Grand Central (2013)

Grand Central

Grand Central est un drame français coécrit et réalisé par Rebecca Zlotowski. Le film a été présenté au festival de Cannes dans la catégorie « Un certain regard » et a remporté le Prix François-Chalais.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

La première raison se nomme Tahar Rahim, qui est un acteur que dont j’affectionne le jeu naturel et ces choix artistiques. Ensuite, le film traite d’un cadre rarement mis en avant au cinéma : la centrale nucléaire. Ce long métrage est également l’occasion pour moi de découvrir le travail de la cinéaste Rebecca Zlotowski.

Qu’est ce que ça raconte ?

De petits boulots en petits boulots, Gary est embauché dans une centrale nucléaire. Là, au plus près des réacteurs, où les doses radioactives sont les plus fortes, il tombe amoureux de Karole, la femme de Toni. L’amour interdit et les radiations contaminent lentement Gary. Chaque jour devient une menace.

Les premières minutes ?

Un démarrage qui montre déjà les intentions de la réalisatrice, à la fois nous embarqué au plus près du protagoniste principal, en l’occurrence Gary (Tahar Rahim), et apporter dans le même temps de l’authenticité. La mise en scène est est inspirée sur les premières scènes, notamment la séquence au bar. D’ailleurs, Rebecca Zlotowski nous montre à travers ce moment, qu’en une fraction de secondes, des rencontres se créent et change notre vie. Le rythme est posé afin de mieux s’attacher et comprendre les personnages.

Un premier quart d’heure séduisant, on a hâte d’en voir plus et d’être agréablement surpris par ce film.

Grand Central Tahar

Le casting ?

La cinéaste s’offre une distribution de poids pour son deuxième long métrage. Elle y retrouve Léa Seydoux, qu’elle avait déjà dirigé dans son premier film. L’actrice incarne avec légèreté et sérieux, une femme fatale malgré elle, qui se retrouve au carrefour de sa vie suite à sa rencontre avec Gary. Ce dernier est formidablement interprété par Tahar Rahim, un rôle sur mesure pour l’acteur. Le couple fonctionne plutôt bien à l’écran.

Au niveau des seconds rôles, c’est également du très bon avec notamment Olivier Gourmet, qui prend son rôle très au sérieux comme toujours. Denis Menochet fait également du bon boulot.

01-grandcentral

Et au final ça donne quoi ?

Rebecca Zlotowski nous livre un film intéressant sur plusieurs plans, mais décevant sur d’autres. On va commencer par la mise en scène, qui dans son ensemble est plus que satisfaisante. La réalisatrice s’empare bien de l’espace qu’elle a choisi pour son long métrage, qui est la centrale nucléaire. Un aspect quasi-semi documentaire ressort de cette manière de filmer. On reste aux côtés des personnages tout au long du film, pour ainsi mieux nous imprégner de leurs émotions. Ce que l’on pourrait reprocher c’est l’aspect charnel, qui n’est gratté qu’en surface, alors qu’il y avait matière à aller plus loin dans la passion amoureuse et destructrice ainsi que le danger physique et psychologique de la centrale. Ceci est également du aussi à l’écriture, qui inspirait à quelque chose de plus approfondi et de plus audacieux.

Le scénario tient une base solide avec un potentiel, malheureusement après la première demi heure, on sombre dans les clichés de l’adultère. Peu à peu le côté social et la centrale ne sont là, qu’en fond de toile alors que cela devrait rester au même plan que le coup de foudre entre Gary et Karole. D’ailleurs, on voit très bien à l’écran que Rebecca Zlotowski essaye de maintenir un certain équilibre, dommage que ça penche du mauvais côté. L’authenticité que l’on entrevoyait au départ disparait au fil des clichés. Autre petit reproche que l’on peut faire, c’est le manque de surprises au sein de cette histoire. On sait déjà comment tout ça va finir et c’était évitable, il faut se mettre à la place du spectateur parfois…

La bande originale de Rob essaye de se frayer un chemin, sans réellement nous embarquer.

Malgré ses défauts, ce long métrage nous fait entrevoir de bonnes choses pour la suite de la carrière de la cinéaste. Son prochain film s’intitule « Planétarium »  et elle y dirige Natalie Portman, Louis Garrel et Lily Rose Depp.

Grand Central

En résumé, Grand Central est un film qui gratte un terrain inexploité au cinéma, dommage qu’on effleure un sujet qui se voulait intéressant. Tahar Rahim et Olivier Gourmet sont excellents !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s