Ils ont osé refuser des rôles en or !

terminator-2 T 1000

Au cinéma, il arrive parfois qu’un(e) acteur(trice) refuse le rôle qui lui aurait permis soit de propulser sa carrière, soit de lui offrir une résurrection. Certains ont le flair pour accepter les bons plans, mais pour d’autres ce n’est pas du tout le cas…

rourke

 Mickey Rourke : Une ascension brisée

On démarre cet article avec celui qui a certainement le plus gâché sa carrière au cinéma. Il est l’un des grands acteurs à avoir éclot dans les 80’s, c’est Mickey Rourke. Il débute sa carrière sous la houlette de Steven Spielberg dans « 1941 », il se fait ensuite remarqué quelques années plus tard chez Coppola dans « Rusty James » ainsi que dans « Le Pape de Greenwich Village » de Stuart Rosenberg.

En 1982, l’acteur refuse son premier grand rôle, celui de Jack Cates aux côtés d’Eddie Murphy dans le buddy movie « 48heures » de Walter Hill. Finalement, le rôle reviendra à Nick Nolte et le film obtiendra un franc succès. Deux ans plus tard, Mickey Rourke refuse une nouvelles fois un buddy movie, « Le flic de Beverly Hills« . Le film sera l’un des plus gros succès commerciaux de la décennie. Malgré les occasions manquées, l’acteur atteint le sommet de sa carrière à partir de 1985. Il obtient son premier grand rôle dans « L’année du Dragon » de Michael Cimino. Rourke enchaine ensuite avec le sulfureux « 9 semaines et demi » d’Adrian Lyne. C’est la consécration internationale pour l’acteur, qui voit de plus en plus de scénarios dans sa boite aux lettres.

Rourke Basinger

Durant l’année 1986, Mickey Rourke va refuser quatre rôles majeurs. D’abord celui de l’immortel Connor MacLeod dans « Highlander », ensuite de Maverick dans « Top Gun », le soldat Chris Taylor dans « Platoon », ainsi que celui d’Elliot Ness dans « Les Incorruptibles » de Brian De Palma. On est déjà à six refus en l’espace 4 ans, mais Rourke continue à être considéré comme l’un des plus grands acteurs de sa génération. A l’époque, il est déjà comparé à Marlon Brando, Al Pacino ou encore Robert De Niro. D’ailleurs, il va croiser ce dernier en 1987 dans « Angel Heart » d’Alan Parker. Mickey Rouke livre dans ce film, la plus grande performance de sa carrière. Sa confrontation face à De Niro est d’un magnétisme incroyable. Pourtant, lors du tournage, Mickey Rourke était ingérable. Il arrivait parfois sur le plateau dans un état second, à cause notamment de l’alcool et de la drogue. Il débarquera même un jour avec les Hells Angels, provoquant la colère noire d’Alan Parker et de Robert De Niro.

Suite aux refus passés et à son instabilité, Mickey Rourke se voit de moins en moins proposer de rôle. En 1987, l’acteur va livrer l’une de ses dernières grandes compositions dans « Barfly » de Barbet Schroeder.

barfly-1987-07-g

L’année suivante, il va refuser d’interpréter Charlie Babbitt dans « Rain Man ». Pourtant, Dustin Hoffman et Barry Levinson (qui avait dirigé Rourke dans « Diner ») voyait en Mickey Rourke, l’acteur idéal pour le rôle. L’acteur ne lira même pas le scénario, au profit d’un combat de boxe. C’est à ce moment là, que sa carrière au cinéma, va commencer à dérailler. Il enchaine les petits films comme « Harley Davidson et l’Homme aux santiags » ou encore « Sables Mortels ». Mickey Rourke va se voir proposer un rôle qui aurait peut être été déterminant à ce moment là de sa vie, celui de l’agent Jack Crawford dans « Le Silence des Agneaux », mais une nouvelle fois l’acteur décline une belle occasion.

