Movie Classics, by Matthieu BLOMME – Episode 0 – PROLOGUE AU CINEMA

cinema-paradiso

Qu’est-ce que le cinéma ? D’où provient ce mot qui aujourd’hui suscite la fascination d’un grand nombre d’individus ? Quelles sont ses origines ? Et en quoi s’est-il imposé comme la nouvelle littérature du XXème siècle ?

Le cinéma, nouvelle littérature du XXème siècle ? A moins qu’il ne s’agisse que d’une nouvelle manière d’imaginer la peinture, ou d’une nouvelle encre avec laquelle l’auteur rédige son poème…

Il y a longtemps que le cinéma existe, et avant d’attaquer la première « review » autour du premier chef d’oeuvre de l’Histoire du Cinéma: le Voyage dans la Lune de George Méliès, nous allons revenir dans ce prologue, sur les origines d’un art qui n’était jusqu’au début du XXème siècle pas vraiment un art, mais plutôt, une prouesse technique.

J’ai évoqué le terme « fascination »mais déjà, vous devez savoir que les premières fascinations pour le cinéma sont nées ici, à cette époque, plus d’un siècle avant notre ère…

Retour à l’époque des premiers passionnés…

Le pré-cinéma :

Le pré-cinéma, c’est comme son nom l’indique, une époque où le cinéma n’existait pas et où ont été mis en place les premières techniques de mouvement de l’image. Alors pourquoi ce n’est pas encore du cinéma ? Tout simplement parce que les premières animations de l’image n’étaient étendues que sur un laps de temps très court (1, 2 secondes) alors qu’une invention majeure datant de 1888, le film souple, permettra d’animer des images sur une durée beaucoup plus longue. Mais commençons par le commencement:

– Au cours de la décennie 1820/1830, les premiers Thaumatropes voient le jour en Europe. L’idée est simple: un pivotement recto-verso d’une image imprimée sur les deux faces d’un disque.

thaumatrope1

– 1832: Joseph Plateau invente le Phénakitiscope: toujours sur l’idée du disque avec des images fixes, ici 12 à 16 en mouvement, que l’on observe à travers des petites fentes.

Phenakistoscop

– De 1832 à 1880, plusieurs nouvelles inventions s’ajoutent à la liste des nouveaux dispositifs de mise en mouvement de l’image, parmi lesquelles le Stroboscope, le Zootrope, le Kinetoscope (qui sera le premier à utiliser la lanterne de projection), puis le Folioscope, le Praxinoscope… etc. Toutes ces inventions sont très sympathiques mais ne permettent pas à l’époque aux images de sortir de leur mouvement cyclique. Cela va changer radicalement en 1888.

L’INVENTION DU CELLULOÏD :

John Carbutt

En 1887, l’inventeur américain John Carbutt invente un support pellicule souple (que l’on nomme d’ailleurs le film souple) composé de nitrate de cellulose, sur laquelle peuvent être posées des images fixes. George Eastman, un industriel américain et mentor de John Carbutt, va commercialiser ce nouveau procédé que l’Histoire du Cinéma gardera comme l’invention physique du cinéma moderne. C’est effectivement grâce au Celluloid que le cinéma va écrire ses lettres de noblesses mais aussi permettre aux Frères Lumière et à Edison, de créer ce qui devait devenir le cinéma…

Qui a inventé le cinéma ?

Se demander qui d’Edison et des Frères Lumière a inventé le cinéma est dans la même logique que se demander quel genre de films peut être considéré comme un chef d’œuvre. Ici, dans la logique des œuvres que je traiterais, nous partirons du principe suivant :

Un film peut être qualifié de chef d’œuvre cinématographe lorsqu’il est prouvé que son apport à la technique ET/OU à l’art est certifié. Une œuvre qui apporte une nouvelle manière d’appréhender une norme technique peut être perçu comme un chef d’œuvre, de la même manière qu’une mise en scène classique mais animée par une créativité artistique jamais vue auparavant et surtout citée en référence à de nombreuses reprises après sa sortie peut être perçue en tant que telle.

Aussi pour le cas des Frères Lumière ou d’Edison, déterminer lequel est clairement l’inventeur du cinéma dépend de la perception que l’on a du cinéma. Ça revient un peu à se demander lequel est le meilleur entre King Kong (1933) et Jurassic Park (1993), d’autant que les deux œuvres s’inspirent plus ou moins des mêmes modèles et que leur apport sur un plan purement technique est avéré dans un cas comme dans l’autre. Voici ce que l’on sait sur les Frères Lumière et sur Edison :

Edison-Film

– En 1891, Thomas Edison, ingénieur américain, a conçu la pellicule 35 mm à déroulement vertical (d’ailleurs ce procédé existe toujours aujourd’hui, moins depuis l’arrivée du numérique.) sur la base du Celluloid de Carbutt. A partir de cela, il va concevoir le Kinetographe, un appareil de prises de vues, et le Kinetoscope, qui projette les images filmées à partir de Kinetographe, dans un appareil de visionnage individuel. Si on admet que le cinéma est un moyen de projection de films enregistrés à partir d’un projecteur pour une audience (ce qu’est le cinéma aujourd’hui en fait), alors Edison n’a pas inventé le cinéma, il n’en est que le précurseur. Par contre, si on admet que le cinéma est le fait d’enregistrer des images en mouvement à partir d’une caméra dans le but de le proposer ensuite à un public, alors oui, Edison a inventé le cinéma.

