est clairement la révélation de ce film mais il livre aussi l’une des plus belles prestations de sa carrière. Pour un premier rôle au cinéma, il se montre excellent et habité par son personnage. On croit à son personnage du début à la fin, il est vraiment attachant, touchant et même bouleversant.

A ses côtés, on a Peter Mullan qui trouve lui aussi l’un de ses meilleurs rôles au cinéma. Sa gueule nous est familière car on l’a vu souvent dans des rôles secondaires voir très secondaires comme dans « Trainspotting », « Les Fils de l’Homme » ou encore « Hercule ». Le film que je vous conseille, en dehors de « Boy A », ça serait « My name is Joe » où il est tout simplement incroyable.

Revenons maintenant à ce qu’il nous offre dans notre film du jour, Peter Mullan est très convaincant dans son rôle de contrôleur judiciaire et proche d’être un père pour Jack.

L’actrice méconnue, Katie Lyons, m’a laissé une bonne impression à travers le rôle de Michelle. Dommage qu’on ne lui confie pas plus de rôles au cinéma.

boy_aEt au final ça donne quoi ?

Avec ce film, j’ai eu pas mal de confirmations. Premièrement que John Crowley est un bon réalisateur mais qu’il brille surtout sur par sa qualité à diriger ses acteurs. Sa mise en scène est de bonne facture, on est au plus proche des personnages, les flashbacks sont efficaces à chaque fois…J’ai apprécié également les beaux plans dans la seconde partie du film comme ceux de la fuite, de l’accident ou encore lors de la scène de fin. Je trouve que le réalisateur est plus intéressant dans les scènes lumineuses que sombres.

La photographie nous montre belles choses mais parfois cela reste assez brouillon.

Au niveau du scénario, Mark O’Rowe a très bien adapté le roman. C’est une histoire à l’impact puissant qui aborde plusieurs thématiques de façon cohérente et surtout cela ne tombe jamais dans le cliché de base. Les personnages leurs environnements sont très bien aboutis et on le ressent à travers les performances des acteurs.

Un petit sur la musique qui est à la fois discrète mais qui fait bien passer les émotions. Je pense qu’il aurait été intéressant de mettre la musique un peu plus en valeur.

BoyA

En résumé, Boy A est film à la fois, humain et sincère. Une histoire bouleversante qui remet beaucoup de choses en cause sur notre société, nos principes et nos préjugés. Andrew Garfield est époustouflant de vérité.

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Laura dit :

    Ca me donne beaucoup envie de voir Boy A !!
    C est type le genre de films qui nest pas beaucoup sous les projecteurs mais qui est pourtant si bien realise et joue !!!
    Merci pour cette critique !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s