Éris : La Légende de la pomme d’or / La Bataille des Dieux

saint seya Eris

Éris : La Légende de la pomme d′or est le premier des six films d’animation basés sur la série télévisée d’animation Les Chevaliers du Zodiaque. Il est sorti le 18 juillet 1987 et a été réalisé par Kozo Morishita et les studios japonnais Tōei animation. Cet OAV est indépendant du canon et de la chronologie établie par Kurumada dans son manga. Toutefois, on peut tout de même le situer après la bataille du Sanctuaire.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Il me semble l’avoir déjà vu, mais je ne suis pas sûr à 100%. L’histoire de cette pomme et de voir Seiya avec l’armure du Sagittaire me rappellent vaguement quelque chose. En tout cas, ça tombe bien puisque aujourd’hui on démarre le cycle Saint Seiya.

De quoi ça parle ?

Lorsque la comète Repulse passe dans le ciel, la déesse de la Discorde Éris ressuscite sous la forme d’une pomme d’or pour apporter malheur et désolation. La déesse Athéna, protégée par ses chevaliers, doit à tout prix empêcher la résurrection d’Éris. Le chevalier Seiya de Pégase et ses compagnons pourront-ils battre les chevaliers fantômes, serviteurs de la déesse diabolique ?

OAV Eris

Les premières minutes ?

On démarre avec l’introduction et la voix off qui restent mémorables et cela replonge direct dans l’épique et la mythologie des Chevaliers du Zodiaque. Le générique respire aussi notre enfance, c’est avec une certaine nostalgie qu’on se rend compte que les dessins animés d’hier étaient bien mieux que ceux d’aujourd’hui.

L’histoire démarre avec un sauvetage héroïque de la part de Hyôga, qui arrête une voiture à mains nues devant une maitresse (Ellie) et ses élèves. Celle-ci tombe immédiatement sous le charme du Chevalier du Cygne. Ensuite les Chevaliers se retrouvent à l’école où ils expliquent aux enfants comment ils sont devenus Chevaliers et le secret de leurs pouvoirs. Les gamins décident alors de tester Seiya et se jettent tous sur lui. Un moment bon enfant qui passe plutôt bien.

Hyôga et Ellie (ou Irina en VF) sont installés face à la mer et au ciel. Une étoile filante surgit, on y voit une pomme d’or tomber et cela fige Ellie. Elle est irrémédiablement attirée par cette mystérieuse pomme, qui semble avoir un côté maléfique.

Ces premières minutes nous montrent que l’on veut aller direct à l’essentiel. C’est là qu’on voit la grosse différence entre un film comme Broly et celui-ci. Les premières minutes doivent être apaisantes et ensuite l’intensité va crescendo. Malheureusement ici, on a pas le temps…

saint-seiya-la-legende-de-la-pomme-d-or

Les personnages ?

On retrouve la team de Seiya au complet et bien sûr le chevalier de Pégase reste celui le plus en vue de l’OAV. Chacun à son petit combat bien à lui, mais bon Andromède ne fait pas long feu, tout comme Hyôga.

Ikki débarque tel un Piccolo de DBZ qui vient sauver son Gohan, sauf que le chevalier du Phoenix se montre robuste et puissant pour protéger son frère Andromède.

Les guerriers fantômes (chevaliers du passé) ont une apparence banale, qu’on se dit que Seiya et ses potes vont les dégommer en deux coups et finalement pas du tout. Au niveau de la conception des armures, ça méritait d’être plus badass quand même. Le plus intéressant de ces chevaliers du passé est peut être Orphéus.

La Déesse Éris se montre souvent redondante, on aurait aimé plus de démonstration de son pouvoir et moins de rire diabolique.

Saori Kido reste celle qui se fait enlever pour attirer les Chevalier du Zodiaque, ça reste trop classique et lassant.

Saint Seiya Pomme d'or

Et au final ça donne quoi ?

Kozo Morishita réalise un film classique, expéditif et prévisible. L’animation est correcte et visuellement c’est de bonne facture. On ne sent pas une réelle recherche pour le cinéma, on reste plus sur le niveau série et encore je suis gentil.

Le scénario part plutôt bien mais se conclue de façon assez facile. Un petit approfondissement entre Ellie et Eris aurait été le bienvenue. Les guerriers du passé auraient pu être de vieilles connaissances de nos héros, ce qui aurait intensifié les enjeux et l’intrigue.

La bande originale est pas mal, mais rien d’extraordinaire, ça fait le taff.

saint-seiya-evil-goddess-eris

En résumé, Éris : La Légende de la pomme d′or n’est pas le meilleur des OAV, mais il faut savoir être indulgent, c’est le premier film des Chevaliers du Zodiaque.


