TOP 20 des chefs d’oeuvre boudés aux Oscars

oscars-2015

Les Oscars du cinéma restent les récompenses les plus convoitées et les plus prestigieuses du Septième Art. Certains films sont considérés comme des chefs d’oeuvre incontestables, pourtant ils n’ont reçu aucune statuette et parfois ils n’ont même pas eu la chance d’être nominé. La faute à qui ? Soit le film n’est pas sorti à la bonne date, soit il a été injustement mis à l’écart et ont récolté parfois un oscar secondaire. Voici Notre TOP 20 des chefs d’oeuvre boudés aux oscars :

 

N°20 : « Old Boy » de Park Chan-wook

18376881.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le Grand Prix du Festival de Cannes de 2004 n’aura même pas été nominé aux Oscars. Un résultat plutôt incompréhensible pour ce qui peut être appelé comme l’une des plus grosses claques de ces dernières années, et comme l’un des plus grands thrillers asiatiques de tous les temps.

N°19 : « La Couleur pourpre » de Steven Spielberg

la couleur pourpre

11 nominations au départ, mais au final 0 Oscar empoché. « La Couleur Pourpre » reste l’un des plus beaux longs métrages de Steven Spielberg. Une mise en scène somptueuse, accordée avec un casting exceptionnel. Danny Glover en impose dans le rôle de l’antagoniste et à ses côtés Whoppi Goldberg tient l’un des meilleurs rôles de sa carrière. A l’époque, l’académie a préféré récompenser « Out of Africa« , qui est bien sûr, un autre chef d’oeuvre.

N°18 : « L’impasse » de Brian De Palma

l'impasse

Brian De Palma est tout simplement au sommet de son art, on se souvient tous de la scène de la gare, de l’hopital ou encore du bar. Il s’agit clairement de l’un des meilleurs films de gangsters des années 90. Les décors, l’éclairage, les couleurs, la musique et la photographie forment un délicieux cocktail cinématographique. Al Pacino et Sean Penn sont fantastiques, le duo fonctionne dés la première scène et se termine sur une autre tout aussi mythique. Voila le parfait exemple d’un grand film complétement mis à l’écart par l’Académie des Oscars.

N°17 : « Un Prophète » de Jacques audiard

Tahar Rahim Prophète

L’un des plus grands films noirs français de ces dernières années. Jacques Audiard signe avec ce film l’un de ses plus puissants, l’un des plus profonds et l’un des plus maîtrisés qu’il ait fait. Le lauréat de la trente cinquième édition des Césars devra se contenter d’une petite nomination dans la catégorie des meilleurs films en langue étrangère. Le film argentin Dans ses yeux est le lauréat de cette cérémonie.

N°16 : « Le Loup de Wall Street » de Martin Scorsese

Le loup de wall street

Avec cinq nominations, « Le Loup de Wall Street » est reparti bredouille de la cérémonie de 2014. Pourtant, ce long métrage est d’une virtuosité éclatante et il nous montre que Martin Scorsese est toujours dans le coup. Le scénario de Terence Winter est un véritable bijou d’écriture. Leonardo DiCaprio décoche une composition survoltée et explosive, peut être sa meilleure sous la houlette du cinéaste. Jonah Hill livre une performance à 2000 volts. Alors certes, « Dallas Buyers Club » et « 12 Years a Slave » faisaient également parti de la compétition, mais une petite statuette pour Marty n’aurait pas été du luxe.

N°15 « Orange mécanique » de Stanley Kubrick

ORANGE MECANIQUE

Les Oscars et Stanley Kubrick n’ont pas vraiment fait bon ménage, le cinéaste n’a obtenu qu’un seul Oscar durant sa carrière, celui des meilleurs effets visuels pour le film « 2001, l’Odyssée de l’espace« . « Orange Mécanique » n’avait obtenu que quatre nominations et on voit mal un film aussi corrosif et intelligent être récompensé par l’Académie à l’époque. Kubrick était clairement un maître à part qui n’a jamais eu besoin d’Oscars pour nous prouver son indéniable talent.

N°14 : « Inception » de Christopher Nolan

Inception scene

Avec un total de huit nominations, Inception n’est ressorti « qu’avec » quatre récompenses : la meilleure photographie, le meilleur son, le meilleur montage sonore et les meilleurs effets visuels. Le film de Christopher Nolan, oeuvre majeure dans la filmographie de l’artiste, aurait pu ressortir avec des Oscars encore plus importants, dont celui du meilleur film. Malheureusement pour l’équipe du film, l’année 2010 était une grande année pour le cinéma, et les candidats de la 83ème cérémonie des Oscars étaient des prétendants tout autant sérieux. Le discours d’un roi est ressorti gagnant de la cérémonie.

