Criminal (2016)

Criminal

Criminal est un thriller américano-britannique réalisé par Ariel Vromen (« The Iceman« ). Il s’agit du deuxième long métrage de la part du réalisateur israélien. Le budget du film a été évalué à plus de 31 millions de dollars.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

La bande-annonce inspire a un bon film d’action et en plus de ça, il y a un casting cinq étoiles. The Iceman m’a laissé un bon souvenir dans l’ensemble, alors pourquoi pas continuer à suivre le travail d’Ariel Vromen. Autre raison pour laquelle je voulais voir ce film, c’est bien sûr mon héros : Kevin Costner.

De quoi ça parle ?

Afin de déjouer un complot et une terrible catastrophe, le gouvernement décide d’implanter la mémoire et le savoir-faire d’un agent de la CIA décédé dans le corps de Jericho Stewart, un condamné à mort aussi imprévisible que dangereux. Il est la seule chance de réussir cette mission. Cependant, en récupérant l’esprit de l’ancien agent, Jericho a également connaissance de ses secrets, ses sentiments…

Les premières minutes ?

L’ambiance thriller/espionnage est présente immédiatement, elle n’est pas parfaite du point de vue de la mise en scène, mais ça passe. On s’aperçoit très vite que le réalisateur et le monteur ont voulu aller directement à l’essentiel. Ariel Vromen aurait pu se permettre une ouverture dantesque, une course poursuite digne d’un James Bond par exemple car il y avait largement la place. Le personnage de Bill Pope interprété par Ryan Reynolds méritait peut être plus de présence, plus d’épaisseur, il est difficile de s’attacher à cet agent de la CIA.

Un premier quart d’heure légèrement haché, la faute à qui ? Au réalisateur ? Au monteur ? On dira les deux, que ce soit la mise en scène ou le montage, on peut dire que les deux hommes ne sont pas tellement inspirés. Toutefois, il faut espérer que la suite sera moins expéditive.

Criminal Reynolds

Le casting ?

Comme pour son premier long métrage, Ariel Vromen s’entoure une nouvelle fois d’un casting prestigieux. Il y a un petit côté super héros, puisque la plupart des acteurs ont joué dans un film Marvel ou DC Comics.

Le réalisateur a choisi de mettre Kevin Costner en bad guy, ce qui est rare pour lui au cinéma. Le pari est-il réussi ? Globalement oui ! Kevin Costner est en grande forme, il dégage une telle prestance et une telle violence aussi (ça aussi c’est rare pour lui). L’acteur nous montre qu’il en a encore sous le pied et on espère très vite le revoir dans ce genre de film.

A ses côtés et face à lui, on a Gary Oldman, Jordi Mollà, Gal Gadot ou encore Tommy Lee Jones. Ce beau petit monde fait le job, ni plus ni moins et c’est bien là que c’est dommage. Le réalisateur a des acteurs incroyablement talentueux devant lui et il les dirige de façon légère, sans réelle inspiration.

Ryan Reynolds, Michael Pitt et Alice Eve ne sont là que pour apporter leur nom à l’affiche. Quel gâchis !

Et au final ça donne quoi ?

Le premier quart d’heure nous laissait entrevoir un thriller qui se voulait dynamique et violent, même si l’on pouvait déjà entrevoir un certain bâclage au niveau de la mise en scène. Au bout d’une demi heure, on ressent quelques dispersions sur plusieurs plans, que ce soit le scénario ou le travail d’Ariel Vromen. Plus on avance dans l’histoire, plus les défauts prennent une ampleur abusive et regrettable. Ça part dans tous les sens et on lâche peu à peu le fil malgré les efforts de Kevin Costner.

Le réalisateur est clairement passé à côté de son film, de ses acteurs, du genre et du scénario. On s’attend à un thriller d’espionnage intense et maitrisé, mais ici ce n’est pas du tout le cas. Doug Liman (« Edge of Tomorrow« ) aurait été bien plus à l’aise dans ce registre qu’Ariel Vromen. Mis à part la violence qui est bien dosée, il n’y a pas grand chose à retenir. Les flashbacks sont dignes d’un film d’un téléfilm 90’s, rien d’original.  Les lieux de tournage sont bien choisis, mais rien n’est réellement exploité.

Le scénario de David Weisberg et Douglas S. Cook tient soit sur un coin de table, soit le réalisateur n’a pas su le mettre en valeur. Les dialogues ne sortent pas de l’ordinaire et la plupart des personnages n’ont pas de fondement. C’est pour cela qu’en dehors de Costner, les autres ne font que de la figuration.

On sort de ce film avec un sentiment de déception et de gâchis de la part du réalisateur. On s’attendait un thriller de haut vol et au final on frôle le téléfilm. Voila le genre de long métrage qui mérite une sortie DTV. Une désillusion totale !

criminal

En résumé, Criminal est un thriller qui souffre de trop de maladresses pour nous emballer. On retient quand même Kevin Costner, qui sauve un minimum le film dans la peau du bad guy.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s