Garde à vue, la perle noire qui scintille encore dans le cinéma français

Garde_a_vue afficheGarde à vue est un polar français réalisé par Claude Miller, sorti en 1981. Le film a également connu une sortie aux États-Unis (New-York) en avril 1982.

Il a été nommé à huit reprises lors de la 7éme cérémonie des César pour quatre récompenses finalement (dont celui du meilleur acteur pour Michel Serrault et pour le meilleur scénario). Il a également été récompensé par le Grand prix du Cinéma Louis Lumière, le Prix Méliès, et le Prix du meilleur scénario au Festival de Montréal en 1981.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Lino Ventura, acteur caïd parmi le caïd, légende du cinéma policier, des films noirs et du polar (entre autres) et Michel Serrault comédien, clown parmi les comiques, légende de l’humour au théâtre comme au cinéma…. ENSEMBLE WTF ?!

De quoi ça parle ?

Le soir de la Saint Sylvestre un petit homme en smoking est convoqué au commissariat de police pour être interrogé par l’inspecteur Galien dans le cadre d’un double homicide, celui de deux petites filles, dans des circonstances troublante.
Maitre Martineau, le petit homme se rends vite compte du glissement qui ce produit dans le bureau de l’inspecteur au fil de leur conversation, il passe de témoins oculaire à suspect numéro 1. Gallien prends rapidement une décision radicale … la garde a vue.

Les premières minutes ?

Le huis clos s’installe petit à petit, Maitre Martineau arrive dans ce commissariat 80’s, escorter dans la pénombre dans le bureau de l’inspecteur qui n’est pas encore là. La lumière qui ne fonctionne pas éclaire subitement le visage de l’invité. L’inspecteur arrive sous la pluie. S’installe et présente la situation au notaire, calmement, poliment. La porte du bureau se referme sur ces deux hommes et le greffier la nuit va être longue…

Le casting ?

Lino Ventura est ici assez fidèle a lui-même, toujours juste, il rend les répliques de son partenaire au cordeau et donne une puissance et une présence toute particulière à son personnage. Au départ, Claude Miller voulait Yves Montand pour ce rôle.
Michel Serrault. Wow ça va être dur là. Serrault joue ici une composition totale loin de ces rôles grand guignol il incarne un personnage tout en nuance à la foi jovial, sombre, pathétique et extrêmement complexe. Loin des apparences et des conventions.

Un véritable jeu d’observation se pose entre les deux acteurs. Ils n’ont jamais travaillé ensemble et ne se sont jamais coutoyés. Cette particularité rend la performance de ce duo encore plus intense. Ils apprennent l’un sur l’autre à travers leurs personnages.

En secondaire, nous avons Guy Marchand qui campe à merveille le flic bien salaud. L’acteur prend à contre-pied et amorce un tournant dans sa carrière avec ce rôle.

Romy Schneider apparait à la fois étincelante et torturée. On la voit très peu à l’écran mais sa prestation ne passe pas inaperçue, loin de là. Il y a quelque chose de vraiment troublant dans sa composition.

garde_a_vue_Miller Ventura Serrault Marchand

Et au final ça donne quoi ?

Garde à vue est un film hybride, un film policier avec Ventura ou l‘inspecteur cuisine son suspect avec tact et professionnalisme mais surtout avec rigueur et méthode. Mais aussi un drame avec un Michel Serrault bluffant, qui tentait à chaque prise une composition différente pour s’approcher de ce personnage qu’il adorait et dont il se sentait peut être plus proche que son image public pouvait le présager. Mais Garde à vue c’est peut être les deux à la fois un drame policier, un huis clos qui télescope les genres.

Le génie de Claude Miller alors tout jeune réalisateur aura été de proposer une mise en scène simple plus là pour mettre en avant les personnages que les situations. Lui aussi observe la rencontre Serrault/Ventura et tout ça avec une redoutable précision.
Michel Audiard dialoguiste de renom casse ces mécanique de comique façon Tontons Flingueurs pour proposer quelques chose de plus cinglant et brutale, loin très loin de ces standards habituel. Le compagnon de larmes de Serrault (ils ont tous les deux perdus un de leurs enfants à cette période) écrit ici avec ces tripes et non uniquement avec sa tête. En osmose avec ce comédien qu’il connaît si bien : Ventura et en adéquation avec le drame de Serrault dans la vie et à l’écran.

garde-a-vue-1981
Touchant et intense, servit par une distribution réduite mais 5 étoiles, une rencontre de deux interprète de légende que tout oppose ! Garde à vue ou un film oublié inoubliable.

 

Yann R. & Jérémy

 

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Fernand dit :

    Analyse intéressante, mais totalement discréditée par la nullité de l’auteur en orthographe. Quand on écrit aussi mal, impossible de concevoir bien. Vous n’avez donc aucun réviseur?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s