N°13 : « La Ligne Rouge » de Terrence Malick

La Ligne Rouge_03

Le film de Terrence Malick aura obtenu sept nominations aux Oscars, mais sera repartie sans aucune récompense. L’oeuvre poético-philosophique n’aurait donc pas envoûté les membres de l’Académie ? Il faut croire que non. Ni même la musique d’Hans Zimmer, ni même la sublime photographie de John Toll n’aura été récompensée, constat difficile à croire après avoir vu ce chef d’oeuvre, qui n’aurait pas démérité à être le lauréat du meilleur film, ou même à gagner la statuette pour la meilleure réalisation.

Y’avait-il donc meilleur ou était-ce vraiment du snob ?  On vous laissera juger.

N°12 : « Alien, Le Huitième passager » de Ridley Scott

alien5

L’une des pierres angulaires de la science-fiction au cinéma n’a obtenu qu’une seule statuette pour les meilleurs effets visuels. C’est une blague ? Un chef d’oeuvre qui insuffle la fusion entre l’épouvante et la science-fiction aurait mérité un peu mieux que ça non ? Un huis clos dans un vaisseau au beau milieu de l’espace, où une étrange créature s’immisce pour perturber le voyage, c’est pas commun ça ? Surtout que Ridley Scott et son équipe vont tous dans la même direction pour nous émerveiller tout en nous faisant frissonner. Rien n’est à jeter dans ce chef d’oeuvre, qui aurait mérité de rafler quelques statuettes comme celle du meilleur réalisateur et du meilleur scénario.

N°11 : « Incendies » de Denis Villeneuve

Incendies

Le chef d’oeuvre du cinéaste canadien méritait amplement l’Oscar du meilleur film étranger. L’adéquation et l’originalité du fond et de la forme respire une maitrise totale. Un film dramatique qui est doté d’une puissance rare, heureusement que Denis Villeneuve n’a pas attendu la statuette pour nous livrer d’autres grands films.

N°10 : « Seven » de David Fincher

seven Freeman Pitt Spacey

Dans les années 90, on retient deux films précurseurs du thriller moderne, à savoir « Le Silence des agneaux » et « Seven« . David Fincher impose et insuffle quelque chose de nouveau au genre, sa patte est sombre, très sombre voir glauque.  Le réalisateur nous montre également qu’il aime jouer avec son spectateur, il veut le surprendre et ce jusqu’à la dernière minute. La scène finale symbolise à elle seule le cinéma made in Fincher. N’oublions pas non la performance de Kevin Spacey qui méritait au minimum la nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

N°9 : « Vertigo » et « Psychose » d’Alfred Hitchcock

alfredhitchcock_vertigo_goldengatebridge

Psycho-still

Deux thrillers implacables et intemporels, Alfred Hitchcock reste le maître incontesté du genre. Le cinéaste n’a jamais obtenu le moindre Oscar pour l’un de ses longs métrages. Malheureusement, il n’est pas le seul « maître » dans ce cas là…

N°8 : « Interstellar » de Christopher Nolan

interstellar-mcconaughey5

Tout comme David Fincher, Christopher Nolan est clairement snobé par l’Académie des Oscars. Le cinéaste n’obtient que quelques miettes comme la statuette des meilleurs effets visuels, alors que son cinéma ne se limite pas qu’à ça. On oublie le talent de sa mise en scène, du montage et surtout de l’écriture ?! « Memento« , « Inception » et ensuite « Interstellar« , c’est bien plus que des simples oublies, c’est une faute professionnelle de la part des membres de cette Académie.

N°7 : « Heat » de Michael Mann

Heat-1995-3

Si l’on devait retenir un seul polar durant les années 90, ça serait l’excellent  Heat. Michael Mann livre près de trois heures de grand spectacle sous tension, qui fait vibrer le spectateur. Du haut niveau sur tous les plans ! Le scénario a été peaufiner pendant plusieurs pour nous embarquer de la première à la dernière seconde. En plus de ça, le réalisateur réunit un casting incroyable où l’on retrouve deux légendes du métier d’acteurs avec Al Pacino et Robert De Niro. On ne comprend toujours pas comment ce film n’a pas été retenu pour les Oscars…

N°6 : « La Ligne Verte » de Frank Darabont

La-ligne-verte

Comment se fait-il que ce film n’ait même pas un reçu un seul Oscar ? Certes « American Beauty » était un rival de taille, mais pas delà à empocher 7 Oscars. Michael Clark Duncan méritait la statuette du meilleur acteur dans un second rôle et Frank Darabont celle du meilleur scénario adapté.

