Batman/Superman : World’s Finest (1996)

Batman_and_Superman_Adventures_Worlds_Finest_The_Official_Comics_Adaptation_Vol_1_1Batman/Superman Movie: World’s Finest est un film d’animation américain réalisé par Toshihiko Masuda.

Ce long métrage est une sorte de concentré de trois épisodes inspiré du Comics écrit par Dave Gibbons et dessiné par Steve Rude, publié aux États-Unis par DC Comics en 1990.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Il y a des périodes comme ça où je retombe dans la nostalgie des dessins animés de mon enfance. Bruce Timm et Tim Burton ont amorcé ma passion pour le chevalier noir et même encore aujourd’hui je suis fasciné par le travail qui est fait sur ce personnage. On a eu le droit a beaucoup d’adaptations, de relectures etc… Mais on est toujours autant attiré par ce personnage et aujourd’hui j’ai décidé de me plonger dans un film que j’ai adoré, celui de la collaboration entre deux des plus grands super-héros.

De quoi ça parle ?

Batman et Superman doivent unir leurs forces pour combattre l’union de leurs deux principaux ennemis : Le Joker et Lex Luthor. Le pitch est simple quand y regarde comme ça mais c’est tellement épique cette confrontation.

Les premières minutes ?

Il n’y a pas de perte de temps, on entre direct dans le vif du sujet et c’est déjà très riche. Toshihiko Masuda reste sur les mêmes rails que la série animé, peut être un peu trop parfois notamment au niveau du rythme. C’est assez soutenu et les enchainements sont un peu précipités mais on ne boude pas notre plaisir. De nouveaux liens se tissent entre les différents personnages, la première rencontre est celle entre Lex et le Joker. Ce dernier est toujours égale à lui même et montre dans cette rencontre le respect qu’il a envers Batman suite à une critique de Lex sur le chevalier noir. Ensuite on a la rencontre entre Bruce Wayne et Loïs Lane est assez facile mais ça passe.

Wayne se retrouve ensuite avec Lex sur un projet qu’ils ont développé ensemble à travers leurs deux entreprises. La naissance d’un conflit commence entre les deux hommes. Pour conclure ce premier quart d’heure, on a le droit à la fameuse rencontre entre nos deux super-héros. Ils s’échangent tout d’abord quelques coups mais ensuite Batman vient prévenir son futur allié qu’il court un grave danger. Le Joker en est bien évidemment la cause… On a donc un bon amorçage qui mêle l’action et l’humour avec efficacité.

Les personnages et le doublage ?

Quand l’ange de Metropolis reçoit la visite du Dark Knight de Gotham, ça promet d’être épique mais aussi un beau lot de personnages. Dans l’ensemble, il y a un bon traitement pour chacun d’entre eux. La seule petite tâche au tableau est la romance entre Loïs et Bruce qui est beaucoup trop expéditive, d’accord le coup de foudre existe mais il ne faut exagérer non plus. Il y a toutefois un aspect intéressant provoqué par cette relation, c’est la jalousie de Superman/Clark envers Batman/Bruce Wayne.

Il y a des relations très intéressantes comme celle entre du Joker et Lex et bien sur celle entre Batman et Superman. On y voit un point commun entre ces liens c’est l’esprit de compétition et seuls nos super-héros arrivent à collaborer. Tandis que Luthor et le Joker essaye de toujours de prendre le dessus l’un sur l’autre tout en complotant ensemble.

On a furtivement un face à face entre Batman et Lex mais ce passage est très intéressant. Luthor est impressionné par le chevalier noir et il éprouve même un soupçon de peur. Il aurait peut être été sympa de creuser un peu plus cette première rencontre avec une scène finale, une espèce de piqure de rappel de la part de Batman envers Lex.

Les doublages VF et VO sont excellents ! Côté français, on retrouve Richard Darbois pour Bruce Wayne/Batman, Pierre Hatet pour le Joket ou encore Emmanuel Jacomy pour Clark Kent/Superman. Et outre-Atlantique, on a Mark Hamill (Joker), Dana Delany (Loïs) ou encore Clancy Brown (Lex Luthor). Pas mal non ?

Et au final ça donne quoi ?

On sort de ce petit film avec un goût de « on en veut encore un peu » et c’est signe que c’est bon. L’animation est dans le même sillon que celle de la série Superman et Batman. Le mélange des deux fonctionnent à merveille, Toshihiko Masuda n’hésite pas intensifier un peu plus la violence vu que c’est un petit long métrage. On a de l’action, de l’humour et un peu de psychologie. Un cocktail est mélangé de façon subtile du début à la fin et cela reste toujours fidèle aux séries animées ainsi qu’aux personnages.

Alan Burnett a réussi à bien retranscrire le Comics sur le papier. Chose facile me direz-vous mais tout de même louable car il faut savoir l’adapter aux mécanismes de la série.

La musique est signée comme d’habitude par Michael McCuistion et là aussi on reste sur le même tempo que pour la série animée.

Si vous aimez le Batman et le Superman version Bruce Timm, n’hésitez pas à voir ou à revoir ce bon petit film fidèle à aux série qui ont bercé (pour certains comme moi) notre enfance. Cela vous donnera aussi un tout petit avant goût avant de voir au cinéma en mars « Batman V Superman ».

batman_superman

En résumé, Batman/Superman Movie: World’s Finest répond dans l’ensemble à nos attentes. On a de belles rencontres de légendes englobés dans un spectacle de bonne facture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s