Après Séance : The Revenant

The revenant afficheThe Revenant est un western américain coproduit, coécrit et réalisé par Alejandro González Iñárritu. Il s’agit d’une adaptation du roman Le Revenant de Michael Punke, fondé sur une histoire vraie, celle de l’exploit accompli en 1823 par le trappeur Hugh Glass.

Le film est l’un des grands favoris aux Oscars avec 12 nominations, il a déjà remporté 3 Golden Globes et 5 BAFTA. Leonardo DiCaprio est plus que jamais proche d’empocher la précieuse statuette, réponse dans quelques jours.

Un projet avec du beau monde autour :

Au départ, c’est le réalisateur Sud-Coréen Park Chan-wook qui devait réaliser le film. Il choisi Samuel L. Jackson pour le rôle principal.  Le cinéaste quitte le projet ainsi que l’acteur et c’est John Hillcoat (La Route) qui hérite du projet. Christian Bale est intéressé par le rôle, mais le réalisateur lâche l’affaire lui aussi. Et ça sera finalement, Alejandro González Iñárritu qui sera nommé officiellement aux commandes de « The Revenant« .

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

C’est tout simplement, ma plus grosse attente de l’année ! Leonardo DiCaprio et Tom Hardy chez Iñárritu, ça promet du lourd. Surtout que la première bande annonce était fascinante, j’ai pris une mini claque, rien qu’en la regardant. J’ai donc de grosses attentes envers ce film et j’espère qu’il va tenir toutes ses promesses.

De quoi ça parle ?

Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption.

The Revenant

Les premières minutes ?

Quel démarrage ! Une ouverture épique et immersive, articulée par une mise en scène grandiose. Quand tu donnes à Alejandro González Iñárritu, un budget de plus 130 millions, le constat saute déjà aux yeux, alors qu’on est que dans le premier quart d’heure.

Visuellement, c’est magnifique ! Le cinéaste place d’entrée et efficacement, son axe artistique et scénaristique. La suite du film promet une véritable expérience, du grand spectacle, du grand cinéma !

The revenant

Le casting ?

Leonardo DiCaprio livre clairement l’une de ses meilleures performances au cinéma. Il nous montre (encore) une autre facette de son jeu et de ce qu’il est capable d’accomplir. Une composition basée principalement sur la prestation physique et corporelle, mais c’est exceptionnel. A chaque film, il montre quelque chose de nouveau dans son travail, et aujourd’hui, je pense que c’est le seul capable de faire ça. La question de l’année est, est ce qu’il aura ou mérite l’Oscar ? Ma réponse est simple : OUI !

Pourquoi ? D’une part il le mérite depuis une bonne dizaine d’années mais aussi parce qu’il sait repousser les limites de son travail et de ce jeu d’acteur. Il se lance de véritables défis, il fait corps avec ces personnages, tout en évoluant sa manière de travailler. C’est du très haut niveau et peu d’acteurs, dans l’histoire du cinéma, sont de cette trempe là.

Face à un tel talent, il en fallait un autre. Alejandro González Iñárritu a choisi Tom Hardy. Ce dernier est excellent en salopard égoïste. On a vraiment un très bon face à face, plein de tensions, et cela m’a rappelé le duel entre Grondin et Barnes dans « Platoon ». Les regards et les attitudes qui s’entrechoquent, jusqu’à la dernière scène.

Domhnall Gleeson est lui aussi très convaincant et même surprenant. Quand le voit dans « Il était temps », « Star Wars » ou encore « Ex Machina », on se dit qu’on a peut être tout vu de sa part. Faux ! Lui aussi se montre méconnaissable à travers son jeu et son physique. Encore une très bon choix de la part du cinéaste.

Will Poulter offre lui aussi une prestation convaincante, il m’a fait penser à Matt Damon quand il a commencé au cinéma. J’espère qu’il continuera à travailler avec de grands réalisateurs comme Iñárritu.

renacido-the-revenant-inarritu

Et au final ça donne quoi ?

Un an après la pépite « Birdman », Alejandro González Iñárritu nous livre l’un des meilleurs westerns de ses vingt dernières années. Et c’est sans aucun doute, l’un des plus beaux films que j’ai vu dans une salle de cinéma.

Tout comme Leonardo DiCaprio, le réalisateur repousse lui aussi les limites de son travail, il aime se lancer des défis. Il est symbiose parfaite avec son acteur, ils ont la même vision du cinéma et ça se voit à l’écran. Chacun reçoit et donne, cet échange est la force du film.

La mise en scène d’Iñárritu  est époustouflante, certains y verrons peut être de la surenchère mais personnellement, je trouve que c’est du pur génie. Techniquement et visuellement, c’est à couper le souffle ! Les plans séquences sont parfaitement maitrisés, on sent tout le sérieux et professionnalisme du réalisateur et de son équipe. La nature est filmée avec une telle méticulosité, c’est à la fois magnifique et hostile. Le cinéaste mérite amplement son Oscar du meilleur réalisateur, une telle prouesse technique et artistique est tellement rare de nos jours. Une virtuosité pareille, ça ne se trouve pas chez beaucoup de réalisateurs.

En ce qui concerne le scénario, on reste dans la tradition du genre, la vengeance. C’est simple, mais toujours aussi efficace. Les péripéties ont de l’intérêt, que ce soit le périple de Glass ou de Fitzgerald et Bridger. Un chassé croisé passionnant du début jusqu’à la révélation (Glass is BACK !). Le personnage de Glass est très bien écrit, il n’a plus rien à perdre, il n’appartient plus à aucun camp, il lutte face à la nature pour assouvir sa vengeance. Ce qui correspond à une phrase dans le film « un arbre sans racine s’envole » et c’est un peu ça avec Glass. Un voyage physique et spirituelle, où l’on retrouve l’aspect résurrection/rédemption qui est cher à Iñárritu.

La musique de Ryuichi Sakamoto, Alva Noto et Bryce Dessner est magnifique ! Discrète au départ, elle se révèle ensuite très émouvante. On retrouve aussi les roulements de tambours comme pour « Birdman » dans les moments épiques.

« The Revenant » a largement tenu ses promesses, mon attente a été amplement récompensée. A ce jour, c’est le meilleur film que j’ai vu cette année. C’est le genre d’oeuvre qui me rappelle le cinéma des 70’s, quand Coppola, Spielberg ou Friedkin tentaient eux aussi de repousser les limites de leur art. Alejandro González Iñárritu a placé la barre très haute et c’est sans nul doute, qu’une pluie d’Oscars va s’abattre sur ce chef d’oeuvre.

the-revenant-leonard-dicaprio-945895

En résumé, The Revenant est un voyage sensationnel qui repousse les limites du genre. Un chef d’oeuvre incroyable qui marque d’une pierre blanche la rencontre étincelante entre deux prodiges du septième art.

 

 

 

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. thedude524 dit :

    ta critique fais envie, je suis comme toi c’est LE film que j’attends le plus et au vu de ce que tu m’en dis et de ce que j’en ai lu aussi ailleurs cela s’annonce énorme ! Quand on aime comme nous le cinéma on ne peut qu’applaudir face à de telle prise de risque artistique. Le film cartonne, mérité pour lui. On en reparlera de ce Revenant quand je l’aurais ENFIN vu 😉 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. j’ai hâte de le voir alors si tu as aimé !! Yes, Give that man an Oscar !!! 🙂

    J'aime

  3. j’ai encore plus hâte de le voir alors si tu as aimé !! Yes, Give that man an Oscar !!! 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s