The Pledge (2001)

The-Pledge affiche

The Pledge est un thriller américain réalisé par Sean Penn. Il s’agit de l’adaptation du roman La Promesse (Das Versprechen) de Friedrich Dürrenmatt.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

C’est le premier film réalisé par Sean Penn que j’ai dû voir, il y a maintenant près de dix ans. J’en garde un agréable souvenir et étant en pleine rétrospective sur le réalisateur, c’est avec un grand plaisir que je revois ce film.

Qu’est ce que ça raconte ?

Le jour de sa retraite, l’inspecteur Jerry Black s’attarde dans son bureau pour la dernière fois avant de faire bonne figure à la fête « surprise » organisée en son honneur. Touché par la générosité de ses collègues, il accepte volontiers leur cadeau, un billet d’avion pour réaliser son rêve : aller pêcher au Mexique.
Au même moment, le corps d’une fillette de huit ans est découvert à moitié enseveli sous la neige, dans les montagnes du Nevada. Un meurtre gratuit en apparence.

Bien que ses collègues de travail le poussent à mettre fin à sa carrière au sein de la police, Jerry est décidé à mener son enquête. Comment laisser un tel crime impuni ? Il promet solennellement à la mère de la jeune victime de retrouver le meurtrier.

The-Pledge

Les premières minutes ?

On nous dresse tout d’abord le portrait de Jerry Black de bien belle manière. Sean Penn instaure dès le début un certain mystère autour du personnage, à travers le moment où il s’évade en pleine nature sauvage pour pêcher et boire.

A six heures de prendre sa retraite, Jerry décide de se rendre sur le lieu d’un crime, une petite fille de 9 ans violée et assassinée. Cette affaire affecte le futur retraité et il fait la promesse à sa mère, qu’il va retrouver le meurtrier de sa fille.

Le réalisateur instaure une atmosphère de polar froid et légèrement glauque. Cela nous rappelle un peu la première saison de « True Detective« . On a donc un premier quart d’heure intriguant, dont on a hâte de découvrir la suite.

The-Pledge

Le casting ?

Encore une fois, Sean Penn s’est entouré d’une sacrée bande d’acteurs et d’actrices. Deuxième collaboration entre lui et Jack Nicholson, qui se révèle être une nouvelle réussite. Que dire de plus ? Jack Nicholson nous montre, encore une fois, tout son savoir faire, et ce, même dans un rôle aux antipodes de ce qu’on a pu voir auparavant.

A ses côtés, on y trouve une Robin Wright grimée mais toujours aussi légère et touchante. Aaron Eckhart, Sam Shepard et Helen Mirren font plus parti de l’arrière plan, mais leurs prestations sont tout à fait convaincantes.

On retient aussi les apparitions furtives mais remarquées de Benicio Del Toro et Mickey Rourke.

Jack Nicholson & Sam Shepard

Et au final ça donne quoi ?

Sean Penn nous plonge dans un thriller qui sort de l’ordinaire, on s’intéresse autant à la trajectoire de l’enquêteur qu’à l’enquête en elle même. La mise en scène jongle à merveille entre les deux axes, on est au plus près de Jerry (J.Nicholson), évoluant à ses côtés dans son investigation. Le cinéaste contraste également la noirceur de la situation avec les magnifiques paysages du Nevada. Le rythme est rondement mené, aucune longueur ne se fait ressentir, chaque scène à son intérêt pour l’histoire ou pour Jerry.

Pour info, le film devait contenir des séquences additionnelles, concernant la dernière partie du film. Malheureusement, la société de production a refusé d’allonger des suppléments budgétaires. Malgré ce petit désagrément, on peut dire que Sean Penn livre tout de même un film cohérent et maitrisé.

Au niveau du scénario, là aussi l’équilibre entre l’histoire principale et Jerry est subtilement abouti. La promesse de Jerry (envers la mère de la victime) est déterminante pour sa propre destiné. Plusieurs thématiques sont abordées, comme la retraite, la religion, la solitude… L’aspect psychologique est mis en avant dés le départ pour un accomplissement à la fin. D’ailleurs, on peut y voir une certaine audace de la part des scénaristes et de Sean Penn pour avoir orchestré une fin aussi inattendue que déstabilisante. Personnellement, j’ai adoré cette prise de risque car elle permet au film de se détacher de tout ce qui a été fait auparavant dans le même genre.

Klaus Badelt et Hans Zimmer signent une bande originale convenable, sans être mémorable. Quelques morceaux nous rappelle que Zimmer est dans la place, comme « Angler« .

pledge-2001-09-g

En résumé, The Pledge est un thriller haletant, original et à l’impact retentissant. Sean Penn prend un virage très intéressant avec cette œuvre, tout comme Jack Nicholson.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s