N°5 : « Fight Club » de David Fincher

Fight Club (1999) Edward Norton and Brad Pitt (Screengrab)

Encore une fois, l’œuvre de David Fincher n’est pas récompensée par la prestigieuse académie hollywoodienne. Son quatrième long-métrage ne verra pas un succès immédiat, mais deviendra par la suite un film culte pour beaucoup. L’adaptation du livre coup de poing de Chuck Palahniuk n’aura même pas eu droit à une statuette, seulement à une nomination pour le meilleur montage sonore. Fincher, depuis, n’aura toujours pas raflé de statuette pour son travail.

N°4 : « Apocalypse Now » de Francis Ford Coppola

Apocalypse-Now-6

 Apocalypse Now est sans doute l’un des films les plus compliqués qu’ait dû faire le père de la trilogie du Parrain, Francis Ford Coppola. Tournage compliqué, sujet délicat, tout y est passé. Et pourtant, ce film s’avère être son plus abouti. Si unique et brillant, il est sans doute l’un des plus grands films de guerre du septième art. Porté par des comédiens hors-normes, par une atmosphère effrayante de réalisme, et par une photographie magnifique, Apocalypse Now n’est finalement rien de moins qu’un chef d’oeuvre qui n’aura pas eu de prix par l’Académie. Francis Ford Coppola et l’équipe du film se réconforteront avec la précieuse Palme d’Or du Festival de Cannes.

N°3 : « 12 hommes en colère » de Sydney Lumet

12_Hommes_en_colere

Celui qui s’avère être l’un des plus brillants films de huis-clos du septième art est ressorti bredouille de la cérémonie des Oscars. Incroyable me direz-vous… il s’est malheureusement heurté au brillant film de David Lean, Le pont de la rivière Kwaï.

Un chef d’oeuvre soulevant de multiples questions autour du système judiciaire américain, brillamment interprété et mené par un Sydney Lumet inspiré. Un chef d’oeuvre de plus qui n’aura pas vu la statuette dorée.

N°2 : « Les Evadés » de Frank Darabont

evades

Frank Darabont ne voit son excellent travail récompensé par ses paires et c’est bien malheureux. Le réalisateur français met en scène de façon respectueuse et inspirée le roman de Stephen King. L’histoire est aussi poignante que celle de « La Ligne Verte« , c’est le genre de film qui nous fait pleurer mais ce n’est pas grave car on aime le film et on prend toujours un grand plaisir de le revoir. On se demande encore comment l’Académie est passé à côté de ce chef d’oeuvre, du talent de Darabont et de ses acteurs.

N°1 : « Le Bon, la brute et le truand« , « Il était une fois dans l’ouest » et « Il était une fois en Amérique » de Sergio Leone

Le bon la brute et le truand

Blu-ray-Il-etait-une-fois-dans-louest-1

il-etait-une-fois-en-amerique-restaure-07

Trois grandes œuvres snobées par l’Académie des Oscars, alors que le cinéma de Sergio Leone est incontestablement l’un des meilleurs du Septième Art. Une réalisation à chaque fois millimétrée, qui nous a offert des plans mythiques, comme le montre les photos ci-dessus. Le scénario et les dialogues sont aiguisés comme des rasoirs, la plupart sont devenus cultes. Il faut se dire que sans des maîtres comme Sergio Leone, Stanley Kubrick ou encore Alfred Hitchcock, on n’aurait pas aujourd’hui des cinéastes comme Quentin Tarantino, Christopher Nolan ou encore David Fincher. Il est quand même affligeant de voir que les Oscars ont zappé de telles pépites, de telles œuvres qui ont marqué l’histoire du cinéma.

Mentions honorables :

« ZODIAC » DE DAVID FINCHER

zodiac-2

« TAXI DRIVER » DE MARTIN SCORSESE

Taxi Driver 05 - Robert De Niro

« LE DICTATEUR » DE CHARLIE CHAPLIN

le_dictateur__1940

« BIENVENUE A GATTACA » D’ANDREW NICCOL

bienvenue a gattaca

« BLADE RUNNER » DE RIDLEY SCOTT

blade-runner-harrison-ford

 SLEEPERS DE BARRY LEVINSON

Sleepers

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. belette2911 dit :

    Oui, tout à fait ! Je ne les connais pas tous, mais Alien m’avait fait pisser dans ma culotte de peur (au sens figuré) et les autres que tu cites auraient eu aussi mérité de faire partie des récompensés… 😦

    — Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses.

    Le monde des Oscars se divise en deux catégories, ceux qui ont des tas de statuettes et ceux qui n’en ont pas. Eux, ils n’en ont pas…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s