Les Rois du désert (1999)

Les_Rois_du_desert

Les Rois du désert est un film de guerre américain écrit et réalisé par David O. Russell. Ce dernier s’est inspiré du film « De l’or pour les braves » pour son long métrage.

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Un film de guerre de la part de David O. Russell, cela attise forcément ma curiosité, d’autant plus quand on voit la distribution prestigieuse à la tête de ce film.

Qu’est ce que ça raconte ?

Quatre soldats, Archi, un béret vert, Troy Barlow, un jeune idéaliste, Elgin et Conrad Vig, déçus et frustrés par l’aboutissement de la Guerre du Golfe, cette guerre high-tech aux allures de jeu vidéo, décident de prendre une petite revanche. Ils concluent qu’ils méritent bien une petite compensation et montent hâtivement une expédition secrète en vue de récupérer une partie des lingots volés par Saddam Hussein au Koweit. Au cours de leur étrange périple dans le désert irakien, les quatre aventuriers découvrent pour la première fois le vrai visage de la guerre.

Les premières minutes ?

Un démarrage survolté et inattendu, voila comment David O. Russell a tenu a ouvrir son film, en décapant d’entrée le genre. La mise en scène est au plus près des protagonistes, grâce notamment à la caméra à l’épaule. En l’espace d’un quart d’heure, le réalisateur nous brosse les portraits des personnages principaux ainsi que le côté médiatique de la guerre. Il se conclue par la mise en place de la magouille entre les quatre soldats, ce qui est de bon augure pour la suite.

three_kings

Le casting ?

Un trio de choc est à la tête de ce film, avec George Clooney, Mark Wahlberg et Ice Cube. Les trois acteurs se montrent à l’aise et très convaincants dans la peau de soldats « aventuriers ». Bien sûr, George Clooney et Mark Wahlberg sortent un peu plus du lot, ils sont tous les deux en grande forme.

A leurs côtés, Spike Jonze interprète de manière convaincante le petit gars perché de la bande. Mykelti Williamson nous montre qu’il a bien murit depuis son émouvante interprétation de Booba dans « Forrest Gump« . Nora Dunn est crédible en journaliste déterminée.

Il y a dans ce film, l’éclosion d’un jeune acteur français dans le cinéma américain et il s’agit de Saïd Taghmaoui (« La Haine« ). En effet, l’acteur y livre une performance de premier ordre et ce même si il ne tient qu’un rôle secondaire. Pour l’anecdote, sachez que c’est Mark Walhberg lui même, qui a encouragé le frenchie de continuer sa carrière à Hollywood.

three-kings

Et au final ça donne quoi ?

David O. Russell endosse la peau du critique qui n’hésite à mélanger l’humour au drame afin de mettre la lumière sur la politique menée par les États-Unis en Irak, notamment dans cette fameuse opération : Tempête du Désert. Il y a un petit côté Altman chez Russell, mais ce dernier a tout de même une patte qui lui est propre.

Sa mise en scène est dynamique et immersive, le réalisateur nous offre de grandes scènes d’action avec un certain réalisme et des scènes plus tendus comme celle de l’interrogatoire. Russell ose mettre du fun, du rock n’ roll dans un film de guerre à la forme dramatique. L’équilibre est respecté et le côté tragique revient toujours à la charge pour nous remettre en place dans la réalité de la guerre. Le rythme alterne bien évidemment, au vu des choix du réalisateur, et ça fonctionne plutôt bien. La seule chose que l’on peut reprocher, c’est l’utilisation du ralenti coupé, qui est brouillon et inutile, cela ôte l’impact de la scène. En revanche, les petits effets comme le moment où Clooney explique l’infection d’une balle, c’est plutôt sympa.

C’est au niveau du fond que l’on peut se rendre encore plus compte de l’audace de David O. Russell. Ce dernier mélange les genres, afin de constituer sa satire sur l’interventionnisme de l’armée américaine au Moyen-Orient. Il y développe avec subtilité la réalité de la guerre et de son après, comme on peut voir le peuple irakien espérer l’aide du gouvernement américain après la guerre du Golf ou bien les dommages collatéraux de cette guerre. Russell remet les choses a leurs places, notamment en montrant du doigt les responsables (gouvernement, médias…) les promesses non tenues et il développe tout ça à travers un golden rush. C’est bien pensé et intelligemment mis en scène, pourtant c’était casse-gueule mais David O. Russell maitrise.

On retrouve une bande originale très riche, qui croise là aussi les genres. On passe des Beach Boys à Plastic Bertrand en passant par du…Eddie Murphy ou du U2. Dans l’ensemble, la musique est bien utilisée mais elle est peut être un peu trop présente. Le réalisateur s’en serre pour souffler un peu de fun dans ce climat sous haute tension. D’ailleurs la scène où les quatre soldats arrive dans le premier village, ils mettent de la musique pour se donner un aspect amical.

Les rois du désert

En résumé, Les Rois du Désert est œuvre cynique et tonique, David O. Russell balance du clash et du fun avec savoir-faire. George Clooney et Mark Wahlberg sont comme des poissons dans l’eau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s