Le Viager (1972)

Le_Viager Le Viager est un film français réalisé par Pierre Tchernia, , co-auteur du scénario avec René Goscinny.

Il s’agit du premier long métrage mis en scène par Pierre Tchernia pour le cinéma. Le film a connu un beau succès en salles avec plus de deux millions de spectateurs.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Voir Serrault cabotiné, Galabru s’énervé de sa propre bêtise, et toute la famille Galipeau rager contre ce pauvre Martinet bien naïf. What Else ?

De quoi ça parle ?

1930, Paris .Le Docteur Galipeau praticien aux compétences douteuses examine monsieur Martinet et lui diagnostic une mort dans les deux tant la vie l’a usé selon lui. Martinet entendant sa se permet quelques confidence et évoque sa solitude et son unique bien : une maison de campagne dans le sud de la France.
Une idée de génie germe dans l’esprit de Galipeau et propose à Martinet un arrangement. Il lui demande s’il pourrait lui vendre sa maison de campagne en viager pour en profiter après sa mort. L’affaire est vite conclue, le frère du docteur Galipeau, Emile achète donc la maison et indexe le viager sur la valeur d’une matière première soit disant peu viable, l’aluminium.
Problème les années passe Martinet est toujours là et l’aluminium explose ruinant petit à petit Emile et sa famille. La guerre arrive et dans la débâcle une décision commune de toute la famille Galipeau, petit à petit de plus en plus décimé par la mort, est prise. Il faut ce débarrassé de Martinet, qui candide crois toujours en la bonne foi de ces bienfaiteurs.

Les premières minutes ?

Apres un générique d’archive monté à l’envers pour figurer le retour vers le passé, on découvre nos personnages principaux, le docteur Galipeau et Mr Martinet et le point de départ de tout ce pataquès de 20 ans sur deux générations.

Le casting ?

Michel Serrault inimitable, impayable et sans fautes. Rien à rajouter sur l’excellence de l’interprétation du comédien. Jouant à la perfection le candide et avec majesté la vieillesse, finissant carrément centenaire !
Michel Galabru « Faites-moi confiance » répète t’il a longueurs de temps, responsable de la plupart des bonnes répliques du film et du destin tragi-comique des Galipeau. Galabru est surement le plus drôle de tout le film tant son malheur est risible et pathétique.

Tchernia Serrault

Et au final ça donne quoi ?

Revenir sur le Viager équivaut a revenir sur tout un pan du cinéma français des années 70. Ces comédie pas si franchouilarde que sa qui mettait en vedettes Galabru, de Funès et tous les autres. Mais là où le film de Tchernia fait fort c’est qu’il nous propose de revenir sur 50 ans d’histoire française de la fin tumultueuse de l’entre deux guerre au années 70 redevenu paisible et joyeuse.
Suivre les médisances des Galipeau c’est découvrir l’exode, l’occupation et la libération sous l’angle d’une famille française bourgeoise comme il y en avait tant à l’époque opposé à Martinet qui vit tout ça en province sans trop se soucier de grand-chose.
Enfin le Viager c’est le génie de Goscinny, l’esprit d’Astérix et Lucky Luke mit en image sur un film live. Les petites chansons, les transitions fantaisistes, les traits d’esprits tout est là et tout fonctionne à merveille.

Galabru Serrault Viager

En résumé, Le Viager est une comédie des années 70, classique parmi les classiques, estampillé Goscinny sur tous les plans à l’image d’un bon vieux dessin animé Astérix de notre enfance. Un régal…

 

Yann R.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s