Saint Seiya La Bataille des Dieux

La bataille des Dieux (ou La Guerre des Dieux) est est le deuxième film d’animation des cinq basés sur la série télévisée d’animation, Les Chevaliers du Zodiaque. Il est sorti en salle le 12 mars 1988. Il a été réalisé par Shigeyasu Yamauchi et les studios Tōei animation.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Pourquoi faire les choses à moitié ? On est qu’au début du cycle et j’espère que cet OAV sera d’un niveau supérieur par rapport au précédent.

De quoi ça parle ?

Le jour où il apprit qu’une attaque menaçait le Sanctuaire et risquait de mettre en péril l’équilibre du monde, Hyoga le Chevalier du Cygne se rendit dans le Grand Nord, au royaume d’Asgard, protégé par le dieu scandinave Odin, afin d’y mener son enquête.
Porté disparu et sans nouvelle de lui, ses amis, les Chevaliers de la déesse Athéna, partent à sa recherche. Or pour cela qui croire entre le prêtre Freyr, le grand prêtre Derbal et son dévoué Loki? Alors qu’un sombre complot vise Athéna, Seiya et ses compagnons devront affronter les puissants Guerriers Divins d’Asgard pour trouver la vérité et sauver la Terre. Ainsi commence la Bataille des Dieux…

Asgard Saint Seiya

Les premières minutes ?

Le procédé d’ouverture n’est pas sans rappeler celui des premiers OAV de Dragon Ball Z. Déjà là ça commence mieux que le premier film, c’est moins haché et ça impose le mystère autour d’Asgard.

L’animation est fluide et sombre, ce qui montre bien que les studios ont compris leurs erreurs et qui les ont corrigé. Plusieurs énigmes se posent dans ce premier quart d’heure, notamment sur certains personnages et le sort Hyoga.

Cette atmosphère maléfique est bien travaillée, on voit tout de suite la différence par rapport à Eris et la pomme d’or.

hyoga

Les personnages ?

En France, ils ont eu la mauvaise idée de changer les noms des personnages, genre Loki s’appelle Eric.

On retrouve nos héros au complet, le procédé scénaristique est pratiquement le même que pour le film précédent sauf pour Hyoga. Ce dernier pèse un réel mystère dans la première partie du film, l’ellipse dont il fait l’objet est bien menée. Encore une fois, Ikki débarque pour sauver son frangin et ça c’est un peu lassant. Ils auraient pu trouver une autre façon de l’inclure dans l’histoire, après c’est peut être le truc que tout le monde attend, la chose obligatoire dans un OAV, comme l’arrivé de Piccolo qui prend la défense de Gohan dans DBZ (oui je sais, je le redis une fois de plus).

Seiya est bien évidemment le héros qui affronte le big boss, j’espère que dans d’autres histoires les rôles changeront un peu. Mettre Shiryû ou pourquoi Andromède (qui se fait tout le temps démonter en deux-deux) face un grand méchant, ça serait peut être intéressant aussi.

Saori reste toujours aussi passive et quasi inutile. Ce personnage est vraiment mal utilisé dans ces deux premiers OAV, elle est juste là pour décorer.

En ce qui concerne les forces asgardiennes, c’est pas mal du tout. Balder (Dorbal en VF) impose une réelle puissance et férocité, voila le genre de boss que j’attends. Loki, Ullr et Runng font plus sérieux que les guerriers fantômes du premier film. Midgard est le personnage le plus intéressant de la troupe, ceux qui ont vu le film savent de quoi je parle.

Freyr est un personnage que l’on voit peu et pourtant il est l’un des plus mémorables du film. Le thème musical qui lui est associé est charmant.

Midgard

Et au final ça donne quoi ?

Comme quoi, il ne fallait pas s’arrêter au premier film car le deuxième lui est nettement supérieur et quasi à tous les niveaux.  L’animation est mieux inspirée que pour l’OAV précédent, on sent que les studios ont enfin compris qu’il fallait mettre la barre plus haute pour un film. Le graphisme et les couleurs inspirent une réelle ambiance obscure et mythologique. Les combats sont mieux calibrés, c’est moins brouillon qu’auparavant.

Au niveau du scénario, c’est nettement plus recherché que pour le premier film. Il reste tout de même certaines facilités comme la fameuse armure du Sagittaire qui débarque à la fin et puis la fameuse Saori qui est comme une plante au milieu de tout ça. En dehors de ça, c’est plutôt satisfaisant.

On retient principalement de la bande originale le fameux thème mélancolique de Freyr.

Saint Seiya

En résumé, La bataille des Dieux montre une réelle envie de faire mieux que le premier film et on espère que la qualité sera de plus en plus haute au fur et à mesure des OAV.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s