Videodrome, « D’abord il contrôle votre esprit, ensuite il détruit votre corps … »

affiche_videodromeVidéoquoi ?
Videodrome ! Un film « fantastique / horreur » canadien, écrit et réalisé par David Cronenberg, sortit en 1983.  Ce réalisateur autodidacte issu du milieu cinématographique underground de Toronto. Il connait son 1er succès avec Scanners, sortit en 1981. Deux ans après sort le film qui nous intéresse aujourd’hui !
Pourquoi faut-il voir ce film ? 

On le sait Cronenberg possède une grande qualité technique et sait amener son univers fort et dérangeant. Et Videodrome ne fait pas exception ! Le film est très bien réalisé et très bien écrit. Il confirme le talent du réalisateur dans le domaine de l’épouvante grâce a des effets spéciaux qui ne laissent pas indifférents. L’intrigue est également très bien amenée, se déroulant au rythme des hallucinations de Max. La musique d’Howard Shore englobant le tout dans une ambiance effrayante et stressante. James Wood est saisissant dans son interprétation torturé du rôle principal. Mention spéciale également pour Déborah Harry, la chanteuse du groupe Blondie au top a l’époque, interprétant la petite amie de Max.

De quoi ça parle ?
Max, patron d’une chaîne pornographique câblée, accro à la technologie, capte grâce à une antenne pirate, un mystérieux programme vidéo : Vidéodrome. Ces vidéos, que l’on nommerai snuff movie de nos jours, mettent en scène (ou pas) tortures, viols et autres sévices. Son visionnage obsédera Max, qui sera sujet peu à peu à des hallucination et même transformations physiques. Rongé par cette obsession pour la vidéo, il en deviendra difficile pour lui de faire la part entre réalité et vision, entre mensonges et vérité …
Cronenberg, le visionnaire ?
C’est surtout pour ça que j´ai aimé ce film, pour ce que ça raconte, pour ses thèmes forts. En 1h29 le film brasse nombre de questions et thématiques récurrentes au sein de la filmographie de Cronenberg. Technologie, place des médias dans la société, importance de l´information, notre rapport au corps, etc … Le film ne laisse pas indifférent par son anticipation. Les questions soulevées par le film, sont plus que jamais d’actualité. Max est un personnage dans lequel beaucoup de gens de notre génération peuvent d’identifier. Il est accro aux nouvelles technologie et dépend d’elles (une video se déclenchant automatiquement chaque matin, lui sert de réveil et d’agenda). Il est également grand consommateur de videos en tout genre et n’est jamais vraiment rassasié. Il en vient à avoir recours à des moyens illégaux pour combler son manque. Il lui faut du encore plus spectaculaire, encore plus trash …
Videodrome
Du fait de son obsession / perversion, Max en devient un lecteur vidéo humain (au sens propre comme au sens figuré). Se nourrissant d’images, il mêle celle-ci à ses propres émotions et à son propre vécu, devenant une entité aliénée, pur produit de la société.
Cette consommation d’image et cette surabondance d’information en tout genre, forge ou altère la perception de la réalité. Elle permet également de se situer dans celle-ci. Par exemple, un refuge du secours catholique, diffuse des vidéos pour les personnes dans le besoin, leur donnant l’impression de faire partie d’un tout…
Dans cette société ( notre société ?), l’information et l’image font foi, devenant religion. il faut prêcher sa bonne parole au plus de monde possible. Ce que Videodrome, programme virale, cherche à faire par le biais de Max. Celui dirige une chaine pornographique. N’est-ce pas le meilleur moyen de toucher le plus de personne ?
Pour conclure donc ?
Je pense que le film est un incontournable du cinéma de genre. Il trouve une place toute indiquée dans le domaine de l’épouvante et au sein de la filmographie de Cronenberg (que je recommande vivement).
David Cronenberg, signe ici un pan majeur de son œuvre. Toujours avec des thèmes qui lui sont chers comme notre rapport à la réalité, notre rapport au corps, la place de la technologie dans notre société et comment nous situer dans celle ci.
Le film est également associé à un autre film du réalisateur, eXistenZ. Ce film sortit en 1999, traite également des même thèmes et questions, notamment de réalité virtuelle… Mais ça c’est pour une autre fois !
James Woods Videodrome
En résumé, Videodrome est l’œuvre la plus représentative du cinéma de Cronenberg. Une cocktail à la fois dérangeant, captivant et effrayant.
Giovanni.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s