Les Deux Amis (2014)

Les deux amisLes Deux Amis est un film français de Louis Garrel. Il a été écrit par Louis Garrel est Chritophe Honoré.

Le film a été présenté à la Semaine de la Critique, au Festival de Cannes de 2015.

Une histoire, trois formats :

Louis Garrel est avant tout acteur. Mais il s’essaie, progressivement, au rôle de réalisateur.
Il a tout d’abord réalisé un court-métrage, se nommant « La Règle de Trois » et  » puis un moyen-métrage, « Petit Tailleur. »
et enfin, ce long métrage, Les Deux Amis. Ces trois films traitent en fait la même histoire.

De quoi ça parle ?

Clément, figurant de cinéma, est fou amoureux de Mona, vendeuse dans une sandwicherie de la gare du Nord. Mais Mona a un secret, qui la rend insaisissable. Quand Clément désespère d’obtenir ses faveurs, son seul et meilleur ami, Abel, vient l’aider. Ensemble, les deux amis se lancent dans la conquête de Mona.

Une  influence forte :

Louis Garrel est le fils de Philippe Garrel. Philippe Garrel est un réalisateur français, se considérant comme un disciple de Jean-Luc Godard, pilier de la Nouvelle Vague.
Louis Garrel a ainsi baigné dans le monde cinématographique, et dans ce mouvement révolutionnaire, dès son plus jeune âge. Il en est donc naturellement inspiré, et cela, se ressent clairement dans son film, son premier film, Les Deux Amis.

Un hommage, plus qu’une influence :

Les Deux Amis est un hommage aux films des années 60, 70, notamment dans le choix des cadres, de la lumière, de la musique, ou encore même de l’ambiance. Le générique, dans sa présentation simpliste, rappelle ceux de l’époque.

Le film est influencé par la Nouvelle Vague. On y retrouve dans ce film, de nombreuses caractéristiques, de nombreuses composantes, de ce mouvement.
Les héros sont jeunes, sont contemporains. Mais aussi, ils sont ordinaires, et ne s’occupent pas de choses hors-normes. Ils s’occupent simplement de leurs affaires personnelles, de différents problèmes de la vie, qu’un être normal peut rencontrer, comme vous, comme moi. Ces héros, sont en quête de liberté, dont la femme, Mona, principalement. Elle cherche à s’évader, mentalement, de sa vie actuelle. Elle cherche un ailleurs, pour quelques instants. Elle cherche du changement, tout simplement.

les-deux-amis
Un triangle amoureux complexe et contemporain :

Le film développe avec finesse le rapport des personnages. Les sentiments entre ces trois personnages donne le tournis. Vincent est follement amoureux. Mona est pleine de désir. Abel, lui, est prisonnier de son charme, de son romantisme naturel, mais aussi de ses innombrables défauts. Tout cela va alors s’embourber, s’enliser, puis éclater.

En fait, plus qu’une histoire d’amour, c’est une histoire d’amitié, entre deux amis, Clément et Abel. C’est en fait le centre même de l’histoire. L’amitié est une thématique chère aux yeux de Louis Garrel, qui avait notamment réalisé le court-métrage Mes Copains. Garrel transpose finalement cette amitié à un couple. Un couple mis à rude épreuve, un couple qui va même rompre.

Au delà d’être une belle histoire, d’amour et d’amitié, mélancolique et poétique, c’est une histoire, drôle et comique. Plusieurs répliques titillent, amusent, tirent des traits sur nos visages. L’auto-dérision de Louis Garrel apporte énormément, par exemple lors de la scène du « Pourquoi tu fais la gueule là ? » dans une boîte parisienne. L’acteur est connu pour être « l’homme qui ne rit jamais ». Cette réputation lui a valut quelques tumblrs assez mémorables, comme celui-ci, ci-dessous.

12722054_564283750388067_1865185683_n
Il faut également saluer la prestation du trio principal, plutôt surprenant. La révélation, Golshifteh Farahani, éblouissante de beauté, de fraîcheur, et d’exotisme, fascine. Vincent Macaigne, lui, interprète le personnage un peu borderline qui lui va si bien, un personnage un peu loufoque mais tellement attachant. Louis Garrel, quant à lui, fait du Louis Garrel. Ce personnage à la fois nonchalant et charmant, mais aussi imparfait.

Au final, Les Deux Amis, c’est quoi ?

Un film intimiste, puissant, à la fois troublant et poétique, mais aussi, drôle et mélancolique. Un long métrage qui sort du lot, à l’heure où les comédies se limitent, au pathos, ou au ridicule. Louis Garrel livre un premier film libérateur qui vaut le coup d’œil, un film qu’il faut absolument voir.

Vincent Taraud

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. je le regarderai un de ces quatre 🙂 super article !

    Aimé par 1 personne

  2. thedude524 dit :

    j’aime beaucoup vincent macaigne et c’est vrai que l’actrice principale est belle 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s