La Ligue des Justiciers : Échec (2012)

La ligue des justiciers échec

La Ligue des Justiciers : Échec est un film d’animation américain réalisé par Lauren Montgomery. Il s’agit d’une adaptation de l’arc narratif écrit par Mark Waid en 2000 « La Tour de Babel » (JLA: Tower of Babel). Le long métrage est dédié au scénariste Dwayne McDuffie, disparu en 2011.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

On continue à explorer la collection DC Universe. J’ai un petit faible pour les films de La Ligue des Justiciers et j’espère que celui ci ne va pas me décevoir. Que la séance commence !

Qu’est ce que ça raconte ?

L’histoire commence quand le gang du Royal Flush tente de cambrioler une banque. La ligue arrive, et à la suite d’une échauffourée, les met hors d’état de nuire. Cyborg et Batman soupçonnent quelqu’un de puissant derrière cette petite attaque. Quelque chose de plus grand et de plus dangereux se trame derrière nos héros…

Justice_league_doom_cyborg

Les premières minutes ?

Un démarrage dans la lignée de « Flashpoint« , un petit cambriolage classique qui cache quelque chose de mystérieux derrière. Au niveau visuel et de l’animation, on est également dans la même veine que les autres films de la Ligue des Justiciers. Le personnage de Batman est celui qui ressort le plus du groupe, de part son charisme, son intelligence, sa méfiance et de son côté solitaire.

L’ennemi mystérieux se montre malin et prudent. Il a un plan bien huilé et rien n’est fait au hasard. Ça promet pour la suite…

On a donc un premier quart d’heure accrocheur et bien rythmé. La part de mystère est intrigante et on espère ne pas être déçu quand le rideau va se lever.

La Ligue des justiciers Echec

Les personnages et le doublage ?

Comme les premières minutes nous le faisaient voir, Batman est l’un des personnages principaux de cette histoire. Lui et ses alliés sont confrontés à plusieurs ennemis, dont un particulièrement intelligent. Le chevalier noir est confronté à ses peurs les plus profondes. Je ne vais pas vous spoiler, mais je peux vous dire que son personnage et ses actions sont subtilement traités.

Superman est toujours aussi puissant et toujours aussi opposé aux actions de Batman. Le fils de Krypton prend très cher dans ce film. J’ai un petit faible pour l’échange final entre le chevalier noir et l’homme d’acier. La relation entre les deux personnages est toujours aussi bien traitée, que ce soit dans les comics ou dans les adaptations cinéma.

Green Lantern et Wonder Woman sont secondaires, mais restent importants à l’intrigue. Cyborg est le nouveau de la bande et il fait admirablement ses preuves. Flash est peut être celui qu’on retient le plus dans ce petit groupe. John le martien dévoile quelques facettes de lui qu’on ne connaissait pas (dans les films animés).

Au niveau des méchants, on retient principalement le mystérieux comploteur. Je ne vous dirais pas son nom, car je veux vous laisser la surprise. Un mélange de Luthor et de Ra’s al Ghul, qui fontionne très bien et qui fait de cet adversaire, l’un des plus redoutables auxquels nos héros ont été confrontés.

Bane, Cheetha, Ma’alefa’ak, Metallo, Star Sapphire et le Maître des Miroirs forment une équipe robuste et efficace. J’ai une petite préférence pour Bane, mon côté Batman qui ressort certainement.

Les doublages français et américain sont de bonne facture. On retrouve les habitués pour Batman, Flash et Superman. Pour la version française, Jacques Ciron donne une nouvelle fois corps à Alfred.

la ligue flash batman

Et au final ça donne quoi ?

Lauren Montgomery et son équipe nous offrent une aventure passionnante, où l’animation et le graphisme sont de bonne qualité. Les scènes d’action et de combats sont intenses. On a aussi des moments plus posés et symboliques.

L’intrigue est rondement menée, on a pas mal de suspens concernant le destin de nos héros. Le rôle de Batman dans cette histoire est très intéressant. La Ligue des Justiciers se retrouvent en grande difficulté et on les a rarement vu dans une telle position. Les dialogues sont plutôt bons dans l’ensemble, notamment ceux du chevalier noir. Le scénariste Dwayne McDuffie maîtrise bien sa plume, on en attendait pas moins de la part de l’un des créateurs de la série animée « La Ligue des Justiciers ».

On retrouve la musique de Frederik Wiedmann, le compositeur nous avait déjà gratifié d’une excellente bande originale pour « Flashpoint« . On retrouve ici, la même dynamique, le même côté épique et ça colle à merveille avec les images.

justice-league-doom

En résumé, La Ligue des Justiciers : Échec est un très bon film de super héros et de super vilains. L’histoire est passionnante de bout en boute. On en redemande encore et encore !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s