A bittersweet life (2006)

18612040
A bittersweet life
est un film sud-coréen réalisé par Kim Jee-woon, sorti en France en mai 2006. Il a été présenté au Festival de Cannes puis au Festival de film Asiatique de Deauville la même année que sa sortie en France.

Le réalisateur est également l’auteur de plusieurs films sud-coréens, dont 2 soeurs et l’excellent J’ai rencontré le diable, et d’un film américain : Le Dernier rempart, avec le grand Schwarzy.

De quoi ça parle ?

Un chef de gang suspecte sa petite amie Hee Su d’avoir une liaison avec un autre homme. Il demande à son bras droit, Sun Woo, de suivre Hee Su et de l’éliminer s’il la surprend en galante compagnie.

A_Bittersweet_Life

Le film est en fait une descente aux enfers d’un homme qui a été fautif d’être humain et d’avoir de la compassion, pour une femme innocente ou presque. Une femme qui ne méritait pas ce qui lui était destiné. Un femme fascinante pour lui. Le film devient finalement l’histoire de vengeance d’un homme violent et sans limites, prêt à tout pour survivre et pour faire payer ceux qui l’ont piétinés.

Le réalisateur propose une mise en scène sophistiquée. La photographie millimétrée, et les couleurs sobres et sombres, pleines de classe, accompagnées d’une musique classique renforçant l’élégance et la poésie de l’œuvre. Une oeuvre tellement belle, mais aussi violente, tant dans son histoire que dans ses images.

A_Bittersweet_Life_15

Un film violent, mais mesuré. Les chorégraphies imposent le respect tant les scènes d’action sont rondement menées, notamment par leur lisibilité.
Malgré ces points forts, l’histoire et la construction des personnages manquent d’épaisseur. Il manque un brin d’émotion et de romantisme pour que le spectateur soit totalement en émoi. La fin du film et le monologue du personnage principal procurent cependant de belles émotions au spectateur.
Les comédiens, eux, sont tout de même très bons. La jeune Shi Min-a brille, tandis que Byung-Hun Lee, qui incarne le personnage principal, épate, en ayant transmis un panel très large d’émotions au spectateur : de l’empathie et de l’admiration envers Hee Su, puis de la crainte, de la frayeur, et enfin de la sérénité.

A-Bittersweet-Life-2_zpsb6ad92e2

Que vaut finalement le film de Kim Jee-woon ?

A bittersweet life est un film sud-coréen de bonne facture, mais ne peut se caractériser comme un grand film ou même un chef d’œuvre. Il ne peut ainsi pas se hisser au rang des meilleurs films sud-coréens, mais reste un film intéressant et bien mené, clairement meilleur que la plupart des films américains et français d’aujourd’hui.

Vincent Taraud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s