Après ça, l’acteur va connaître une vie et une carrière chaotique, entre l’alcool, la drogue, le sexe et la boxe. C’est seulement en 2005, qu’il effectué son retour à travers l’excellent « Sin City » de Robert Rodriguez. Et quatre ans plus tard, il est récompensé par le Golden Globe du meilleur acteur et obtient une nomination aux Oscars pour sa performance dans « The Wrestler » de Darren Aronofsky. On se dit à ce moment là, que Mickey Rourke est de retour et on espère pour longtemps. Malheureusement, l’acteur retombe dans la boxe et dans la chirurgie esthétique. Aujourd’hui, il ne tourne plus que des DTV.

burt reynolds

Il avait tout pour être un géant !

En 1972, Burt Reynolds tient la reconnaissance internationale grâce à sa performance dans « Délivrance » de John Boorman. Suite à ce succès, l’acteur décide d’aller à contre-courant en s’écartant du système hollywoodien. Il va alors refusé plusieurs rôles qui auraient pu booster sa carrière, James Bond ou encore Han Solo dans « Star Wars » car il trouve le scénario trop enfantin et que le succès ne sera pas au rendez-vous. En 1989, il refuse d’interpréter l’homme d’affaire de « Pretty Woman ». Finalement, Burt Reynolds va enchainer les petits films et les nanars. En 1997, il se montre génial dans le « Boogie Nights » de Paul Thomas Anderson. Malheureusement, l’acteur ne continuera pas sur cette lancée. Dommage !

Molly Ringwald

A côté de la plaque !

Après le succès de « Breakfast Club », Molly Ringwald va se voir proposer un bon nombre de films. Parmi eux, l’actrice a refusé « Beetlejuice », « Pretty Woman » et surtout « Ghost », après avoir décroché le rôle. Molly Ringwald a déclaré par la suite, qu’elle regrettait d’avoir décliné de tels rôles. La carrière de l’actrice n’a jamais décollé au cinéma. Tu m’étonnes !

warren beatty

Deux rôles qui auraient pu tout changer :

Warren Beatty est l’une des grandes figures du cinéma américain des 70’s. En 1971, Francis Ford Coppola lui propose en priorité le rôle de Michael Corleone dans « Le Parrain ». L’acteur refuse catégoriquement la proposition, malgré les demandes répétées du réalisateur. Après son film « Reds », l’acteur se montre de moins en moins au cinéma. Au début des 90’s, il revient sous les projecteurs dans « Bugsy » et à la réalisation avec « Dick Tracy ». On se dit qu’il est enfin de retour et finalement il va une nouvelle fois se terrer en dehors des plateaux de cinéma. En 2001, Quentin Tarantino va tenter de le faire sortir de son inactivité en lui proposant le rôle de Bill dans « Kill Bill ». Au départ, Warren Beatty se montre intéressé, mais fait marche arrière à cause de la violence dans le scénario. Le personnage a échu à un autre modèle du cinéaste, l’acteur David Carrradine.

sean connery

Incompréhension totale !

A la fin des années 90, Sean Connery s’est vu recevoir deux grands scénarios, peut être trop grand pour l’acteur britannique. En effet, Peter Jackson a proposé à l’ancien James Bond, le rôle de Gandalf pour la saga du « Seigneur des Anneaux ». Dans la même période, les Washowski lui propose d’interpréter Morphéus pour la trilogie « Matrix ». Sean Connery a refusé les deux rôles, car il trouvait les histoires trop compliquées et que le succès ne serait pas au rendez vous. Il se murmure aussi qu’on lui aurait proposé le rôle du directeur Albus Dumbledore dans « Harry Potter ». On est curieux de savoir ce que ça aurait pu donner.

soprano

Une résurrection manquée !

En 1996, la chaine HBO et le scénariste David Chase pensent à Ray Liotta pour le rôle de Tony Soprano dans la série « Les Sopranos« . L’acteur a montré, notamment chez Scorsese dans « Les Affranchis« , qu’il collait parfaitement à l’univers maffieux. A l’époque, l’acteur enchaine les petits polars, c’est donc une belle chance qui s’offre à lui, pour remonter la pente. Mais Ray Liotta refuse d’incarner une nouvelle fois un gangster, il ne veut pas avoir cette étiquette. C’est donc James Gandolfini qui héritera du rôle, l’un des meilleurs de sa carrière.