Les-freres-Lumiere

– En 1895, Les Frères Lumière créent le Cinématographe, sur la base des travaux de Carbutt et Edison, un appareil capable de capturer des images fixes sur une bande pellicule 35 mm et de les restituer, sans changer d’appareil, par projection. Le Cinématographe est donc à la fois capteur et projecteur. Les Frères Lumière seront les premiers à organiser des projections, non pas individuelles, mais publiques d’images photos en mouvement. Et ce seront d’ailleurs ces projections qui auront le retentissement le fort au monde à cette époque. Alors, si on admet que le cinéma, c’est le fait d’enregistrer des images à partir d’une caméra pour une audience, les Frères Lumière n’ont rien inventé. Par contre, si on se dit que le cinéma, c’est projeter un film via un projecteur pour une audience large (et de faire payer les projections), alors oui, les Frères Lumière ont inventés le cinéma (dans sa forme moderne).

Voilà pourquoi il est impossible de déterminer lequel des deux camps est inventeur du cinéma. En soit, les deux ont largement contribué a faire du cinéma, l’art que l’on connaît aujourd’hui. Tout deux ont, que cela soit d’un point de vue technique ou social, amené le cinéma à être connu du grand public, et à ensuite permettre l’émergence d’un certains nombres d’artistes qui devaient ensuite permettre au 7e art d’acquérir ses lettres de noblesses, et ce jusqu’à nos jours.

FONDEMENTS ET PROFESSION DE FOI :

salle cinéma

Passé ce prologue, nous nous attarderons plus en profondeur sur les œuvres cinématographes les plus significatives de cet art. Mais d’abord, nous devons d’abord déterminer pourquoi le cinéma est un art. Le dictionnaire nous dit qu’un art est « une activité humaine qui n’a pas de fonction définie autre que de faire appel à l’intellect, aux sens, aux émotions et aux intuitions ». A partir de cela, si on admet que le cinéma est un art, on admet que le cinéma est une activité devant susciter en nous la réflexion et l’émotion (la joie comme la tristesse par exemple)…

Mais comment capter des images fixes et les mettre en mouvement d’abord en captation puis en projection, peut susciter en nous, des émotions et la réflexion ? Tout simplement à travers un langage, comme des mots et des phrases peuvent avoir le même impact sur nous que la littérature, la manière qu’aura un cinéaste de cadrer son plan, de jouer sur les profondeurs, de mettre en lumière un comédien interprétant un rôle ou au contraire, de le positionner hors-champ, tout ceci, selon certaines aspirations stylistiques, permettront à celui-ci de développer un message, de pousser le public à réfléchir sur le script ou à travers lui, sur lui-même. Nous verrons au fur et à mesure des analyses dans le cadre de Movie Classics de quelle manière chaque cinéastes, qu’il soient auteurs ou juste techniciens de la mise en scène, ont tenté de véhiculer un message, de provoquer une émotion, et surtout de quelle manière, ils y sont parvenu.

Movie Classics

Le cinéma, ce sont des réussites, mais le cinéma, ce sont aussi des échecs. Des ères qui débutent et des périodes qui prennent fin. Le cinéma s’est embelli par les réussites, mais a grandi grâce à ses échecs. Le cinéma, ce sont des monuments de démesures qui ont aboutis sur de belles victoires, mais aussi des monuments qui, dans leurs échecs, ont parfois emportés avec eux, toute une conception industrielle. Car le cinéma, nous le verrons, c’est autant des œuvres clés, parfois anonymes, ponctuelles, esthétiques ou expérimentales, mais c’est aussi des peintures fédératrices construites pour être rentables. Mais comme tout investissement, parfois il est rentable, parfois il ne l’est pas. Dans les deux cas,il laisse une trace.

Movie Classics sera aussi une manière pour nous de revenir sur des chef-d’œuvres méconnus, que l’histoire a injustement oublié, car souvent, la loi du plus fort prédomine dans la logique impitoyable de l’industrie,et ce, même en des termes purement créatifs. A l’heure du tout numérique, de la communication, nous allons utiliser ceci comme un moyen de transmission de l’héritage cinématographique et non, comme le moyen de relayer des informations connues de tous. Comprendre le passé, pour éluder les questions du présent afin de mieux appréhender les événements à venir. C’est pourquoi nous passerons autant de temps à réfléchir sur le cinéma de Kubrick, Spielberg ou Christopher Nolan à travers certaines de leurs œuvres, profondément enracinées dans les rouages du cinéma, que les œuvres de Dziga Vertov, Abel Gance ou von Sternberg.

Sur ces mots, je vous donne d’ors et déjà rendez-vous très bientôt pour la première chronique de Movie Classics qui portera sur le film « le Voyage dans la Lune » réalisé par George Méliès en 1902.

Voyage sur la lune

Prenez soin de vous, je vous dis bye, bye, allez au cinéma et à la prochaine !

Matthieu BLOMME.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s