Mississippi Burning, la mise en lumière sur l’une des pages sombres de l’histoire américaine

mississippi_burning

Mississippi Burning est un film dramatique américain réalisé par Alan Parker, sorti en 1988. Ce long métrage fait fait référence à des évènements survenus en 1964, quand trois militants, deux blancs et un noir, respectivement Michael Schwerner, Andrew Goodman et James Chaney, ont été assassinés sur une route du Mississippi.

Pas de perte de temps !

Juste après avoir donner le dernier clap de « Angel Heart » (tourné en Nouvelle-Orléans), Alan Parker est immédiatement sollicité pour mettre en scène le scénario de Chris Gerolmo. Au niveau des acteurs, Gene Hackman est le premier a s’engager dans le projet, suivi ensuite de Willem Dafoe. Le tournage se déroule dans la ville de La Fayette, en Alabama et ne dure que deux mois et demi.

retour à la réalité :

En 1998, un journaliste fasciné par le long métrage rouvre le dossier. Après de longs démêlés judiciaires, le 23 juin 2005, Killen, a été reconnu coupable du meurtre des trois militants des droits civiques. Il a été condamné à 60 ans de prison par le tribunal de Philadelphie.

Pourquoi j’ai voulu (re)voir ce film ?

Il s’agit d’un long métrage qui dépeint avec force et courage, la haine et la bestialité humaine. Alan Parker nous marque au fer rouge, comme on a l’habitude avec lui.

Mississippi Burning

Qu’est ce que ça raconte ?

En 1964, trois militants pour les droits civiques des noirs disparaissent mystérieusement. Ce sont deux agents du FBI qui sont chargés de l’affaire. Très vite, les questionnements et les méthodes d’intimidation d’Alan Ward et de Rupert Anderson dérangent, en particulier le Klu Klux Klan.

Les premières minutes ?

En une image forte et triste de vérité, Alan Parker nous plonge immédiatement dans le contexte de la ségrégation au sud des États-Unis durant les années 60. L’atmosphère sombre et hostile du Mississippi se met en place dés la scène suivante. Le réalisateur nous montre la violence et la connerie de l’homme dans toute son atrocité.

Deux agents du FBI sont chargés d’enquêter sur la disparition de trois hommes militants pour l’égalité entre les noirs et blancs. On a donc Rupert Anderson (Gene Hackman), agent expérimenté et natif de la région. Puis Alan Ward (Willem Dafoe), jeune premier responsable de l’investigation, sa détermination à mettre la lumière sur les crimes de la nuit du Mississippi n’est pas en phase avec la physionomie de son collègue. L’opposition entre les deux se fait tout de suite ressentir, mais c’est souvent comme ça que naît un vrai duo de flics.

Un premier quart d’heure d’une efficacité et d’un impact déjà retentissant. Alan Parker est sur la voie de nous offrir un très grand film engagé, dont il a le secret.

Mississippi_Burning

Le casting ?

Gene Hackman et Willem Dafoe forment un duo étincelant et parfaitement complémentaire. Chacun colle merveilleusement à son personnage, deux acteurs à la fois grandioses et différents sur le plan artistique. Deux trajectoires qui se croisent et qui nous offre deux belles performances.

On a également du beau monde du côté des rôles secondaires, Michael Rooker (« Les Gardiens de la Galaxie« , « JFK« ) incarne efficacement la cruauté, tout comme Brad Dourif (« Le Seigneur des anneaux« ). La touche féminine est amenée par la convaincante et sublime Frances McDormand (« Fargo« ). Ronald Lee Ermey (« Full Metal Jacket« ) est également de la partie et il est toujours aussi imposant. Cet acteur aurait mérité un carrière beaucoup plus riche avec des rôles à l’image de son talent.

Stephen Tobolowsky (« Thelma & Louise« ) prend une nouvelle fois la peau du salopard de service, il a la prestance pour et cela nous donne un prestation plus que crédible.

Mississippi Burning

Et au final ça donne quoi ?

Après « Midnight Express » et « Birdy« , Alan Parker réalise un grand film qui montre les cicatrices de l’Amérique et quelques plaies encore ouvertes malheureusement. En outre, le cinéaste anglais nous montre la face obscure du rêve américain. Le sujet est délicat, mais Alan Parker montre avec un réalisme inébranlable à quel point cette période sombre et violente a traumatisé un pays tout entier. On frôle parfois le semi-documentaire avec quelques images d’archives qui présentent les réactions des habitants à l’époque des véritables faits. Comme à son habitude, Alan Parker aime mettre en lumière les choses qu’on essaye de camoufler et il le fait parfaitement.

La mise en scène est d’une redoutable efficacité et ce dés les premières images, on est touché par autant de haine et violence. Les scènes percutantes et le montage haletant apporte un dynamisme au long métrage, ce qui accroche le spectateur pour ne plus le lâcher. Les décors, les véhicules et l’œil de Parker nous immergent totalement dans le climat du Mississippi des 60’s.

Le scénario est réglé comme du papier à musique, c’est  également aussi pour cela qu’Alan Parker est tant à l’aise derrière la caméra. Chris Gerolmo met l’accent sur l’atmosphère très particulière de l’époque, à travers la ségrégation, l’insécurité, la religion, la violence, la corruption ainsi que l’aspect psychologique des habitants face aux « étrangers » (de couleurs ou des blancs venant du nord du pays). Les thématiques abordées sont efficacement retranscrites à l’écran. L’opposition entre les deux agents du FBI est parfaitement conçue, un choc de deux générations, de deux méthodes différentes pour résoudre l’affaire et punir les coupables. Un mélange qui fonctionne de la première à la dernière minute.

Une histoire qui fait tout de même froid dans le dos et Alan Parker la porte à l’écran avec tout le savoir qu’on lui connait.

Trevor Jones signe une bande originale en cohérence avec le propos . Des compositions qui soulignent la tension continue et la puissance du long métrage.

« On ne naît pas mauvais. On le devient. »

Mississippi Burning

En résumé, Mississippi Burning est un chef d’oeuvre intemporel et courageux qui montre la cruauté de l’homme envers lui même. Encore une grande leçon de la part d’Alan Parker. Le duo Hackman/Dafoe est étincelant !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s