Heinsenberg

Ils ont osé refuser le rôle de Walter White/Heisenberg

Deux acteurs en déclin ont osé décliner la proposition d’incarner le personnage principal de la série « Beaking Bad ». En effet, la chaine AMC et le créateur de la série Vince Gilligan ont approché tout d’abord Matthew Broderick (« Glory ») et ensuite John Cusack (« Les Ailes de l’enfer »), mais tous les deux ont refusé l’offre, pensant que la série ne serait pas un succès. Mauvaise pioche les mecs ! Un mal pour bien au vu de la performance de Bryan Cranston.

Eux aussi, ils sont passés à côté de grands films :

Tom Cruise a refusé « Matrix » (Néo), « Ennemi d’État » (Robert Clayton Dean), « USS Alabama » (l’officier Hunter) et « Iron Man » (Tony Stark).

Reese Witherspoon tient une belle carrière au cinéma et heureusement car elle a refusé quelques rôles importants lors de ces débuts au cinéma. En 1995, elle se voit offrir le rôle principal du film d’horreur « Scream », celui de la jeune Sydney Prescott. L’actrice n’accepte pas le rôle, car elle pense que ce film va être une série B. Au final, le long métrage de Wes Craven va relancer le genre. Quelques années plus tard, Reese Witherspoon refuse le rôle de Marla dans « Fight Club », un personnage jugé trop sombre par l’actrice.

Julia Roberts a décliné plusieurs rôles dont celui d’Annie Reed dans « Nuit Blanches à Seattle » ou encore celui de Lady Viola De Lesseps dans « Shakespeare in love », notamment car l’actrice voulait donner la réplique à Daniel Day-Lewis et personne d’autre. Capricieuse miss Roberts…

Will Smith n’a pas accepté les rôles de Django et de James Carter dans « Rush Hour ».

Brad Pitt a lui aussi mis de côté certains grands rôles comme l’un des membres de l’équipage dans « Apollo 13 » ou encore Colin Sullivan dans « Les Infiltrés ».

Denzel Washington a dit non à David Fincher pour le rôle de l’inspecteur David Mills dans « Seven ». L’acteur pense que la noirceur du scénario ne correspond pas à la trajectoire qu’il veut donner à sa carrière. Quelques années plus tard, il acceptera quelques thrillers sombres et violents…

non

Michelle Pfeiffer a laissé passer à la trappe quelques beaux personnages dont l’agent Starling dans « Le Silence des Agneaux », Cathrine Tramell dans « Basic Instinct » ainsi que la sorcière Blanche dans « Le Monde de Narnia.

Daniel Auteuil a refusé « Bienvenue chez les Ch’ti », « Intouchables » et « Le dernier pour la route ». François Cluzet hérite la plupart du temps des rôles laissé par l’acteur du « Huitième Jour ».

Mel Gibson a décliné du lourd ! Il lui a été proposé le personnage de Kyle Reese dans « Terminator », Jim Garrison dans « JFK » ou encore Maximus dans « Gladiator ».

Clin Eastwood s’est vu proposé le rôle de Superman, James Bond ainsi que le capitaine Willard dans « Apocalypse Now ». Il ne donna jamais suite à ces offres.

Robert De Niro s’est retirer juste avant les débuts de tournage de « Titanic » où il devait interpréter le capitaine et « Gangs of New-York » pour le rôle de Bill le Boucher.

Mark Wahlberg a reçu en priorité le scénario de « Brokeback Mountain« , pour jouer au choix l’un des deux cowboys. L’acteur a refusé l’offre à cause des scènes de sexe, trop explicites à son goût.

Lino Ventura a refusé de tourner sous la direction de Steven Spielberg pour « Rencontre du 3éme Type« . L’acteur français a également décliné le personnage de Julien dans « Le Vieux Fusil » à cause de son scénario jugé trop violent. L’anglais n’était pas le point fort de l’acteur, c’est pour cela qu’il a également refusé le rôle du chef de la pension française dans « Apocalypse Now« .

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. belette2911 dit :

    Pour Sean, c’était pas une connerie, il a une belle carrière, mais Rourke, il a tout foutu sa vie en l’air (c’est pas français, je sais). Si on savait à l’avance… mais comment savoir que Breaking Bad allait être un succès ?? Walter White est un rôle magnifique et l’acteur le joue super bien.

    Aimé par 1 personne

  2. mailysroche79 dit :

    Burt Reynolds est complètement à coté de la plaque 🙂 Je ne savais pas qu’il avait refusé James BOND.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s