The Shadow (1994)

The Shadow

The Shadow est un film américain réalisé par Russell Mulcahy (« Highlander« ) sur un scénario de David Koepp (« Jurassic Park« , « Panic Room« ).

Pourquoi j’ai voulu voir ce film ?

Après avoir vu « Darkman« , je me suis dit pourquoi pas m’intéresser à un autre film de super héros de la même époque : The Shadow.

Russell Mulcahy est un réalisateur doté d’un certain talent, comme nous le prouve le premier « Highlander« , mais malheureusement il s’est engouffré au fil des années dans films de secondes zones. Je suis quand même curieux de découvrir ce film et l’histoire de ce mystérieux héros. D’autant plus que le casting est plus qu’attirant.

De quoi ça parle ?

A la fin des années trente, The Shadow règne sur New York, traquant les criminels et les assassins. C’est en réalité un ancien chef de guerre chinois sanguinaire repenti par la magie d’un saint homme. Mais un félon a détourné les sortilèges à son profit et menace de détruire la ville. Les deux hommes doivent s’affronter.

Les premières minutes ?

Notre film du jour démarre avec un générique court mais envoutant, notamment grâce à la musique de  avec Jerry Goldsmith. On peut déjà se rendre compte de la richesse des décors et des effets spéciaux astucieux. Le réalisateur ne perd pas de temps et enchaine très vite les évènements, un peu trop à mon goût. Ensuite, vient un prologue pour nous expliquer comment Ying Ko est devenu Lamont Cranston/The Shadow. Un raccourci facile mais qui reste tout même efficace.

Une ellipse de sept années s’installe et nous voilà dans le New-York des années 30-40. Les décors nous rappelle clairement ceux utilisés dans « Highlander 2 » (seule chose à retenir de ce film). On comprend que cela fait un petit moment que le Shadow plane au dessus de la ville et y fait régner sa justice.

Russell Mulcahy prend soin de jouer avec la brume, la lumière et bien évidemment l’ombre. La première apparition du Shadow est soignée et théâtrale.

Globalement, ce premier quart d’heure a du charme et respecte l’atmosphère du comics. On attend la suite avec une certaine impatience.

The Shadow

Le casting  ?

Dés sa première apparition, on sent un Alec Baldwin en grande forme. L’acteur livre une prestation intéressante, un rôle taillé pour lui même si on aurait que le côté dark soit un peu plus mis en valeur.

A ses côtés, la sublime et envoutante Penelope Ann Miller fait le job, dommage que son personnage n’est plus exploité que ça.

John Lone interprète le bad guy de l’histoire de manière convaincante, sans pour autant être fantastique. Il y avait un réel potentiel avec ce personnage et cet acteur, malheureusement ça se réduit au final à un méchant lambda.

Peter Boyle, Ian McKellen et Tim Curry font également partie de l’aventure.

The Shadow Baldwin Miller

Et au final ça donne quoi ?

Après s’être viandé littéralement avec « Highlander 2« , on peut dire que Russell Mulcahy arrive à se relever tout doucement. Le réalisateur australien livre un film de super héros kitch mais qui se veut très respectueux du comics d’origine. L’influence du Batman de Burton est clairement identifiée, il faut dire aussi que le Shadow a pas mal de points communs avec le Dark Knight. Ils ont tous les deux une part sombre, une double identité et vivent tous deux dans un grand manoir. Autre particularité, les deux héros ont suivi une formation en Asie et sont rentrés en Amérique, pour revêtir la cape et le masque (« Batman Begins« ).  La différence entre les deux est que l’un a des pouvoirs et l’autre pas. Revenons maintenant au film proprement dit.

Russell Mulcahy livre une mise en scène intéressante, mais on est loin du travail fourni sur « Highlander« . On sent que les studios voulaient quelque chose mêlant du Burton et du Carpenter, et c’est ce qu’a essayé de faire Mulcahy avec plus ou moins de réussite. Les petites notes d’humour sonnent justes, sans trop en faire. La photographie de Stephen H. Burum colle parfaitement à l’environnement, on a notamment pu voir son travail dans « L’impasse » ou « Les Incorruptibles« . Les décors sont grandioses, même si on relève parfois quelques failles sur certains d’entre eux, on sent un peu trop le carton pâte. Les effets spéciaux ne prennent pas trop de rides, mis à part le final.

En ce qui concerne le scénario, c’est beaucoup trop linéaire. On a  peu de reliefs et d’approfondissement sur les personnages, leurs origines et leurs psychologies. Peut être qu’on en demande trop, mais ce héros méritait une histoire un peu moins surfait. On aurait aimé un peu plus d’audace de la part de David Koepp, peut être qu’il y en avait et que cela a été gommé par les studios ou Mulcahy. Qui sait ?

A force d’être trop kitch et de faire dans la simplicité, le film perd la bonne dynamique de la première demi heure et c’est regrettable. Le potentiel de ce comics au cinéma et de l’équipe qui est aux commandes, crèvent les yeux. Un remake pourrait être une idée à envisager.

Un petit mot sur la musique de Jerry Goldsmith, qui est tout simplement fantastique et colle à merveille avec les images. C’est épique et mystérieux, il s’agit clairement d’une des grandes réussites de ce film.

The Shadow Lone Baldwin

En résumé, The Shadow est un long métrage qui appartient à son temps, mais qui mérite d’être vu pour le côté culturel et pour voir Alec Baldwin en super héros.

 

 

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Un ancien film ! seigneur est ce que cela en vaut la peine ?

    J'aime

    1. Oui pour se dire qu’il n’y a pas que Batman ou les Avengers 😀

      Aimé par 1 personne

      1. lol je suis morte de rire en effet ça devient le trop pleins de supers héros ces derniers temps !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s