Comment c’est loin (2015)

Comment_c_est_loinComment c’est loin est un film français réalisé par Orelsan et Christophe Offenstein. Il s’agit du tout premier long métrage réalisé et écrit par le rappeur Orelsan.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Tout simplement par curiosité, il y a eu pas mal de critiques positives sur ce film et je voulais en apprendre d’avantage sur l’univers du rappeur, à travers ce long métrage. Que la séance commence !

De quoi ça parle ?

Après une dizaine d’années de non-productivité, Orel et Gringe, la trentaine, galèrent à écrire leur premier album de rap. Leurs textes, truffés de blagues de mauvais goût et de références alambiquées, évoquent leur quotidien dans une ville moyenne de province. Le problème : impossible de terminer une chanson. À l’issue d’une séance houleuse avec leurs producteurs, ils sont mis au pied du mur : ils ont 24 heures pour écrire une chanson complète.

Les premières minutes ?

Le décor se plante direct, alors soit on aime ou on n’aime pas. L’humour est bien posé, sans trop en faire. La musique est omniprésente (en même temps, on s’y attendait), ce qui intensifie un peu plus la plongée dans le monde d’Orelsan et de Gringe. On a donc un premier quart d’heure limpide, où les personnages et l’histoire sont amorcés de façon à ne pas se poser de questions.

Comment c'est loin

Le casting ?

Globalement les Casseurs Flowters assurent ! Leurs personnages tiennent la route et l’interprétation également. A leurs côtés, on a plusieurs acteurs et actrices méconnus, mais qui remplissent comme il faut le job. Claude Urbiztondo Llarch s’éclate et ça se voit, Paul Minthe a un petit côté Daniel Prévost qui lui colle parfaitement à la peau et Jeannine Cotentin (la grand mère d’Orelsan) est très touchante.

Et au final ça donne quoi ?

Pour son premier film, Orelsan nous montre de belles choses. Que ce soit dans la mise en scène ou au niveau de l’écriture. C’est soigné et subtile, on ne tombe jamais dans l’excès. L’humour et la musique sont les principaux éléments qui servent l’histoire, les dialogues et les paroles des chansons sont bien travaillés. On part d’une histoire simple qui tient sur deux phrases et pourtant Orelsan et son équipe la traite avec profondeur et légèreté. L’environnement et le rythme sont également très bien utilisés, c’est pas mou, ni maussade. Il y a beaucoup d’idées qui émergent à partir d’une simple scène.

Un petit mot encore sur la bande originale, qui est excellente et qui fusionne bien évidemment avec le propos du film.

On espère revoir Orelsan devant et derrière la caméra ainsi qu’à l’écriture. Ce petit gars a du talent et il sait choisir avec qui le partager.

Comment-c-est-loin

En résumé, Comment c’est loin est un premier film prometteur. La souplesse de la mise en scène et la finesse dans l’écriture sont intéressantes pour la suite (si Orelsan revient au cinéma).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s