The Postman (1997)

Postman

The Postman est le deuxième long métrage réalisé par Kevin Costner. Il s’agit d’un film post-apocalyptique adapté  du roman de même titre de David Brin, publié en 1985.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Après la consécration avec Danse avec les loups, Kevin Costner n’a pas connu la même reconnaissance avec son deuxième réalisation. A sa sortie en salles, The Postman s’est fait dégommé par la critique et le public. Personnellement, je garde un bon souvenir de ce film. On va voir si c’est toujours le cas avec une nouvelle séance.

De quoi ça parle ?

En 2013, dans l’Ouest américain, une guerre d’une ampleur sans précédent a fait voler en éclats les structures de la société et bouleverse l’écosystème. Les survivants vivent dans des hameaux de fortune sous le joug d’un général auto-proclamé du nom de Bethlehem, qui fait régner la terreur. Un vagabond anonyme croise un jour le chemin du despote.

Les premières minutes ?

Le film s’ouvre sur une terre désertique où l’on voit un homme seul avec son mulet. La narration est portée par la fille de cet homme mystérieux, on comprend alors le pourquoi du comment de la situation des États-Unis en 2013.   La mise en scène et la photographie correspondent pour le moment avec le propos. L’atmosphère ocre et sableuse s’accordent avec les décors, l’aspect post-apocalyptique est plus que convaincant.

La musique de James Newton Howard (co-compositeur de Hans Zimmer pour la trilogie du Dark Knight) insuffle déjà le côté épique au personnage interprété par Kevin Costner.

Les conversations qu’entreprend l’homme avec son mulet apportent quelques petites touches d’humour et de tendresses dans cet environnement mystérieux et peut être hostile… La scène de la station service est vraiment bien conçue, les petites hallucinations du protagoniste principal montre à quel point il est seul et qu’il est sous-alimenté.

Ce premier quart d’heure inspire à un très bon film d’aventure. Kevin Costner propose quelque chose qui rassemble plusieurs genres, plusieurs époques.

postman

Le casting ?

Kevin Costner campe un héros malgré lui, en vérité c’est plus un lâche qu’autre chose. Il préfère rester planquer à l’abri du monde hostile qui l’entoure. L’acteur est bien évidemment très à l’aise dans ce rôle, il sait s’auto-diriger et il nous l’avait déjà démontrer dans « Danse avec les loups« .

Face à lui, Will Patton se montre très convaincant dans la peau de l’antagoniste, en la personne du Général Bethlehem. Ce personnage est vraiment très intéressant et l’acteur lui donne une réelle épaisseur.

Le jeune Larenz Tate tient ici son premier grand rôle au cinéma et il s’en sort plutôt bien. Il interprète de façon sincère le courageux Ford Lincoln Mercury. Le duo qu’il forme avec Costner fonctionne à merveille.

Olivia Williams tient elle aussi son premier rôle au cinéma, Kevin Costner ne s’est pas trompé en l’engageant pour le rôle de la belle et surprenante Abby. Il y a un petit côte Anne Hathaway chez l’actrice britannique.

ThePostman

Et au final ça donne quoi ?

Est ce que ce film méritait un tel bashing lors de sa sortie ? Oh non ! Certes tout n’est pas parfait dans la deuxième réalisation de Kevin Costner, mais il y a tout même un florilège de choses originales et audacieuses, comme c’était le cas pour « Danse avec les loups« .

Tout d’abord la mise en scène est cohérente par rapport au style, à l’histoire et aux personnages. Les seules choses que l’on peut reprocher, c’est les scènes au ralenti qui ont pris un bon coup de vieux et le côté prévisible sur certaines scènes, comme la mort de Michael et du shérif. Le gros raté c’est clairement la fin, qui est trop naïve, sans le moindre impact.

A part ça, Kevin Costner maîtrise le rythme, contrairement à ce qui a souvent été reproché à ce film. Il instaure de belle manière un mélange western/moyen-âge/science-fiction, c’est à la fois original et ça fonctionne. Le réalisateur met l’accent sur les grands espaces et les décors matériels. Le côté écologique est omniprésent, contrairement à Mad Max. Bien sûr, ce n’est pas « Danse avec les loups » car Kevin Costner s’est plus approché d’un divertissement tout public, plutôt qu’un film intimiste. Toutefois, on ressent les deux quand même.

Les couleurs et la photographie restent assez sombres dans l’ensemble, à l’image des décors, des costumes et du propos. Les plans de jours notamment dans les plaines désertiques restent placées sur sur gris clair.

the postman costner

Le scénario est signé Eric Roth et Brian Helgeland, qui globalement adapte bien le roman de David Brin. Un récit d’aventure et de science-fiction qui n’a que très peu de failles quand on y regarde bien. On va commencer par les mauvais points. 2013 n’était peut être pas la date la plus plausible pour retranscrire cette histoire. Certains éléments passent à la trappe, comme les paquets de cigarettes trouvé au début par exemple. Quelques aspects de la structure narrative restent trop légers.

En dehors de ça, les thématiques exploitées sont très intéressantes et symboliques aussi, c’est qu’on voit pourquoi Kevin Costner a voulu porter cette histoire à l’écran. Ce qui est bien trouvé dans cette histoire, c’est le fait qu’un simple malentendu va redonner espoir à tout un pays. Un homme solitaire va jusqu’à mentir à des gens juste pour manger et ce mensonge va changer la vie de tout un peuple. D’ailleurs les personnages du Facteur et du Général Bethlehem sont intelligemment conçus. L’un ne croit en rien et n’a aucun espoir, tandis que l’autre croit en la dictature et ces propres lois. On a donc un scénario très riche (trop peut être ?) qui est dans l’ensemble bien exploité par le réalisateur, en tout cas ça reste cohérent du début à la fin.

Le travail musical de James Newton Howard ne passe pas inaperçu et tient une grande importance au sein du long métrage. Les musiques additionnelles de John Coinman sont également excellentes et dans le style country qu’affectionne Kevin Costner.

The Postman s’est fait défoncé injustement à l’époque, pourquoi ? Peut être à cause de Waterworld et aussi le fait que le gouvernement des États-Unis est très critiqué au sein de ce film. On parle quand même de rebâtir autre chose, de plus pacifique, de plus humain et ça n’est pas trop passé outre-Atlantique. En tout cas, je vous conseille de vous faire votre propre idée sur ce film courageux, ambitieux et original. Je pense que ce film a inspiré quelque part, des films comme « La Route« , « Je suis une légende » ou encore « Le Livre d’Eli » (bien sûr je peux me tromper).

The Postman

En résumé, The Postman est un beau film d’aventure, mené par un Kevin Costner qui veut allier le divertissement avec des messages forts.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. belette2911 dit :

    Waterworld, oui, en effet, démonté à l’époque et the postman aussi… 😦

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s